AccueilAccueil  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Derniers sujets

    Esclave
    Esclave
    Katash - le Mer 21 Mar - 23:08
    http://kurkigal.forumactif.com/t88-katash-perfect-slave
    avatar
    Katash
    Ma dévotion n'a d'égale que ma procrastination
    Bien le bonjour, je m'appelle Katash mais on me surnomme Le Scribe. J'ai 29 ans, je suis Dayak et je fais partie des Esclaves. Dans la vie, je suis l'humble serviteur de Langue-De-Miel et côté cœur et orientation sexuelle, sachez que je suis Célibataire et ouvert d'esprit. Je suis également défini(e) comme de genre Shamshu.


    Caractère

    Calme et posé, c'est ce qui ressort principalement lorsque l'on rencontre Katash au premier abord. Il est discret, aimable, poli et ses manières vont de pairs avec le fait qu'il est l'esclave de Mahyar Langue-de-Miel. D'un tempérament docile et sage, il est de ces esclaves qui n'ont aucune rancoeur par rapport à leur statut. Il est né esclave, ses parents étaient esclaves et il mourra esclave. C'est ainsi que les choses sont faites et il n'y trouve rien à redire car il n'est pas malheureux.
    Serviable et dévoué, il est travailleur lorsque la motivation lui viens. Avec le temps il est devenu un peu flemmard et il délègue pas mal ses tâches en tant que coordinateurs des serviteurs de la maisonnée. Cela dit, il est appliqué dans son travail auprès de son Maître pour lequel il obéira toujours au doigt et à l'oeil - dans la mesure où l'intégrité de son Maître n'est pas remise en question.

    Pas spécialement expansif, Katash est presque aussi secret que son Maître - bien qu'il n'ai aucun véritable secret à partager si ce n'est celui qui entoure la condition physique de Mahyar. Mais sa dévotion envers ce dernier le forcera à garder ce secret pour lui même sous la torture. Car Katash éprouve le plus grand des respects et la plus grande admiration pour l'homme à qui il doit tout. Même plus que cela. Il est esclave mais pas dénué de sentiments, il aime avec aisance et est beaucoup plus ouvert qu'on ne le pense. A l'écoute, il est quelqu'un de sincère dans ce qu'il ressent et respecte les sentiments des autres. Cela dit, s'il a quelques conquètes à son actif, son coeur bat principalement pour Langue-De-Miel, l'homme le fascine et le rassure. Autant enfant il l'a vu comme une figure paternel... autant maintenant adulte il se rend compte de la différence dans ses sentiments. Et jamais il ne trahira cet homme. Au point qu'il est prêt à le protéger de lui-même s'il le faut. Et pour cela, Katash est borné et tétu comme une mule. Quand il a une idée en tête il ne l'a pas ailleurs et seul le fouet de son Maître peut l'en déloger parfois. Il aime que les choses soient faites à sa façons et il aime l'ordre dans la maison qu'il est censé tenir. La bibliothèque est toujours soigneusement rangée et le seul désordre se trouve sur son bureau où il passe beaucoup de temps à retranscrire ce que lui dicte son Maître. Cela dit le courrier est toujours soigneusement plié et empilé, ordonné par ordre d'importance et délivré avec soin.

    Il en fait peut être le moins possible dans la vie de tous les jours, mais il passe bien souvent des nuits dans la bibliothèque à tout préparer. Autant dire qu'il a été à bonne école auprès de Langue-De-Miel car Katash est cultivé et maîtrise l'art du discour presque aussi bien que son Maître. Il est fier de sa position et n'a pas honte de lui ou de sa vie. Son seul souhait actuel serait d'obtenir de son Maître quelques gestes supplémentaires à son égard... mais à défaut de pouvoir se montrer plus démonstratif, il protège son Maître dans l'ombre, toujours disponible même lors de la pleine lune.  

    Physique

    Dans la fleur de l'âge, Katash est un homme de 29 ans d'une stature tout à fait respecatble. Un mètre quatre vingt, châtain clair virant à l'auburn et l'été au roux, il est plutôt agréable à regarder avec sa mâchoire carrée et ses épaules larges. Il n'est pas épais en muscles comme d'autres esclaves mais c'est surtout parce qu'il a plus été formé comme scribe et gestionnaire que comme combattant. Il sait se défendre et à la peau dure mais il n'est pas une montagne. C'est quelqu'un qui passe plus de temps dans une bibliothèque qu'à faire des corvées.
    Pas aussi maniéré que son Maître, loin de là, Katash a cependant une allure qui sied à l'esclave d'un homme tel que Langue-De-Miel. Il reçoit les invités avec déférence et parle d'une voix posée et calme en toute circonstance. On ne l'entendra hausser le ton qu'au travers d'une porte lorsqu'il râle tout seul dans une pièce.

    Toujours propre sur lui, il a cependant bien souvent les prémices d'une barbe de quelques jours sur le visage, surtout après avoir passé la nuit dans la bibliothèque à travailler ou lire. Ses mains ne sont pas caleuses comme celles de beaucoup d'esclaves mais elles ont du vécut et sont un peu rugueuses, avec bien souvent quelques traces d'encre noir lui tâchant les doigts et qui ont du mal à partir au lavage. Le reste de son corps est loin d'être parfait également, les traces de son passé et de son présent inscrites dans sa chair, jusqu'au fer rouge sur son épaule droite. Cela dit il ne s'en plaint pas, les coups de fouet - rare depuis quelques années - de son Maître actuel ne sont rien comparés aux cicatrices laissées par le précédent. Pour lui le fouet n'est qu'un rappel à l'ordre et il accepte ses punitions sans jamais se plaindre. Cela dit il n'exhibera pas son corps et à l'instar de son Maître, portera généralement des vêtements lui couvrant le corps. Il aime le poids et l'odeur de la fourrure sur son dos et est à jamais reconnaissant envers Langue-De-Miel pour le manteau que ce dernier lui a offert quelques années plus tôt.


    Mon Histoire

    Assis à son bureau dans la bibliothèque de son Maître, Katash releva la tête et redressa son dos vouté sur le parchemin sur lequel il travaillait. Dans un grognement il senti son dos craquer sous le mouvement, lui faisant se dire qu'un jour il allait rester bloquer dans la position s'il ne se redressait pas plus souvent quand il travaillait. Se frottant les poils piquants de sa barbe naissante, Katash bailla en jettant un oeil à la flamme vascillante de la bougie mourrante, il était temps d'arrêter. Il avait promis de n'utiliser qu'une seule bougie ce soir et il en était à deux.

    Roulant des épaules, l'homme observa les papiers dispersés sur la table et secoua la tête, il aurait aimé terminé ça cette nuit mais son Maître avait été clair : il devait dormir. Katash ne pouvais aller contre un ordre direct, il était un esclave après tout et toute son existence il ne l'a devait qu'à son Maître. Langue-De-Miel le laissait en général gérer son temps mais il était vrai que cela faisait beaucoup trop de nuits à travailler ou lire au lieu de dormir ces dernier temps, alors son Maître était intervenu de la façon la plus simple : en lui ordonnant de dormir.

    Un sourire étira les lèvres de Katash et un frisson parcouru son corps en repensant à la solicitude de son Maître. Il y avait toujours cette distance entre eux, mais aussi une complicité que Katash souhaitait ne jamais perdre. Il se sentait en paix et heureux dans cette maison. Rien à voir avec ses premières années et ses premiers Maîtres...

    Katash est né esclave. D'une mère esclave. D'un père esclave. Il est Dayak presque pur sang. Mais c'est un détail dans la vie d'un homme selon Katash, il n'a jamais connu que ça et n'a aucune rancoeur envers sa position, c'est ainsi que les choses sont faites. Cela dit il regrette d'avoir été séparé de sa mère lorsqu'il avait 7 ans. Un ami de son Maître avait besoin d'un garçon robuste dans les champs et pour aider avec les chevaux... il fut échangé contre un cheval.
    Et si la mémoire de l'esclave n'est pas très clair sur ses toutes premières années auprès de ses parents - bien qu'une odeur de miel et d'écume lui soit nostalgique et réconfortante - il n'arrive pas à oublier les années suivantes, bien qu'avec le temps ces souvenirs soient cicatrisés.

    Son nouveau Maître était quelqu'un qui ne se souciait que de ses chevaux. Les esclaves n'étaient pour lui qu'un outil pensant pour s'occuper de ses précieuses bêtes. Et le bien être de ses animaux étaient primordial, la moindre petite incartade était punie par le fouet et/ou par des privations. Malheureusement il était rare que les choses se déroulent parfaitement et sur les quelques esclaves que possédait l'homme, très peu mangeaient à leur faim ou échappaient au fouet ne serait-ce qu'un jour dans la semaine.
    Katash pleura beaucoup les premier temps mais le fouet lui appris à ravaler ses larmes. Il eut faim aussi mais il eut de la chance de n'être qu'un enfant et que le serviteur dédié aux esclaves ai assez pitié de lui pour lui glisser un petit peu plus de nourriture que ce qu'il aurait dû avoir.

    Le jeune garçon n'avait jamais été du genre turbulent, mais il avait toujours eu des moments de libertés pour jouer avec les autres enfants. Là il était entouré d'adultes ou de "grands" dont les regards étaient presque aussi vides que leur gamelle. Alors Katash jouait tout seul derrière les bâtiments, jettant des cailloux dans la mare, se racontant des histoires...
    Il arrêta quand son Maître débarqua et l'attrappa par la peau du cou. Il était en train de stresser les chevaux avec son manège et il n'avait pas été choisi pour faire le paresseux.

    Ce fut la seule fois où Katash éleva la voix contre un de ses Maîtres, se défendant de faire du bruit ou d'être paresseux alors qu'il était debout avant même le soleil.

    Il fut fouetté jusqu'au sang, son Maître dans une fureur folle. Il fut laissé gisant devant les étables et il crut qu'il n'avait qu'à attendre quelques minutes que quelqu'un vienne le récupérer et lui panser les plaies. Malheureusement il n'avait pas conscience de la colère sourde qui s'était emparé de l'homme. Il fut saisi à nouveau par les cheveux et traîné jusqu'au brasero qui se trouvait non loin de là. Katash hurla et demanda pardon, il implora la pitié. Rien n'y fit. Les chevaux s'affolèrent devant l'odeur de cochon grillé qui atteignit leurs nasaux.

    Katash ne se plaignit plus jamais. Il ne joua plus jamais. Il ne prononca plus un mot et n'émit que le minimum de bruit possible. Une souris se faufilant dans les étables. Il était famélique, n'avait que la peau sur les os et c'était presque un miracle qu'il arrive à porter les ballots de foin comme il le faisait. Mais il le faisait. Sans jamais se plaindre. Il devint comme les autres esclaves de la ferme : silencieux et travailleur. Il n'avait ni le temps ni l'énergie de penser au passé ou au futur, seul le présent comptait, celui où il ne fallait faire aucune erreur.

    Quand un jour on vint les chercher pour les retirer de la ferme... aucun ne sut comment réagir. On leur apprit que ce n'était pas normal, que ça n'aurait jamais dû arriver... Mais le mal était fait pour beaucoup d'entre eux. Ils étaient mal nourris, déshydratés, certains malades, d'autres tordus par le labeur... on les extirpa de leur barraque et on les nourris et les lava.

    Katash ne prononça pas un mot et ne murmurait que quelques réponses brèves quand on lui posait une question. A douze ans il était plus petit que les autres enfants de son âges, il avait l'air de n'avoir jamais grandis depuis qu'il avait été échangé. Il fut docile, n'ayant aucune conscience du soulagement qu'il aurait dû ressentir. Il ne se voyait aucun avenir et son présent était brumeux. Alors il s'assit où on lui dit de s'asseoir et attendis, buvant l'eau qu'on lui ordonnait de boire car il avait tendance à ne pas toucher au pichet, sans doute par peur de représailles.

    Katash sourit tristement aux étoiles en ramenant son lourd manteau de fourrure contre lui. Bien des années s'étaient écoulées depuis mais il pouvait parfois encore sentir l'odeur de la chair brûlée lui piquer les narines, il n'aimait d'ailleurs pas se trouver trop près du feu ou des cuisines même par moment. La douleur était lointaine mais son souvenir bien que cicatrisé était encore présent.
    Cependant, l'esclave à présent voyait cette période difficile comme l'élément déclencheur de son bonheur. Sans ça, jamais Maître Langue-De-Miel ne l'aurait pris sous son aile, il en était persuadé. Même au bout de presque vingt ans il ne savait pas trop pourquoi son Maître était venu le réclamer. Il avait ses soupçons, il avait ses doutes et ses suppositions... mais à part le fait qu'en plus d'autres choses l'homme avait surtout bon coeur - et du temps à perdre - il ne savait pas bien et n'avait jamais demandé.

    L'esclave ne se souvenait pas bien de ses premières semaines ou premiers mois auprès de Langue-De-Miel, il se souvenait du soulagement quand il compris qu'il n'avait pas à craindre d'être un enfant, ou de ne pas être assez performant. Il se souvenait de ces brefs encouragements à s'exprimer et à parler. Au final il ne lui fallut pas longtemps pour sortir de sa coquille et sourire à nouveau. Il était nourris, habillé et le travail qu'on lui demandait n'avait rien à voir avec les corvées de la ferme et cela lui convenait très bien.

    Avec un régime approprié il repris sa croissance bien que pendant longtemps il resta plus petit que les autres. Mais ce n'était pas un problème pour lui, rien ne l'empêchait de découvrir sa nouvelle vie, de se faire des amis quand il quittait la maison pour faire des courses. Et lorsqu'il fut punis pour avoir passé du temps avec ses amis c'était seulement parce qu'il avait trop traîné et non pour avoir voulu être un enfant. Car bien que son sauveur, Langue-De-Miel était stricte et sévère mais toujours juste. Katash se sentait en sécurité dans sa maison et s'il craignait le fouet, il n'avait jamais peur de se réveiller dans une mare de sang.
    Katash développa un respect proche de l'îdolatrie pour son Maître, il essayait satisfaire le moinde de ses besoins et même si parfois il était maladroit, sa bonne volonté était bien présente.

    Tournant le dos à la fenêtre, Katash obersva la bibliothèque sous la lumière de la bougie, la petite lueur éclairant faiblement les rouleaux, livres et parchemins soigneusement rangés. Il se souvenait de sa première fois dans la pièce, n'osant pas bouger de peur d'abîmer quelque chose, lui qui n'était qu'un esclave inculte. Mais Langue-De-Miel lui avait ordonné de s'asseoir et avait commencé à lui apprendre à lire et à écrire. Encore à ce jour l'esclave ne sait pas trop pourquoi son Maître a pris la peine de lui enseigner un savoir que très peu d'esclaves de naissance ont un jour pu avoir la chance de maîtriser. En général les esclaves scribes savaient lire avant de devenir esclaves... mais il fut choisit et il décida très rapidement de faire de son mieux.
    Là encore ce fut avec sévérité qu'il fut enseigné, peut être même encore plus que pour tout autre domaine. Ce fut dur et épuisant, il devait sans arrêt faire attention à ne pas tâcher le papier avec l'encre ou à ne pas poser ses doigts tâchés partout... Mais c'était tellement exceptionnel que Katash s'appliquait du mieux qu'il pouvait, essayant de donner un sens à tous les signes mélangés qui étaient censé former des mots, des phrases et des histoires.

    Katash sourit en se remémorant les après midi où son Maître devait sans doute faire preuve de grande patience à l'écouter essayer de lire des poèmes. Mais il se tenait toujours assis dans son fauteuil comme si de rien était alors qu'il butait sur les mots et hésitait sur d'autres, faisant de ces poèmes chantant de terribles massacres de la langue. Katash devait apprendre ces poèmes par coeur et quand vint le temps il appris la musique et au lieu de chanter des chansons populaire dans les jardins il se mit à chanter des histoires et des poèmes.
    Pour toujours l'esclave voyait ces moments avec son Maître comme privilégiés. Encore aujourd'hui lorsqu'ils ne sont que tous les deux et que Katash prend son luth, il aime à penser qu'ils sont seuls sur terre. Et l'esclave espère toujours voir les plis qui barrent le front de son Maître s'appaiser et s'effacer.

    Passer autant de temps auprès de Langue-De-Miel avait ses conséquences cela dit, apprendre à lire également. Katash devint certainement l'esclave Dayak de son âge le plus cultivé et ce n'est sans doute pas anodin qu'il devint un homme un peu plus vite que les autres. Il apprit à maîtriser l'art du langage et les gloussements des filles étaient une preuve que son apprentissage portait ses fruits. Les poèmes faisaient mouches également et à quinze ans il avait beau être plus petit que les autres garçons, il fut celui qui devint le premier un homme.
    Katash n'était pas l'esclave de Langue-De-Miel pour rien, l'on savait rapidement à qui on avait à faire quand il ouvrait la bouche. Il devint seducteur voir manipulateur et pouvait aisément mettre les gens dans son lit. Il ne se calma que pour deux raisons : la première étant que son Maître trouva qu'il négligeait un peu trop ses devoirs et la seconde étant que sa croissance le rattrappa de manière fulgurante. A dix sept ans Katash poussa comme un haricot, il gagna largement en centimètres en quelques semaines et la conséquence physique fut violente dans ses os et ses muscles. La douleur ne le quittait pas dans ses genoux et articulations. En moins de deux ans il devint presque aussi grand que son Maître et il fut plus que reconnaissant envers Langue-De-Miel qui fut magnanime à cette époque et ne lui confia jamais de tâches trop lourdes à accomplir. Tout ce temps il le consacra aux arts, à l'écriture, et à ne jamais être trop loin de son Maître.

    Katash lui-même ne sait pas trop quand son admiration pour son Maître a évolué pour plus que ça. Comment cette figure paternel est devenu un désir plus fort pour lui. Il sait juste que petit à petit, son coeur se serrait en sa présence, que chaque gestes à son égard était une douceur pour lui. Il n'a jamais pensé être un esclave parfait, loin de là, après tout à force d'habitude il a appris à faire ce qu'on lui demandait sans trop en rajouter, il aime l'oisiveté mais fera toujours de son mieux dans ce qu'il fait néanmoins. Parfois Langue-De-Miel lui tirait les oreilles - ou plutôt sortait sa cravache - mais jamais il ne l'a repoussé ou jeté dehors.

    Alors ce devint presque naturel pour l'esclave de toujours garder un oeil sur son Maître. Il s'était mis en tête de lui rendre la pareil un jour, de le sauver comme il avait été sauvé un jour. Car pour lui jamais cette dette ne serait repayée tellement l'homme lui avait offert.
    Ce fut pourtant une surprise de voir son Maître se diriger vers la plage après le sacrifice, Katash ne connaissait pas l'histoire de l'homme mais il était malin et pouvait deviner aisément que quelque chose perturbait son Maître depuis quelques temps. Alors il l'avait suivit, comme bien souvent, et malgrés le brouillard épais et le bruit des vagues... il le trouva, étendu dans le sable, l'eau recouvrant sa tête.

    Son coeur manqua un battement. La panique le saisit. Il se rua sur le corps inconscient et le secoua, des larmes embrumant son regard lorsqu'il découvrit sa main couverte de sang là où il l'avait passé sur le crâne de son Maître. Il ne pouvait pas le perdre. Pas maintenant. Se frottant les yeux, Katash fit son possible pour traîner l'homme hors de l'eau. Il le mit sur ses épaules et le ramena à la maison, trempé, sonné, mais vivant. Encore à ce jour Katash n'est pas très sûr de comment il a fait pour rentrer à la maison sans que personne ne fasse attention à eux. La fête battait trop son plein très certainement... mais comme cela fait également parti de ces moments flou de sa mémoire, il n'est pas sûr. Il se souviens surtout de ce temps passé auprès de lui, à le changer, à faire venir le médecin.. et à attendre qu'il se réveille.
    Quel soulagement ce fut pour lui, jamais il n'aurait pu se remettre de cette perte pensait-il. Et d'autant plus à ce jour se jura-t-il de toujours garder un oeil sur lui, pour que rien de mal ne lui arrive...

    Mais après cet incident, son Maître changea. Il devint morose. Eteint. Katash garda pour lui les mots qui lui avait échappé pendant sa fièvres. Il ne demanda pas qui était Amra, comment il pouvait connaître une des sacrifiées, pas à son Maître en tout cas. Il se renseigna à sa manière, en faisant ce qu'il maîtrisait le mieux : en parlant avec les autres esclaves et serviteurs de la ville. C'était facile d'obtenir des informations quand on sait à qui parler.
    Ce qu'il apprit ou non ? Il le garda pour lui. Il avait des pièces de puzzle épars mais c'était suffisant pour satisfaire sa curiosité. Seule chose qui l'intéressait c'était de retrouver son Maître. Alors il fit de son mieux pour appaiser ses tourments. Restant toujours à disposition. Dormant au pied de sa porte les nuits de pleines lunes les années suivante.

    Il ne fallait pas être un génie pour comprendre, surtout lorsque l'on est aussi proche de quelqu'un. Ses yeux avaient changés de couleur, sa peau aussi.. Katash connaissait les moindres détails de la vie de son Maître.

    Toujours Katash essaya d'alléger la douleur comme il le pouvait. En chantant, en gérant la maison pour qu'aucun problème domestique ne vienne perturber l'homme... Mais il le vit s'embrumir, même lorsque Amra fut retrouvée vivante et nommée prêtresse.

    Langue-De-Miel gardait un oeil sur la prêtresse et Katash gardait un oeil sur son Maître, se languissant de son côté d'obtenir un geste de sa part. Il ne ferait jamais le premier pas, il était un esclave et ça ne se faisait pas. Il avait ses conquêtes hommes et femmes pour couper court à la frustration et tous savaient que son coeur n'était pas disponible bien que personne ne sache par qui. On le dit simplement dévoué à sa tâche. Une ou deux filles ont essayées de s'attacher à lui, mais il a toujours refusé.

    Refermant la porte de la bibliothèque, bougie à la main, Katash retourna à sa chambre, serrant son épais manteau contre lui. Rarement pensait-il au passé de la sorte mais il fallait avouer que les choses changeaient ces derniers temps. A vingt neuf ans, il n'était toujours pas marié, mais ce n'était pas un problème à ses yeux. Il avait une vie heureuse et paisible auprès de son Maître bien que ce dernier ai décidé de prendre une nouvelle esclave. Il n'aime pas ça, en plus elle est bruyante et ne comprend rien à sa place dans la vie. Ce n'est pourtant pas compliqué mais Iranui refuse de faire des efforts. C'est du travail supplémentaire pour Katash qui estime en avoir déjà assez à faire... sans parler de cette sensation que son Maître lui échappe alors qu'il tourne son attention vers sa nouvelle acquisition.

    Mais Katash n'abandonnera pas si facilement, il sait comment prendre soin de son Maître.

    Pour l'instant il était temps d'aller dormir avant que Langue-De-Miel ne s'aperçoive qu'il était resté éveillé bien trop longtemps.

    Et Vous ?
    Alki, 31 ans

    Personnage sur l'avatar : Anders ~ Dragon Age
    Comment avez-vous découvert le forum ?  C'était un long et acharné travail au corps
    Un petit mot doux ?  Vous vouliez un esclave, z'avez un esclave. Maintenant laissez moi tranquille ou j'appelle les flics !


    Dernière édition par Katash le Mer 28 Mar - 11:40, édité 5 fois


    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t88-katash-perfect-slave
    avatar
    Date d'inscription : 21/03/2018
    Messages : 26
    Age du perso : 29 ans
    Métier : Perfect Esclave (duh)



    Clan
    Clan
    Mahyar Langue-de-Miel - le Mer 21 Mar - 23:22
    http://kurkigal.forumactif.com/t31-mahyar-ceci-est-une-fiche-en-uc-maggle http://kurkigal.forumactif.com/t43-mahyar-carnet-de-bal#71
    OMG TOI JE T'AIME FAISONS DES ENFANTS bounce bounce bounce bounce


    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t31-mahyar-ceci-est-une-fiche-en-uc-maggle http://kurkigal.forumactif.com/t43-mahyar-carnet-de-bal#71
    avatar
    Date d'inscription : 20/02/2018
    Messages : 138
    Age du perso : 39 ans
    Métier : Embaumeur
    Thème : ♫ All That Is Gold Does Not Glitter
    DC : Nue Défie-la-Mort, Pritika Fleur-des-Dieux, Terqal Vaines-Espérances



    Esclave
    Esclave
    Shamhat Aime-les-Lois - le Mer 21 Mar - 23:23
    http://kurkigal.forumactif.com/t61-shamhat-crois-tu-quon-vive-eternellement#167 http://kurkigal.forumactif.com/t70-shamhat-quand-on-aime-on-ne-compte-pas-et-vous-ne-comptez-pas-pour-moi#208
    J'adore ton histoire, validé.



    Je déconne. J'vais te troller en rp, mais d'une force astronomique. Des bisous sur tes fesses pas assez fouettées avec du love much perfect.

    Perfect doggo.


    Force et Honneur
    « Adieu mon amour ». Il ne le dit pas. Il n'y a pas de place pour la douceur... pas dans l'arène. Il n'y a pas de place pour la faiblesse. Seuls les hommes durs et forts peuvent se dire gladiateurs. Seuls les hommes durs... Seuls les hommes forts.
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t61-shamhat-crois-tu-quon-vive-eternellement#167 http://kurkigal.forumactif.com/t70-shamhat-quand-on-aime-on-ne-compte-pas-et-vous-ne-comptez-pas-pour-moi#208
    avatar
    Date d'inscription : 15/03/2018
    Messages : 180
    Age du perso : 26 ans.
    Métier : Gladiateur.
    Thème : Berserk - Forces
    DC : Amra Murmure-à-L'Océan, Votava Rêve-en-Silence.



    Esclave
    Esclave
    Katash - le Mer 21 Mar - 23:28
    http://kurkigal.forumactif.com/t88-katash-perfect-slave
    Cé Honteu ! Ma perfect Fiche é pa validay !

    Je rajekit ce forum !

    FAISONS DE BAYBAY MAHYAR ! bounce bounce bounce


    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t88-katash-perfect-slave
    avatar
    Date d'inscription : 21/03/2018
    Messages : 26
    Age du perso : 29 ans
    Métier : Perfect Esclave (duh)



    Prêtre
    Prêtre
    Éa Chaste-du-cœur - le Jeu 22 Mar - 11:07
    http://kurkigal.forumactif.com/t30-chaste-du-coeur-et-l-esprit-alors http://kurkigal.forumactif.com/t41-ea-chaste-du-coeur-_-_-on-se-connait#62
    FINALLY.
    YOU'RE LATE.

    Welcome dear. <3


    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t30-chaste-du-coeur-et-l-esprit-alors http://kurkigal.forumactif.com/t41-ea-chaste-du-coeur-_-_-on-se-connait#62
    avatar
    Date d'inscription : 20/02/2018
    Messages : 198
    Age du perso : 26 ans
    Métier : Prêtresse supérieure (Derketo)
    Thème : If I were - Same but different
    DC : Akkhi Hure-féroce, Celil



    Admin
    Admin
    Amra Murmure-à-l'Océan - le Mer 28 Mar - 11:54
    http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65
    avatar
    Félicitations !
    Te voilà validé(e) mon poussin !
    Maintenant que tu as passé la première étape du forum, je t'invite à venir recenser ton avatar sur ce topic histoire que personne ne te pique ta tronche, faire ton petit journal ici même en suivant le modèle et si tu cherches du rp, tu peux poster une demande par ici ! Ceci étant dit, amuse-toi bien sur le forum ! Laughing


    Mahyar a lu et approuvé donc la validation coulait de source pour notre perfect slave !



    Goddess wearing human skin
    Oracle of the Dark Mother ☽ While I'm fighting to stay human I portray a crying clown, 'Cause I'm cursed with acumen when the world is upside down. Begging the Gods above, I am lonely. That's the game They made me play, that's the way things got to be.
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65
    avatar
    Date d'inscription : 06/02/2018
    Messages : 714
    Age du perso : 19 ans.
    Métier : Hte-Prêtresse de Derketo.
    Thème : Therion - Call of Dagon
    DC : Shamhat Aime-les-Lois, Votava Rêve-en-Silence.



    Contenu sponsorisé - 



    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum