AccueilAccueil  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  

  • Peuple
    Peuple
    Kajira Fend-les-Brumes - le Mar 3 Juil - 16:48
    http://kurkigal.forumactif.com/t405-kajira-et-lorsque-la-brume-s-ecartera-tu-verras-le-soleil http://kurkigal.forumactif.com/t406-kajira-enfant-tu-trouveras-ta-voie
    avatar
    Kajira Fend-les-Brumes
    Et je chanterai les chants de demain pour toi, et l’aube suivra.
    Bien le bonjour, je m'appelle Kajira mais on me surnomme Fend-les-Brumes. J'ai 31 ans, je suis Kigallu et je fais partie des simples du Peuple. Dans la vie, je suis propriétaire de bains privés. Je suis par deux fois en union et par une fois en veuvage. Je n’ai pas de préférences pour qui partage ma couche. Je suis Ninlil Shu’aru, ne laissez pas la barbe vous tromper.


    Caractère

    C’est compliqué. Et ça ne l’est pas, non plus. C’est… Etrange.
    Mais tout le monde l’est, non ?
    Alors je suis comme tout le monde, difficile à résumer, à ranger dans des cases. Il y a des traits que je reconnais cependant : je suis optimiste, je fais preuve de bienveillance, de tolérance. Je suis… Comment est-ce que disait mon mari ? Une bonne personne. Je suis une bonne personne, voilà, capable de voir l’humanité dans les autres et de respecter tout un chacun. Un coeur tout mou, disent les mauvaises langues. Je laisse faire parce que je ne me soucie pas de ce qu’on pense de moi.
    Si je le faisais, ça ferait longtemps que j’aurais tout changé en moi. Mais ça, vous voyez, je le refuse. Je ne m’excuse pas d’être là, je prends de la place et de l’oxygène tant que j’en ai besoin. Parfois je fais du bruit, je suis trop en mouvement, et alors ? Je suis en vie. Je veux le célébrer.
    Si possible en communauté. J’aime les gens, c’est aussi pour ça que je possède des bains. J’aime les rencontres, les découvertes, la nouveauté autant que mon petit confort.

    En parlant de confort… Pour ça, j’ai ma femme. Enfin ma femme de mon mari ? C’est un peu compliqué. Mais je la considère comme ma femme, et ses enfants sont aussi les miens. C’est vraiment compliqué…
    Mais ce qui compte, c’est qu’elle est la personne qui me maintient au port, qui m'empêche de partir dans tous les sens. C’est que je suis tête-en-l’air, vous voyez ? J’ai besoin qu’on me rappelle qu’il y a des obligations, des choses à faire, que manger c’est sympathique pour ne pas mourir et qu’il faut boire plus d’une fois par jour pour ne pas se dessécher.
    Elle ne fait pas que ça. Heureusement pour elle… Je n’ai pas besoin de supervision permanente. Et j’aime autant son obstination à me faire avaler un premier repas le matin que ses baisers dans les cheveux.
    Bon, d’accord, j’ai un coeur mou. Débordant d’affection. Et de reconnaissance aussi. Ma capacité à aimer n’a pas l’air tarissable… Et c’est tant mieux.

    Enfin, je n’ai pas que des qualités, ce serait hypocrite d’affirmer le contraire. J’aime me complaire dans le mal lorsque je ne suis pas bien. Je ne supporte pas la solitude. Je ressens toujours une pointe d’amertume en sachant que jamais je ne pourrais porter mes enfants. Je tend aussi à hausser la voix pour rien, dit ma femme. Oh, et je me plains beaucoup du froid aussi.
    C’est presque le pire d’après elle.

    Physique

    J’ai une barbe. Vous avez vu ma barbe ? Elle est magnifique. Géniale. Je l’adore.
    Voilà, c’est fait, c’est fini !

    Non, je plaisante…
    Ma mère dit que j’étais un beau bébé. Que j’avais déjà une bonne taille mais surtout que je pesais mon poids, et généralement elle rajoute que j’aurais pu avoir pitié d’elle et ne pas avoir les os si lourds. Mais ça je n’y peux rien… Et ça n’a pas changé avec le temps. J’ai gardé mes avantages de bambin ingrat : la bonne taille, la constitution solide, les épaules bien larges comme il faut, un joli dos. Je prends aussi vite du muscle que du gras, mais je n’en veux pas à ma couche de protection sur les abdominaux. C’est plus confortable comme ça.
    Globalement, “confortable” me définit bien. J’ai l’air agréable, pas de traits dissonants. Je suis l’équivalent humain d’un fauteuil en cuir un peu usé mais que tout le monde s’arrache pour y faire la sieste. J’en ai même les couleurs ! La peau mate, les cheveux bruns, les yeux une teinte plus claire. Je ne sais pas où je me situe sur une échelle de beauté, mais je dirais au moins solidement au milieu.
    Milieu-haut ?
    Non, juste milieu, la modestie est une bonne qualité.

    Que dire d’autre ? J’ai une barbe. Mais ça je l’ai déjà dit. Les cheveux mi-longs aussi. Deux boucles d’oreille, et deux anneaux à la main. Mes couleurs préférées sont le bleu pâle et l’ocre pour ce qui est des vêtements.
    Mon mari adorait mon sourire en coin, celui qui donne l’impression que je prépare un mauvais coup.
    Ma femme préfère mon regard quand il est doux, quand le bonheur me submerge et que je pourrais pleurer d’être si bien.
    Moi, j’aime plus que tout le grain de beauté que j’ai à la cheville, dans le creux derrière ma malléole droite.

    Mon Histoire

    C’est difficile de se rappeler de la personne que l’on était pendant son enfance. Je me souviens que je souriais souvent. Que mes parents étaient contents de m’avoir dans la famille. Que mes frères et mes soeurs étaient très bruyants mais que dans la masse de cheveux bruns, de sourires de renards, j’étais bien.
    J’ai une enfance sans drames. Je ne me souviens de rien de grave : pas de coups, pas de crises, pas de larmes. Sauf quand je m’éraflais les genoux bien sûr… Enfin tous les enfants font ça, c’est très normal.
    Mon père était potier, ma mère était masseuse. Je préférais trainer dans les jambes de maman, ce qui explique peut-être la suite de ma vie. Ou peut-être pas ? Je ne crois pas vraiment à la prédestination, tout n’est peut-être qu’une coïncidence. Dans tous les cas, la réalité c’est juste que j’étais dans les jupes de ma mère et qu’elle aimait bien ça malgré ses plaintes.

    J’ai grandi. J’ai été un enfant turbulent, j’ai été “il” pendant quelques temps parce que j’étais -et je suis encore- une personne solide, que j’ai de gros bras. Je n’aimais pas spécialement le terme, mais “elle” n’était pas toujours juste non plus… C’était plus souvent le cas qu’avec “il”. J’ai un peu alterné avant de trouver ma voie. Paie l’adolescence chaotique, à chercher le sens de la vie. A détester le corps que j’avais, trop puissant, trop anguleux pour moi à ce moment. Là, j’aurais aimé avoir les traits plus fins, l’absence de pilosité faciale. J’aurais aimé ne pas avoir à me poser de questions, comme tout le monde.
    Mais je pense que ce passage de ma vie était important. Il fallait que je passe par les difficultés, que je cherche qui je suis, pour arriver à être juste moi. Mon corps n’est pas une prison, n’est pas en opposition avec mon esprit et je n’ai pas à m’en libérer. Je suis Ninlil Shu’aru. J’apporte la prospérité et la chance. Je peux avoir de la barbe et être “elle”. Ou “eux”, très rarement.

    Bref. C’était le bazar, et ça a fini par décanter quand j’ai un peu pris le temps de réfléchir sur moi. Et j’ai à peine eu le temps de profiter de la tranquillité que je me retrouvais adulte, comme ça du jour au lendemain. C’est grave si je dis que je ne me souviens même plus de la Nuit ? Parce que je n’en ai aucun souvenir. Oh, si, j’ai demandé pourquoi “Fend-les-Brumes” et on m’a répondu que je comprendrais en temps venu. Merci, c’était limpide…
    Ma théorie là dessus, c’est que c’était une blague sur ma tendance à émerger de la condensation dans les bains. Parce que j’ai commencé à y travailler comme ma mère, pour masser les gens et gagner ma croûte.

    C’est là que j’ai rencontré mon mari. Salem. Vous l’auriez vu, vous auriez aussi eu le coeur qui s’arrête et la bouche improbablement sèche : c’était le plus bel homme du monde. Sans exagération aucune. Et puis il était doux, gentil, parfait. Parfait pour moi en tout cas, c’est tout ce qui comptait.
    Nous avons vécu en concubinage quelques temps, incapables de se décider à se marier. C’est comme si nous attendions quelque chose, malgré notre bonheur et notre vie quotidienne et commune. Et ce n’était pas quelque chose…
    C’était quelqu’un. Une femme. Notre femme… Rajah. La femme de mon mari, la mienne aussi, et il était son mari et j’étais leur personne et c’était… Incroyable. De se rendre compte que tout était mieux à trois. De découvrir que je n’ai pas besoin de partager mon coeur pour aimer plusieurs personnes mais qu’il grandit, que tout se décuple pour faire de la place. Que la jalousie n’existe pas, qu’entre nous rien ne provoque de frictions. C’est peut-être compliqué lorsqu’on n’a pas fait partie de nous mais vu de l’intérieur, c’est parfait.

    Nous finissons par nous marier. Nous finissons par avoir des enfants entre nous, deux petits humains beaucoup trop mignons pour mon coeur tout mou. Orash et Qusa, il a fallu des mois entiers de débats pour arriver à choisir, que tout le monde soit heureux de la décision, mais nous y sommes arrivés. Et croyez-le ou non, mais il est beaucoup plus facile d’élever des petites personnes à trois qu’à deux. Nous nous arrangions pour tenir les bains que j’avais acheté et prendre chacun des tours à la maison pour veiller sur les enfants.
    Ce n’était pas facile tous les jours, mais nous étions heureux. Vraiment heureux.

    Puis Salem est mort. Accident idiot, un serpent, sa jambe. Il n’a pas eu le temps de souffrir.
    C’est moi qui ai pris cette partie en charge. J’étais inconsolable malgré tous les efforts de Rajah. Elle n’arrivait pas à me sortir de cet abîme parce que je m’y sentais bien, à me complaire dans ma misère, à prétendre que mon coeur avait été arraché. Il a fallu qu’elle me mette une claque et qu’elle plante mes enfants dans mes bras après plusieurs semaines d’apathie pour que je me rende compte de mon imbécilité.
    Ca n’a pas été mieux de suite. J’ai eu besoin de temps pour faire mon deuil mais au moins je ne passais pas mes journées dans ma chambre à laisser ma femme s’occuper des petits humains et de mon commerce. La normalité a fait son office : j’ai fini par sortir du trou noir où j’étais.
    J’ai retrouvé la lumière, la vie quotidienne. Le soleil dans les sourires de ma famille, même s’il en manquera toujours un. Une partie de mon coeur est morte, mais nous continuons à nous battre, lui et moi. Nous continuons à grandir.
    A rencontrer du monde.
    A parler. A rire, à jouer avec les enfants, à dire bonjour et au revoir. Le soleil se lève toujours, et la nuit est suivie par l’aurore.

    Et Vous ?
    Vi, 27 berges

    Personnage sur l'avatar : Jesse McCree, Overwatch
    Comment avez-vous découvert le forum ? C’est la faute d’Akilah, votre honneur
    Un petit mot doux ? Coton Laughing
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t405-kajira-et-lorsque-la-brume-s-ecartera-tu-verras-le-soleil http://kurkigal.forumactif.com/t406-kajira-enfant-tu-trouveras-ta-voie
    avatar
    Date d'inscription : 03/07/2018
    Messages : 18
    Age du perso : 31 ans
    Métier : Propriétaire de bains privés
    Thème : Tessa - Steve Jablonsky



    Admin
    Admin
    Amra Murmure-à-l'Océan - le Mar 3 Juil - 16:50
    http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65
    Han un Ninlil Shu’aru barbu, trop bien ! Merci à Akilah de t'avoir soufflé l'adresse du forum et officiellement bienvenue parmi nous, n'hésite pas si tu as des questions ! <3



    Old One wearing human skin
    The Whisperer in Darkness ☽ Along the shore the cloud waves break, the twin suns sink behind the lake. Strange is the night where black stars rise, and strange moons circle through the skies. Song of my soul, my voice is dead, die thou, unsung, as tears unshed, shall dry and die.
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65
    avatar
    Date d'inscription : 06/02/2018
    Messages : 829
    Age du perso : 19 ans.
    Métier : Hte-Prêtresse de Derketo.
    Thème : Thom Yorke - Suspirium
    DC : Shamhat Aime-les-Lois, Votava Rêve-en-Silence.



    Admin
    Admin
    Amra Murmure-à-l'Océan - le Mar 3 Juil - 16:58
    http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65
    avatar
    Félicitations !
    Te voilà validé(e) mon poussin !
    Maintenant que tu as passé la première étape du forum, je t'invite à venir recenser ton avatar sur ce topic histoire que personne ne te pique ta tronche, faire ton petit journal ici même en suivant le modèle et si tu cherches du rp, tu peux poster une demande par ici ! Ceci étant dit, amuse-toi bien sur le forum ! Laughing



    Old One wearing human skin
    The Whisperer in Darkness ☽ Along the shore the cloud waves break, the twin suns sink behind the lake. Strange is the night where black stars rise, and strange moons circle through the skies. Song of my soul, my voice is dead, die thou, unsung, as tears unshed, shall dry and die.
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65
    avatar
    Date d'inscription : 06/02/2018
    Messages : 829
    Age du perso : 19 ans.
    Métier : Hte-Prêtresse de Derketo.
    Thème : Thom Yorke - Suspirium
    DC : Shamhat Aime-les-Lois, Votava Rêve-en-Silence.



    Contenu sponsorisé - 



    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum