AccueilAccueil  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Derniers sujets

    Nomade
    Nomade
    Terqal Vaines-Espérances - le Dim 8 Juil - 23:36
    http://kurkigal.forumactif.com/t390-terqal-penser-l-impossible http://kurkigal.forumactif.com/t416-terqal-les-piliers-de-mon-existence#3462
    Devil Trill

    Il était donc en vie...
    Terqal s'étira paresseusement alors que le soleil s'enfonçait peu à peu derrière les murs de Shurug. Dans ce coin du marché bruyant et animé, assis à même le sol poussiéreux, l'homme demeurait jambes croisées, se reposant près de sa cithare. Il rangea les lettres de Leire dans sa besace, un large sourire sur le visage. Ce vieux brigand... Il était heureux, bêtement, de le découvrir en vie et en ville en même temps que lui. Ce n'était pas son genre d'envoyer des missives mais il avait éprouvé l'envie de le revoir après leur aventure dans le désert. Avec les années, Terqal se sentait simplement de plus en plus étranger dans sa propre ville natale. Les figures amies et connues raréfiaient progressivement, simple signe du temps qui passe, inexorable.

    Avec la barbe broussailleuse qui lui prenait tout le bas du visage et ses cheveux trop longs qui tombaient en mèches bouchées et désordonnées sur son front, il était facile de prendre l'homme assis pour quelque mendiant. Ses vêtements rapiécés étaient colorés mais ternis par le soleil et la poussière. Ses doigts aux dix bagues scintillantes se déplièrent et il fit craquer ses phalanges avant de se lever, n'emportant que sa besace et sa cithare, ses seules possessions matérielles ici-bas.

    Trouver l'établissement de bains privés ne fut qu'une formalité après avoir courtoisement demandé son chemin à quelque passant. C'était nouveau ça ? Il n'avait pas le souvenir d'y avoir déjà été. Mais cela faisait dix années qu'il s'était éloigné de Shurug, après tout. Pieds nus, avec ses vêtements bigarrés, il se présenta donc, se demandant si ce vieux crétin de Leire était déjà là ou non. Le vagabond fouilla dans sa proche et demanda, tout sourire sous sa barbe, les yeux bleus pétillants, s'il pouvait profiter du hammam. Il sortit quelques shekels, toute sa fortune glanée de mendicité en racontant ses histoires et en faisant ses tours de magie, pour avoir le droit d'entrer. Il n'aurait plus rien pour manger mais il n'avait jamais eu besoin d'argent pour trouver de la nourriture.

    L'endroit faisait riche et il s'y engouffra tout joyeux, ayant demandé si son ami était déjà arrivé mais visiblement, il était le premier. Tant mieux, il aurait plus de temps pour profiter et se délasser. Après s'être lavé mains et pieds et avoir abandonné ses affaires, à présent entièrement nu, Terqal observa les jolies mosaïques entre les brumes du hammam. C'était luxueux. Son corps, sec et légèrement musclé par une vie au grand air, tanné de soleil, accusait son âge mais demeurait séduisant. Entre quelques cicatrices diverses et les grains de beauté, il y avait les multiples tatouages, certains simples petits dessins naïfs et abstraits, d'autres complexes et plus élaborés, qui interloquaient toujours les gens. Il patienta donc, tranquillement assis jusqu'à ce que...
    "LEIRE !" S'exclama la voix chaude et chantante du vagabond. Ce dernier se précipita littéralement sur son ami d'enfance, se jetant à son cou. Les yeux clairs pétillaient de malice : Terqal était ainsi familier avec tout le monde et n'importe qui. "Mon frère !" chantonna-t-il encore, avant de l'embrasser sur les deux joues, deux gros baisers qui claquèrent dans le silence tranquille du hammam. Puis, relâchant son compagnon, mais conservant un bras autour de ses épaules, il lui fit un sourire rayonnant d'imbécile heureux pour l'entraîner s'asseoir à côté de lui. "Comment vas-tu ?" Continua-t-il, pipelette et visiblement extatique. Leire était peut-être le seul homme au monde à lui manquer sincèrement, après tout.


    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t390-terqal-penser-l-impossible http://kurkigal.forumactif.com/t416-terqal-les-piliers-de-mon-existence#3462
    En ligne
    avatar
    Date d'inscription : 25/06/2018
    Messages : 18
    Age du perso : 46 ans
    Métier : Roublard, Conteur, Guide, Colleur de basques...
    Thème : ♫ Icon
    DC : Mahyar/Nue/Pritika



    Nomade
    Nomade
    Leire Fangeux-chantre - le Ven 20 Juil - 22:36
    http://kurkigal.forumactif.com/t127-leire-fangeux-chantre-bien-a-vous http://kurkigal.forumactif.com/t162-leire-a-l-ombre-du-pouvoir

    Le diable et le bateleur

    VAINES-ESPÉRANCES
    Terqal

    FANGEUX-CHANTRE
    Leire

    EDEN PROJECT- CRAZY LOVE
    [feat. Leah Kelly]
    Il gardait compulsivement ce bout de missive tanné par le temps et le voyage. Jamais il ne s'était imaginé relire des mots venant de cette couleuvre. Ce chien c'était simplement taillée la part du lion à l'ombre de la citadelle. Quelques mots rapidement griffonnés lui disant qu'il partait pour cette aventure qui faisait battre son cœur. Le scribe était rancunier et pourtant en apprenant que son ami revenait à nouveau, il avait tournée la page sans même y réfléchir.
    Sa seconde vie à Shurug lui permettait de profiter plus simplement des commodités de la ville et, insidieusement, de profiter aussi de lieux plus propices à des retrouvailles dénuées de toute ambiguïté. Serein il approchait des bains, tranquillement situés dans une petite ruelle au calme. Quelques passants, peu de curieux et surtout la perspective de retrouver un visage si familier. Leire pouvait presque sentir cette douce odeur de cannelle qui suivait Vaines-Espérances. Cette fragrance nostalgique qui flottait à l'entrée de cette bicoque vaporeuse le guidait jusqu'à la présence de son ami.
    Ce dernier l'avait déjà aperçu bien avant, se ruant vers lui avec son habituelle nonchalance. Une sorte de signature qui ne manqua pas de faire sourire le scribe. A peine eut-il le temps de répondre d'un simple "hey" qu'il sentait les bras de Terqal se serrer à son cou les rapprochant immédiatement.
    Il n'y avait pas de gênes, aussi le copiste passa ses bras autour de la taille de voyageur lui rendant son étreinte. D'une voix quelque peu nouée il répondait bêtement les banalités des rendez-vous habituels :

    -Je n'arrive pas à croire qu'on se retrouve ici, la vie m'est plutôt clémente. Dis-moi que tu restes ici pour quelques temps, que je puisses profiter de ta présence.


    Leire se recula et prit le visage du vagabond entre ses mains, lui embrassant énergiquement les joues comme un parent retrouvant un enfant perdu. Si Terqal était encore dans la fleur de l'âge, son corps encore radieux malgré les années, le vieux scribe ne pouvait pas supporter la comparaison. Ce mélange des genres était tellement inattendu à croire que cet éphèbe était un enfant de Sabaoth sur le point d'assouvir les désirs d'un vieil homme au crépuscule de sa vie.

    -Dis-moi, que deviens tu depuis ce voyage ? T'avoir à mes côtés à été une bénédiction. Crois-moi. Allez-raconte !

    Ceux connaissant le copiste n'avaient pas tant l'habitude de le voir si prompt aux conversations banales, humaines, mais parce que Terqal savait déjà tout ce qu'il y avait à savoir sur son ami Leire, il n'éprouvait pas le besoin de prétendre. C'était un naturel déconcertant où le copiste ne jugeait pas.
    Dans un geste inattendu il se colla contre le corps de Terqal, plongeant son visage dans le creux du cou, inspirant avec délice le parfum de son amant. Détendu il se laissait fondre dans cette prise, les yeux clos il se laissait bercer par les mouvements du voyageur.



    Even if my own life will end

    "Can I submerge myself in Her for eternity, everlasting"
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t127-leire-fangeux-chantre-bien-a-vous http://kurkigal.forumactif.com/t162-leire-a-l-ombre-du-pouvoir
    avatar
    Date d'inscription : 02/04/2018
    Messages : 89
    Age du perso : 48 ans
    Métier : Prêcheur itinérant
    Thème : Tristan de Liège - Akaroa / Outro
    DC : Sone & Fenty & Nin'karu



    Nomade
    Nomade
    Terqal Vaines-Espérances - le Dim 22 Juil - 10:51
    http://kurkigal.forumactif.com/t390-terqal-penser-l-impossible http://kurkigal.forumactif.com/t416-terqal-les-piliers-de-mon-existence#3462

    Terqal accueille Leire dans ses bras comme s'ils s'étaient quittés la veille. Comme si tout ce passif entre eux n'existait pas. L'homme des sables semble fait pour le rire et l'insouciance, pas pour les chagrins et les drames. Son air est détendu, son visage n'exprime qu'une immense joie et cette tendresse toute particulière, sortie des tréfonds de l'enfance devenue lointaine. Quand ce sinistre scribe rongé de folies était encore jeune et insouciant. Quand Terqal n'était qu'un obscur gamin des rues, voleur à la petite semaine. A-t-il vraiment changé ? Terqal ne sait pas, ne se pose pas la question. Il sait juste qu'il est heureux de retrouver cette terre sûre que représente son ami, son amant.

    Le visage mangé de barbe broussailleuse s'appuie doucement sur le haut de la tête de Leire, qui a choisi de se blottir dans son cou. Terqal n'a que sourit, comme d'habitude, recueillant gentiment son ami. Il l'entoure d'un bas, lui aussi, le garde gentiment tout proche. A sa place ? Leire est une évidence mais Terqal ne le lui dira pas. Il préfère jouer si bien l'indifférent. Son ami accuse l'âge, lui semble un peu toujours pareil, en plus âgé. Terqal s'en fiche : le corps de Leire est ainsi qu'il est fait. Le reste l'indiffère totalement. La beauté physique est une chose très surfaite et seulement valable sur les jeunes filles - et encore.
    "Toi, tu as des soucis." Dit-il doucement, remontant une main affectueuse pour caresser la nuque de son ami abandonné à leur étreinte. Il le voit bien : Leire cherche son contact comme un assoiffé cherche l'eau du désert. Il sent les muscles noués de stress sur le bout de ses doigts tannés et joue à dénouer ces nœuds en un massage du bout de la main.

    "J'étais content de te trouver pour le désert. Les dunes, c'est vachement monotone quand on n'a pas son vieux pote." Il sait de quoi il parle, à vrai dire. N'y a-t-il pas passé dix longues années à fuir ses fantômes ? Le souvenir de celle qui l'a dupé à bien mis tout ce temps à s'estomper. "Je reste... Un moment." Dit Terqal dans un sourire et un air des plus évasif. Il n'en sait rien en toute sincérité. "Mais j'avais du monde à voir...." Il réfléchit, puis, avec cet air d'imbécile heureux, ajoute : "Surtout toi ! J'avais peur que tu te sois fait manger par une bestiole de la jungle." Il glousse un peu, la main devant ses lèvres avec un maniérisme amusant face à sa carrure sèche et musclée. "Quant à après l'expédition baaaaah... J'ai essayé de monter un peu jusqu'aux Terres Balafrées. Par les couilles de Sabaoth ça rigolais pas ! Franchement, c'est pas le paysage le plus accueillant que j'ai vu et même le désert fait moins sec à côté... mais c'était aussi assez... beau ? Torturé ? Comme toi ! Un paysage à ton image."

    Il glousse à nouveau, caressant toujours la nuque de Leire en un mouvement circulaire. Pousse le vice jusqu'à gentiment lui embrasser le haut de la tête. Il le laisse prendre son temps, sans en avoir l'air, lui accorde le refuge de ses bras, de son odeur familière. Il devine le besoin derrière le geste et se tait face à l'évidence.  "Il y avait un arbre qui poussait dans le basalte d'un volcan, aux fruits extraordinaires et ses feuilles étaient rouge sang. J'ai goûté un fruit mais bon... Il était dégueulasse." Il rit de bon coeur, en bon crétin aux histoires impossibles. Et pourtant, était-ce possible que ce soit vrai ?


    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t390-terqal-penser-l-impossible http://kurkigal.forumactif.com/t416-terqal-les-piliers-de-mon-existence#3462
    En ligne
    avatar
    Date d'inscription : 25/06/2018
    Messages : 18
    Age du perso : 46 ans
    Métier : Roublard, Conteur, Guide, Colleur de basques...
    Thème : ♫ Icon
    DC : Mahyar/Nue/Pritika



    Nomade
    Nomade
    Leire Fangeux-chantre - le Ven 27 Juil - 20:47
    http://kurkigal.forumactif.com/t127-leire-fangeux-chantre-bien-a-vous http://kurkigal.forumactif.com/t162-leire-a-l-ombre-du-pouvoir

    Le diable et le bateleur

    VAINES-ESPÉRANCES
    Terqal

    FANGEUX-CHANTRE
    Leire

    Zola Blood - Good Love
    Il avait les yeux clos, l'odeur de cannelle mêlée à l'odeur fleurie des bains faisaient doucement planer Leire. Il se laissait emporter à chaque respiration de son ami, bercé par cette intimité. Ce simple retour à une adolescence plus naïve lui permettait d'oublier ce dans quoi il s'était lancé. Une course à l'immortalité qui le déchiquettera au premier signe de faiblesse. La poitrine de Terqal se souleva dans un long soupir qui se mua en quelques mots concernés. Prit de court, le scribe ne se cacha pas devant l'homme qui l'avait tellement mis à nu par le passé. Toujours la tête nichée au creux de cou du voyageur, Leire sentait une prise sincère témoin d'une indéfectible amitié :

    "Toi, tu as des soucis."

    L'aîné ricana simplement, ces quelques éclats de rire secouaient son corps paisiblement installé dans cette étreinte. Ses yeux toujours clos il se rapprocha d'avantage de Terqal essayant de combler le vide qui existait entre eux. Plusieurs décennies de vide. Mais à garder le silence son égal le comblait de sa candeur infinie. Cette simplicité sans nom qui était propre à Terqal. Leire ne chercha pas à justifier ce besoin de contact, après tout ils auraient toutes les occasions du monde d'y revenir si cela était nécessaire. Parce qu'il était là maintenant, lui qui avait tellement vu ici, là-bas et surtout loin du scribe.
    Comme un enfant, il continuait à se lover, l'amertume ne l'emportait pas à cet instant parce que le bien-être et le confort de ces bras effaçaient tout dans leur chaleur humaine. Les doigts de Terqal jouent sur la peau blessée par le temps, un cuir tendre qui roulait sous les tracés apaisant de ces messages. Il gémissait sous la détente, un bruit proche du rire un peu gêné de vieux con qui appréciait ce contact. Il n'y avait pas à dire, il savait-y faire avec les corps des autres. Il enfonçait d'avantage sa tête guidant les gestes de son ami sur sa nuque, son dos musclé par les longues marches. Sa peau saillait ses muscles visibles sous la peau, son corps entier se laissait endormir tant il se sentait bien. La voix du voyageur le berçant encore et encore avec son timbre de voix enfantin.

    Il restait niché là, à l'entendre se réjouir de leur précédente excursion, oh que le scribe avait rêvé de tout plaquer et suivre Terqal. Combien de fois Leire s'était imaginé tourner le dos à cette simple obsession ? La nuit, dans sa couche, il pouvait clairement se voir tout abandonner pour poursuivre cette nostalgie qui l'avait attaché à Shurug dans l'espoir de le voir revenir. Et quand il ne venait pas alors il créait des histoires où son ami triomphait lors de sa grande aventure dans l'inconnu.  "Je reste... Un moment." Il ne redressa pas sa tête, son sourire s'étira comme s'il allait craquer et pleurer de joie et de soulagement d'entendre ces mots. Ses bras se serrèrent d'avantage autour du voyageur, agrippant ses vêtements de fortune. Il pouvait l'entendre être distrait ou ailleurs, ses paroles semblaient être horriblement réfléchies venant de Terqal mais Leire préférait l'ignorer au profit de ce moment d'apaisement. Il l'écoutait se justifier maladroitement, lui dire à quel point il s'était inquiété pour son vieil ami copiste après leur séparation. Par les Créateurs, il aimait toujours autant s'écouter parler ce filou. Bien-sûr que tu avais visités tout ces endroits insolites, se disait Leire. Que cela soit vrai ou non il s'en fichait. Cette part de merveilleux dans chacune de ses anecdotes rendait Terqal encore plus rafraîchissant que n'importe quel enfant de Sabaoth. Il gardait cette jeunesse éternelle. Etait-il possible qu'il soit apeuré, inquiet ? Ou même simplement dans le doute ? Cet homme semblait hors de toutes ces préoccupations et bien au-dessus de n'importe quelle âme dans ces murs.
    Leire l'admirait, l'aimait pour cette capacité à être à l'écart de tout cela.

    "c'était aussi assez... beau ? Torturé ? Comme toi ! Un paysage à ton image."

    Le vieux soupira, ses sourcils contrit gardant ses paupières closes. On pouvait le devenir prêt à pleurer, quelques spasmes le faisait bêtement trembler. Bordel. Comment un simple mortel qui n'était jamais là pouvait avoir une telle prise sur lui ? Chaque compliment était comme un poignard logé dans son dos lui rappelant qu'il était impossible de garder un oiseau en cage au risque de le voir vous détester ou de se laisser mourir.

    La chaleur du lieu le laissait apaisé, somnolant dans la prise de Terqal. Ses mains faisaient des miracles et puis sa voix le laissait s'imaginer tant de choses qu'il n'était pas nécessaire de les ouvrir. La réalité serait bien trop décevant. Ce moment de paradis l'éloignait de ses angoisses. Se laissant balader jusqu'au bout des Terres Balafrées, à la vision d'un arbre bien surprenant. Il pouvait le voir, le sentir et presque toucher ses feuilles rouges du bout de ses doigts abîmés. : "Il y avait un arbre qui poussait dans le basalte d'un volcan, aux fruits extraordinaires et ses feuilles étaient rouge sang." et dans un même soupir, avant que son ami ne continue, le scribe ponctua "Je sais, je l'ai vu."

    Il aurait du se taire, continuer à s'enivrer de ces touchers mais il ne pouvait se complaire dans cette illusion qui maintenait l'effrayait :

    "J'ai vu beaucoup trop de choses, Terqal." Son visage était contrarié, sourcils froncés et expression d'incompréhension. D'une voix lourde de sens il continuait "Tu as raison, j'ai des soucis et ils me dévorent le cœur et le sommeil"

    Il pouvait encore sentir le délicat baiser de son ami sur son front, cette chaleur unique. Il se concentrait sur cette sensation avant de se reculer pour enfin se libérer de ce chaleureux contact. Il porta ses mains à son visage se frottant encore et encore, négligemment, comme pour effacer cette peur qui commençait à revenir :

    -"Mais ces mêmes soucis sont également une bénédiction qui m'ouvrent beaucoup de portes. J'imagine qu'il n'y a rien sans rien dans ce monde."
    Il se mit à refléter l'attitude nonchalante de Terqal, un sourire bête et un rire stupide "Allez, viens, ces shekels ne vont pas se dépenser sans nous."

    Il prit le pas et ouvrit la marche vers les bains. De simples bains publics mais qui étaient assez calmes pour l'heure. Quelques hommes profitaient de l'eau et se lavaient tranquillement sans s'occuper du passage. Le scribe déposa deux shekels dans un petit panier en tissé en osier et s'avança sur les bords d'un bassin avant de retirer ses semelles usées et sa tunique poussiéreuse.
    Dans son plus simple appareil il profita de cette simplicité du moment, au milieu de gens loin de toute cette complexité et cette horreur enfant de Derketo.



    Even if my own life will end

    "Can I submerge myself in Her for eternity, everlasting"
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t127-leire-fangeux-chantre-bien-a-vous http://kurkigal.forumactif.com/t162-leire-a-l-ombre-du-pouvoir
    avatar
    Date d'inscription : 02/04/2018
    Messages : 89
    Age du perso : 48 ans
    Métier : Prêcheur itinérant
    Thème : Tristan de Liège - Akaroa / Outro
    DC : Sone & Fenty & Nin'karu



    Nomade
    Nomade
    Terqal Vaines-Espérances - le Dim 29 Juil - 11:54
    http://kurkigal.forumactif.com/t390-terqal-penser-l-impossible http://kurkigal.forumactif.com/t416-terqal-les-piliers-de-mon-existence#3462

    Terqal est intemporel, par sa bêtise naïve et cela semble le plus parfait du monde. Il est plus facile de feindre de ne pas sentir ces trémolos qui secouent le corps ami. Plus facile de ne pas comprendre combien l'on est essentiel à cet instant. Cependant, Terqal ne lâche pas Leire comme il l'aurait fait d'un autre, parce que c'est Leire et qu'il est Terqal. Il n'a pas oublié le temps passé ensemble, jeunes et idiots et insouciants. Lorsqu'il est partit sans faire proprement ses adieux, il a laissé des blessures à vif qu'il se refuse à deviner. Il ajuste simplement ses gestes, nimbe ses sourires de cette douceur toute particulière qu'il n'a que pour un vieux scribe.
    Les sentiments sont là, tranquilles et indolores et il est facile de sourire largement, de laisser Leire se faire du soucis pour deux, trembler et chercher le secours de ses bras.
    L'étreinte est simple mais solide et Terqal sourit en silence quand Leire dit avoir vu l'arbre du volcan et il a l'air d'un gamin pour lequel on valide qu'il a des pouvoirs magiques. Ses yeux clairs étincellent de joie et il ne se rembrunit même pas quand son ami avoue à mi-voix qu'il est désormais hanté. Il demeure souriant, très calme, les prunelles pétillantes.

    Il ne renchérit pas, parce qu'il n'est pas très doué pour les choses tristes. Il sait juste qu'il va couver ce vieil imbécile jusqu'à ce que son coeur s'allège. Il connait ce qui fait tout oublier aux hommes pour être ainsi lui-même. S'il ne savait pas Leire si indécrottablement homosexuel, il l'aurait invité à boire avec des jolies femmes, une à chaque bras chacun et ils auraient passé une bonne et longue nuit. De quoi oublier absolument tous les problèmes se nichait dans les choses les plus simples et anodines.
    Voyant finalement son ami changer d'humeur et se détacher de lui, Terqal le suivit simplement en souriant aux anges, ravi d'aller profiter de l'eau. Il avait ôté ses propres vêtements bigarrés sans se soucier de rien d'autre que de suivre le scribe.
    Lorsqu'il put enfin s'asseoir et plonger ses jambes dans la chaleur de l'eau, Terqal s'autorisa un long râle de plaisir. Il battit un peu des pieds, l'air aussi ravi qu'un gosse devant une friandise et ne résista pas plus longtemps à s'immerger sans se faire prier. Prenant son souffle, il se laissa couler sous la surface, appréciant infiniment le plaisir simple de l'eau chaude qui libérait son corps de la poussière des rues dans lesquelles il dormait pour l'instant - le temps de se refaire assez d'argent en jouant aux osselets ou en contant dans les rues.

    Lorsqu'il remonta, ses cheveux bouclés devant les yeux, cachant presque tout son visage avec sa barbe touffue, Terqal avança avers Leire mimant un mort vivant jusqu'à se trouver entre les cuisses de l'homme assis. Finalement, il rejeta sa chevelure en arrière, dévoilant de nouveau ses yeux au bleu du ciel d'été, brillants de rires. Les mains sur les cuisses solides de part et d'autre de son corps, il sourit de toutes ses dents.
    "Ca fait trop du bien ! J'ai du sable jusque dans les oreilles !" Il rit franchement, son regard passe un instant sur la musculature de celui qui était autrefois un adolescent maigrichon et pâle. Du bout du doigt, il appuie sur les abdominaux bien dessinés, s'amuse de voir ces différences entre ceux qu'ils étaient et ceux qu'ils sont devenus. "Tu vois que tu as fini par devenir un aventurier musclé !" Il est hilare, Terqal et ajoute avec un clin d’œil surjoué et un petit sifflement : "C'est sexy."

    Déjà, le magicien s'éloigne de son ami pour avancer un peu dans le bassin, visiblement plus que ravi de jouer les poissons d'eau douce, sa peau brune marquée par les ans et l'encre des tatouages se parant de vapeurs et de gouttelettes. Il s'amuse du bassin à la manière des enfants, sans honte ni pudeur. Puis, las de s'ébattre seul, rejoint finalement son ami, lui prenant les poignets pour le tirer dans l'eau. Face à face, dans cette eau chaude, Terqal sourit de nouveau puis, parce que sous ses dehors insouciants il a l'envie secrète d'apaiser un peu son vieux frère, se penche pour l'embrasser. Un baiser très simple et gentil, au parfum de réglisse - ces bâtons qu'il aime mâcher quand il s'ennuie. Les deux bras autour des épaules de Leire, il glousse comme une adolescente, visiblement plus que ravi de quelque chose qu'il ne formulera pas.
    "Si le sommeil te fuit, je l'attraperais pour te le rendre." Puis, dans une phrase des plus emphatique et théâtrale, il ajoute : "Je te protégerais !"
    Comme si Terqal pouvait vraiment protéger Leire de lui-même...


    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t390-terqal-penser-l-impossible http://kurkigal.forumactif.com/t416-terqal-les-piliers-de-mon-existence#3462
    En ligne
    avatar
    Date d'inscription : 25/06/2018
    Messages : 18
    Age du perso : 46 ans
    Métier : Roublard, Conteur, Guide, Colleur de basques...
    Thème : ♫ Icon
    DC : Mahyar/Nue/Pritika



    Nomade
    Nomade
    Leire Fangeux-chantre - le Lun 6 Aoû - 21:05
    http://kurkigal.forumactif.com/t127-leire-fangeux-chantre-bien-a-vous http://kurkigal.forumactif.com/t162-leire-a-l-ombre-du-pouvoir

    Le diable et le bateleur

    VAINES-ESPÉRANCES
    Terqal

    FANGEUX-CHANTRE
    Leire

    TOR - Nomad

    Alors qu'il se déshabille tranquillement, dans le silence du lieu, il entend un bruit d'eau. Il ne cherche même pas à se retourner, aucune surprise parce qu'il le connaît, que c'est son genre d'être aussi spontané. Le visage du scribe se déride d'un simple sourire, la tristesse ou la peur se lit toujours mais au moins il peut se consoler en pensant à ce vieux bougre.
    Il s'approche alors du bord du bassin, se laisse tranquillement glisser pour s'installer à son aise. Alors qu'il regarde Terqal profiter de l'instant, le vieux Leire, lui, le vit par proxy parce qu'il ne peut pas entièrement tout mettre de côté comme son ami. Il le sait, s'il ne se retient pas ils finiront dans la même couche et Leire lui susurra des mots d'amours qui seront simplement reflétés par Terqal. Il n'y aura pas de sentiment de sa part, seul le copiste souffrira de cet aveu. Mais il sourit bêtement, comme un gamin, impatient d'imiter son copain qui fait le con dans l'eau.
    Il n'y a aucune pudeur, Terqal s’immisce naturellement entre les jambes de son plus vieux compagnon, pouffe de rire comme une jeune femme et du bout des doigts trace les formes de l'aîné. Si Terqal jouait de cette proximité, imitant l'appétit pour un corps qui avait été formé sur le tard, de muscles sous la peau flasque, Leire n'était pas dupe. Il acceptait de suivre la mascarade parce que c'était mieux ainsi et son ami ne voulait que son bien. Le laisser plonger tête baissée, sans réfléchir.
    Quand il ferme les yeux, il voit encore Terqal comme au premier jour. Un gamin poisseux mais qui avait un visage d'ange, des yeux perçants et surtout un sourire incroyable. Il était atypique dans ce lieu poussiéreux où tous passaient leurs journées à écrire et déchiffrer des antiquités. Helm avait fait une sacrée trouvaille ce jour-là.

    Perdu dans ses pensées le rire de son amant le surprit, il le voyait tout proche de lui, ses cheveux bouclés hurlaient au scribe de les saisir et de le tirer vers lui. "C'est sexy."
    Flèche en pleine poitrine, il sent sa respiration se couper nette. Il laisse sa tête peser lourdement, à deux doigts de l'inconscience alors que Terqal arrive et l'entraîne passionnément dans l'eau. La chaleur le calme, l'étreinte l'angoisse mais il ne s'emporte pas. Il ne respire pas, les lèvres de son amour se pose contre les siennes et le font inspirer comme pour avaler son âme. Les yeux grands ouverts il ne dit mots, consent à ce qu'il se passe. Admet sa défaite quand il l'entend lui dire qu'il le protégera et lui offrira des nuits sans peurs. Acquiesce tendrement avant de reculer de quelques pas, la proximité de son corps le rendant friable et exposé :

    -"Ne me mens pas." Ses deux mains sur son visage, il détourne le regard et soupir au travers de ses doigts "Je ne suis plus un enfant."

    Il ne s'entend pas parler, il entend seulement les battements de son cœur résonner dans son esprit, s'emballer, prêt à fuir. Sa voix tremble étrangement, probablement des sanglots mais il ne s'en rend pas compte. S'il le pouvait il se trouverait bien pitoyable de pleurer pour une simple question de sentiments. Il avait déjà aimé et se pensait immunisé, mais à chaque fois que Terqal arrivait, tout était bouleversé et Leire n'était plus sûr de rien.
    Le nomade a une prise bien réelle sur lui et il ne l'admet que quand il est au pied du mur, ce vieux scribe. Il relâche ses deux mains, les poses fébrilement sur le torse du voyageur, effleure tendrement la peau alors qu'il se rapproche et se colle à lui comme pour effacer un vide omniprésent dans son âme. Il l'embrasse, dépose ses lèvres sur le cou parfumé, s'enivre de chaque odeur, de chaque sensation. Il se rend fou, passionné au-delà de toutes raisons, dépose d'innombrables baisers. Ses tripes le guident mais à l'arrière de son crâne la peur rôde toujours alors il se fait plus insistant.
    Il esquisse un geste osé.





    Even if my own life will end

    "Can I submerge myself in Her for eternity, everlasting"
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t127-leire-fangeux-chantre-bien-a-vous http://kurkigal.forumactif.com/t162-leire-a-l-ombre-du-pouvoir
    avatar
    Date d'inscription : 02/04/2018
    Messages : 89
    Age du perso : 48 ans
    Métier : Prêcheur itinérant
    Thème : Tristan de Liège - Akaroa / Outro
    DC : Sone & Fenty & Nin'karu



    Nomade
    Nomade
    Terqal Vaines-Espérances - le Lun 6 Aoû - 22:14
    http://kurkigal.forumactif.com/t390-terqal-penser-l-impossible http://kurkigal.forumactif.com/t416-terqal-les-piliers-de-mon-existence#3462

    Voilà donc deux vieux imbéciles livrés à leurs souvenirs communs, à cette tendresse qui n'a jamais vraiment cessé. Différente mais latente. Il y a l'envie de l'autre, simple et sincère, sans artifice. Présente, farouche et familière. Leire pleure mais Terqal sourit un peu tristement, malheureux par simple empathie car son coeur à lui est aussi insouciant que le busard qui survole les steppes. La liberté profondément enracinée en Terqal le rend distant mais présent pour ce vieil ami. Si Leire lui avait chuchoté des mot d'amour, sans doute les lui aurait-il rendu au centuple, homme de promesses peu tenues. Volage et insouciant, bien trop pour être aimé en retour aussi fort qu'il le faudrait pour être capable d'enraciner un vagabond pareil, Terqal s'apitoie des larmes de son meilleur ami, son visage reflétant le miroir d'une peine qui n'est pas la sienne. Mais s'ils ne sont plus des enfants, que sont-ils donc alors ?

    Finalement, il n'a pas a creusé trop loin que son vieil amant se réfugie dans la chaleur de ses bras, après avoir trop longtemps repoussé l'étreinte. Les baisers pleuvent comme des milliers de gouttes d'eau sur son torse fébrile dont la pulsation s’accélère. Un temps, ils ont de nouveau treize ans entre deux rayonnages d'une Maison de Sagesse poussiéreuse qui recueille leurs premiers émois. Les lieux publics n'ont jamais arrêté Terqal tandis que son ami lui glisse mille baisers et caresses plus brûlantes que l'eau qui les entoure. Le corps du brun ne tarde pas à réagir à ce traitement familier. Le désir qu'il a pour Leire est là depuis ce qu'il parait être toujours. C'est peut-être bizarre. C'est la réalité de cette peau qui connait par coeur la sienne.



    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t390-terqal-penser-l-impossible http://kurkigal.forumactif.com/t416-terqal-les-piliers-de-mon-existence#3462
    En ligne
    avatar
    Date d'inscription : 25/06/2018
    Messages : 18
    Age du perso : 46 ans
    Métier : Roublard, Conteur, Guide, Colleur de basques...
    Thème : ♫ Icon
    DC : Mahyar/Nue/Pritika



    Nomade
    Nomade
    Leire Fangeux-chantre - le Mar 7 Aoû - 23:36
    http://kurkigal.forumactif.com/t127-leire-fangeux-chantre-bien-a-vous http://kurkigal.forumactif.com/t162-leire-a-l-ombre-du-pouvoir

    Le diable et le bateleur

    VAINES-ESPÉRANCES
    Terqal

    FANGEUX-CHANTRE
    Leire

    gloom - Catharsis
    [and you are my everything]
    Mêmes avec les yeux fermés il pouvait sentir le moindre soubresauts, chaque tension qui parcourait le membre du vieux voyageur. Leire dégustait chaque seconde et il s'y perdait avec une passion folle qui semblait étrangère à ce corps. Un pincement lui faisait ouvrir les yeux de temps à autres comme pour le rappeler à la réalité. Qu'une fois de plus il n'y aurait pas de "lendemain" et que ces mots d'amours ne dureraient pas toujours.
    Pourtant il se laisse porter, son sang bouillonne et tout ses sens sont en alerte.


    Il n'entend rien, ne voit rien, il se laisse guider par les gestes de son amour. Sa main prise par Terqal, il le suit, il glisse dans l'eau sans la moindre résistance. Il tourne le dos au danger, à la logique, et laisse son amant l'emmener là où il ne voulait plus finir. Dans sa tête il se demande si le nomade éprouve la moindre gêne, le moindre soupçon de regret quant à cette situation. Est-ce qu'il sait ce qu'éprouve le scribe ? Est-ce qu'il sait à quel point il en souffre ?


    Ses pensées s’effilent, il n'y a plus de sens, plus de bien ou de mal. Il veut juste sentir le bien-être réchauffer son corps en manque d'attention, d'intimité. Il est bruyant, plus que nécessaire. Son sourire s'étire à l'infini alors qu'il s'étend dans l'eau.
    Par provocation ? Les autres tourne le regard, peut-être n'y voient-ils qu'un homme mûr profiter du bien-être offert par le lieu ? Ou ils ne sont point dupes et préfèrent ignorer ce qu'il se passe.

    Il est victime de sa propre passion, un râle profond, proche de l'oreille du nomade :

    -"J'ai tellement besoin de te sentir, putain."

    Un langage si simple, sans artifices, il est aux larmes tant l'animal au fond de lui se libère de tout ce poids inutile.
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t127-leire-fangeux-chantre-bien-a-vous http://kurkigal.forumactif.com/t162-leire-a-l-ombre-du-pouvoir
    avatar
    Date d'inscription : 02/04/2018
    Messages : 89
    Age du perso : 48 ans
    Métier : Prêcheur itinérant
    Thème : Tristan de Liège - Akaroa / Outro
    DC : Sone & Fenty & Nin'karu



    Nomade
    Nomade
    Terqal Vaines-Espérances - le Jeu 9 Aoû - 10:11
    http://kurkigal.forumactif.com/t390-terqal-penser-l-impossible http://kurkigal.forumactif.com/t416-terqal-les-piliers-de-mon-existence#3462

    Pris d'une impulsion, Terqal lui offre un gentil baiser. Tout va bien, disent les yeux menteurs et tricheurs. Et pourtant, comme il l'aime à sa manière, cet imbécile...


    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t390-terqal-penser-l-impossible http://kurkigal.forumactif.com/t416-terqal-les-piliers-de-mon-existence#3462
    En ligne
    avatar
    Date d'inscription : 25/06/2018
    Messages : 18
    Age du perso : 46 ans
    Métier : Roublard, Conteur, Guide, Colleur de basques...
    Thème : ♫ Icon
    DC : Mahyar/Nue/Pritika



    Nomade
    Nomade
    Leire Fangeux-chantre - Hier à 18:26
    http://kurkigal.forumactif.com/t127-leire-fangeux-chantre-bien-a-vous http://kurkigal.forumactif.com/t162-leire-a-l-ombre-du-pouvoir

    Le diable et le bateleur

    VAINES-ESPÉRANCES
    Terqal

    FANGEUX-CHANTRE
    Leire

    Moth Equal - The Heavens opened and closed
    "Sais-tu pourquoi j'ai hérité de ce lamentable honorifique ? Certainement pas pour la bassesse de mon langage ou des mes intentions."

    Ses sentiments sont réduits à néants à chacun des mouvements de Terqal.

    Il est épuisé le pauvre scribe et ne peut faire front face au déluge de ses émotions mais il ne dit rien. il se laisse noyer sous l'étreinte amoureuse du voyageur. Il sourit bêtement, se montre bon enfant. C'est plus aisé de se montrer fort quand on revient d'un tel moment complice. C'est bien plus simple de mentir et de confronter son bourreau quand on l'a affaiblit.

    Leire se presse contre Terqal dans une embrassade forte, ils reculent de quelques pas et battent la porte. L'aîné s'accroche à cette peau brune, laisse ses ongles le griffer. Non ça ne va pas
    Il relève la tête, frotte son visage contre la barbe épaisse de son amant, ferme les yeux et peut encore revivre cette escapade animal, l'air est saturé de leur passion :

    -"Pourquoi on en revient toujours à ça ?" il laisse un rire moqueur l’interrompre. N'importe quel sot les aurait vu venir. Il le sait mais il ne maîtrise pas ces pulsions "C'est risible. Je pensais être assez fort pour faire face à ce qu'il m'arrive et puis, toi, te voilà et au final je me demande si ce que je fais à un sens." Si tout ces sacrifices sont justifiés...

    Il passe ses bras autour du cou de Terqal, se soulève assez pour atteindre les lèvres de son amant. L'embrasse simplement avant de toucher terre. Littéralement, ses bras nus longent le corps inerte du voyageur puis trouvent leur repos sur ses hanches. Sa tête lourde se niche sur la poitrine rassurante du cadet.
    Evidemment Derketo ne le quittait jamais très longtemps, à peine avait-il goûté au soulagement du corps que l'esprit reprenait sa course folle entre désirs et doutes. Et Terqal se tenait au milieu de ce chaos, inchangé. Inchangeable :

    -"Restes, au moins ce soir. Ne te soucies de rien..."

    Ses démons lui permettaient au moins de financer sa débauche la plus personnelle.

    "Mais probablement parce que je suis incapable de savoir ce que je veux, même quand je le réclame à corps et à cris"


    Even if my own life will end

    "Can I submerge myself in Her for eternity, everlasting"
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t127-leire-fangeux-chantre-bien-a-vous http://kurkigal.forumactif.com/t162-leire-a-l-ombre-du-pouvoir
    avatar
    Date d'inscription : 02/04/2018
    Messages : 89
    Age du perso : 48 ans
    Métier : Prêcheur itinérant
    Thème : Tristan de Liège - Akaroa / Outro
    DC : Sone & Fenty & Nin'karu



    Contenu sponsorisé - 



    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum