AccueilAccueil  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Derniers sujets

    Esclave
    Esclave
    Nue Défie-la-Mort - le Jeu 31 Mai - 22:31
    http://kurkigal.forumactif.com/t124-nue-defie-la-mort-histoire-d-une-porte-poisse#537 http://kurkigal.forumactif.com/t126-nue-il-vaut-mieux-defier-le-destin-qu-y-succomber

    Silence.
    Le temple s'éveillait en frissonnant, dans un petit jour où les nuages de brumes s'accrochait aux pieds des colonnes trop hautes. La silhouette dansait comme une funambule, silencieuse et fugace, à l'instar de celle qu'elle irait retrouver ce matin-là. Parfois, Nue Défie-la-Mort considérait le vide comme la réponse à cette souffrance dans sa poitrine. Il suffirait de rater un saut, comme quelques semaines plus tôt et ce serait terminé. Ironiquement, la mort fuyait la femme au visage balafré de douleur. Même choir des hauteurs vertigineuses du temple n'avait pas suffit à la tuer. Derketo était-elle intervenue ? Non, ce n'était qu'une statue. Les Dieux n'existaient pas pour Nue, car elle n'avait plus nulle foi en des êtres qui laissaient commettre les pires crimes et qui épargnait les pauvres veuves...

    C'était de ces moments où la dépression resserrait ses anneaux autour du corps de Nue, jusqu'à ce qu'elle s'étouffe avec son propre souffle. Dans ces moments là, l'esclave demeurait cachée, ivre de douleur, à bercer un corps malmené. Elle n'avait pas été capable de s'entraîner dans ce point du jour qui peinait à lever les fumerolles de brouillard. La douleur l'avait rattrapé sans qu'elle comprenne pourquoi. Un cauchemar plus glaçant que les autres en était sûrement responsable. A moins que ce soit l'ennui. Bien qu'Amra ait cessé de l'ignorer, il ne lui demandait trop rien et Nue continuer de tourner en rond sur des continuelles aurores qui répondaient aux mêmes crépuscules fades.

    Cependant, au milieu du brouillard, il y avait une lueur. Cattleya avait été la seule à tendre la main à une esclave affamée et délaissée. La seule qui l'avait regardée comme une personne et pas comme quelque bête fauve insaisissable. A présent, Nue l'appelait "son amie" dans le secret de son coeur hermétique. Elle ne le lui dirait pas car c'était vain et que les êtres qu'elle appréciait avaient un funeste destin...

    Ce matin donc, alors que le monde paressait encore, Nue quitta le temple de Derketo pour rejoindre les thermes qui ouvraient à peine. Elle n'était pas friande de ce genre d'endroit. Trop de monde et trop de gens nus. Nue se dévêtit cependant. Elle avait consentit à ce nécessaire sacrifice amical : parfois il faut faire ce que l'autre aime et pas seulement se contenter de l'obliger à fixer des entraînements médiocres. Il y avait Ehyenah pour ça... bien que le "sucre d'orge" ne soit toujours pas digéré.
    Ce fut donc nue que Nue se glissa dans l'eau, abandonnant une serviette sur le rebord du bassin, délassant ce corps perclus de cicatrices, fines comme boursouflées, rouges comme pâles, petites comme longues. Elle attendit, car elle avait rendez-vous avec une amie et que c'était sans doute l'attente la plus douce et amère qui soit, tant l'impatience d'être auprès d'elle lui tordait le ventre.


    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t124-nue-defie-la-mort-histoire-d-une-porte-poisse#537 http://kurkigal.forumactif.com/t126-nue-il-vaut-mieux-defier-le-destin-qu-y-succomber
    avatar
    Date d'inscription : 02/04/2018
    Messages : 92
    Age du perso : 19 ans
    Métier : Esclave
    Thème : All For One
    DC : Mahyar / Pritika



    Esclave
    Esclave
    Cattleya Aube-Fugace - le Sam 2 Juin - 21:01
    http://kurkigal.forumactif.com/t283-les-gens-ruinent-les-belles-choses http://kurkigal.forumactif.com/t284-cattleya-il-est-des-sentiments-qui-justifient-qu-on-vole-en-eclats#2064


    There are two pairs of footprints

    in this place of white

    Dans la pénombre de ses quartiers, ses yeux étaient restés ouverts, fixés sur son plafond dont elle connaissait désormais chaque détails. Inutile pour moi d'essayer de les clore, elle s'entendait encore penser, c'est un de ces jours-ci. Un de ces jours-ci, où elle sentait encore son sang chaud sur ses mains, dégoulinant en cascade de sa plaie, glissant sur le tranchant de sa lame, jusqu'à terminer dans le creux de ses paumes. Une vision cauchemardesque, sans réveil pour l'en libérer.

    Parfois, elle regardait ses mains tremblantes dans le silence de son insomnie, et jurait qu'elle apercevait encore leur souillure, du coin de son œil. Et alors, elle pensait à l'autel purificateur comme on penserait à de l'eau, perdu dans un désert. Mais cette nuit là, elle ne quitta pas son lit, ô combien pestilentielle était l'odeur de sang à ses narines. Cette nuit là, elle resta bien droite sur sa couverture, et pensa à l'aube, au lendemain, à cette promesse qu'elle avait faite à une amie. Tout rentrerait dans l'ordre. Elle trouverait une absolution totale – une absolution temporaire – dans les thermes.

    une amie — un mot qu'elle se surprit à penser. Cattleya n'avait pas d'amis. Seulement des collègues, et des maîtres qu'elle prétendait aimer. Tout n'était que façade, tout n'était que blessure, et tout n'était qu'amertume.

    Et pourtant.

    Malgré cette nuit affreuse qui l'avait vidé de ses forces, la simple idée de passer la matinée en compagnie de Nue effaçait sa fatigue. C'est d'un pas lent mais décidé qu'elle quitta le temple, baignant dans la lumière matinale encore trop ténue pour agresser sa peau.

    Un fait,
    Toute timide qu'était Cattleya, la nudité ne l'embarrassait pas.

    Non pas qu'elle y était habituée - Rogi avait mis un point d'honneur à la traiter comme un être humain, et lui laisser son intimité de jeune fille. Maintenant qu'elle vivait parmi des kigallus, elle réalisait que, quoiqu'on dise de son ancien maître, il restait le produit de ses origines (la moitié d'entre elles, du moins) arallus.

    (Et quoiqu'on dise d'elle, Cattleya restait un produit de Rogi.)

    L'union, en revanche, c'était une toute autre histoire. Mais quant il s'agissait de se dévêtir, et de voir les autres dévêtus, elle ne cachait pas ses yeux, puisqu'elle ne voyait nullement le sous-entendu,

    puisqu'elle était innocente.
    Du moins à ce sujet.

    D'une innocence presque stupide, dans les faits. Quand on lui parlait d'orgie, elle pensait à des champs remplis d'orges où s'affairaient des paysans épuisés. C'était ainsi que Rogi lui avait défini la chose. Ce n'était pas le pire des maîtres, mais certainement pas le meilleur, et plutôt que d'aborder les choses de la vie avec sa jeune esclave, il s'était amusé à lui raconter les bêtises les plus absurdes, retenant de rire devant sa crédulité.

    Maintenant elle n'était plus crédule, et lui n'était plus vivant.
    Mais le mal, ô combien bénin, avait été fait, et personne ne pouvait le rectifier, puisque personne n'en avait conscience.

    Ainsi, c'est un regard sans arrière pensée, mais affectueux, qu'elle posa sur Nue déjà dans l'eau, arrivée à sa hauteur. Son sourire était petit, fragile, mais , alors qu'elle s'assit sur le rebord de l'eau, pieds et chevilles plongés dans l'eau. Elle adressa un geste de tête en guise de salut à son amie, à qui elle n'était pas encore prête à parler – quant à ses feuilles et ses crayons, elle doutait qu'ils feraient long feu entourés d'eau.

    Dans sa main luisait deux peignes d'ornement en argent. Le premier, gravé d'une fleur de lys, servit à accrocher ses interminables cheveux en un chignon maladroit. Le second, gravé d'une hirondelle, elle la déposa près de Nue, en cadeau discret, utile, et coquet.

    Et seulement alors elle défit sa serviette et glissa dans l'eau. Dans toutes les choses qui opposaient les deux jeunes filles, on pouvait ajouter leur corps. Celui de Cattleya était frêle, d'un ivoire immaculé de la moindre cicatrice, et comparé à ceux des autres femmes autour d'elle, d'un pâle fantomatique.  

    ☽ castel ☾

    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t283-les-gens-ruinent-les-belles-choses http://kurkigal.forumactif.com/t284-cattleya-il-est-des-sentiments-qui-justifient-qu-on-vole-en-eclats#2064
    avatar
    Date d'inscription : 22/05/2018
    Messages : 59
    Age du perso : 19 ans
    Métier : Esclave affiliée au temple de Derketo
    Thème : 「fallen down」
    DC : Castia Coeur-de-Glace



    Esclave
    Esclave
    Nue Défie-la-Mort - le Sam 2 Juin - 22:52
    http://kurkigal.forumactif.com/t124-nue-defie-la-mort-histoire-d-une-porte-poisse#537 http://kurkigal.forumactif.com/t126-nue-il-vaut-mieux-defier-le-destin-qu-y-succomber

    L'eau berçait la douleur, réchauffant le derme froid. Nue regardait le bout de ses genoux, dépassant de l'onde comme deux landes de sable blanchi de soleil. L'eau dressait des fumerolles presque poétiques dans la froidure d'une aube qui s'accompagna d'une autre, paradoxalement moins fugace, bien que fuyante.
    Nue leva les yeux pour regarder son amie entrer dans l'eau, ne se souciant guère de ce corps nu car elle n'avait jamais réussi à se faire à l'idée que les femmes puissent être attirantes. Les prunelles au vert émeraude répondirent aux iris de Cattleya et le visage de Nue s'éclaira un instant. Lorsque l'on prenait le temps de l'apprivoiser, Défie-la-Mort savait sourire, même de manière infime et fort maladroitement. C'était comme une balafre horizontal sur ce visage qui aurait été délicat si l'assassin savait se montrer gracieuse et savait sourire. A la place, Nue était bien souvent ronchon mais surtout amère. Ses lèvres, pourtant, s'incurvèrent en ce drôle de sourire très maladroit qu'elle n'avait que pour Aube-Fugace.

    Le bruit du métal sur la faïence attira le regard de Nue, son regard tombant sur ce peigne posé là comme par mégarde. Un cadeau donné sans le tendre. Un présent offert sans réclamer d'assentiment. Nue aurait pu l'abandonner là et faire semblant de ne l'avoir pas vu. C'était cette manière de faire qui convainquit l'esclave de saisir entre ses doigts l'ouvrage délicat aux entrelacs indubitablement féminins. Les hirondelles feraient-elles naître un printemps sur les lèvres pâles ? Peut-être bien un peu. Nue considéra un moment le présent, dont le métal lui renvoyait des chatoiements familiers. Puis, lentement, presque timidement, elle le piqua dans son propre chignon complètement désordonné et remonté à la va-vite. C'était joli. Bien plus à l'image de Cattleya qu'à la sienne mais le cadeau la touchait profondément sous son air un peu ennuyé et ce léger rose sur ses joues qui aurait tout aussi bien pu être dû à la chaleur de l'eau qu'au plaisir de recevoir quelque chose d'une amie.

    Ce que les gens appelait le silence était troublé par les bruits de l'eau, des premiers baigneurs, qui parlaient à voix paresseuse. Nue demeura un moment silencieuse à côté de Cattleya, appréciant simplement d'être seules à deux en un écho serein à leur passé peuplé de fantômes. Nue ne savait guère de choses sur Cattleya et ne lui demandait rien. Cattleya faisait le même chose. C'était finalement une drôle de chose que de dire le mot "amie" quand on ne se connait pas vraiment.
    "Merci..." Finit quand même par dire Nue, ramassant ses genoux contre sa poitrine pour y poser sa joue, toute proche de l'onde fumante. Un instant, le visage balafré paru s'apaiser. "Ca me fait plaisir de te voir." Elle prit sur elle pour glisser cette phrase maladroite, dite de cette voix basse, rauque et pénible, comme perpétuellement enrouée.


    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t124-nue-defie-la-mort-histoire-d-une-porte-poisse#537 http://kurkigal.forumactif.com/t126-nue-il-vaut-mieux-defier-le-destin-qu-y-succomber
    avatar
    Date d'inscription : 02/04/2018
    Messages : 92
    Age du perso : 19 ans
    Métier : Esclave
    Thème : All For One
    DC : Mahyar / Pritika



    Esclave
    Esclave
    Cattleya Aube-Fugace - le Dim 3 Juin - 23:40
    http://kurkigal.forumactif.com/t283-les-gens-ruinent-les-belles-choses http://kurkigal.forumactif.com/t284-cattleya-il-est-des-sentiments-qui-justifient-qu-on-vole-en-eclats#2064


    There are two pairs of footprints

    in this place of white

    Elle tendit la main vers le peigne, et Cattleya retint son souffle. Peut-être était-ce trop tôt ? Peut être ne lui plairait-il pas ? C'était après tout une chose coquette, et la muette connaissait la position de son amie à leurs propos. Bien entendu, elle avait remarqué leur petit jeu, d'initier l'autre à des choses qui lui était obscures. Elle, pour sa part, mettait un point d'honneur à assister aux entraînements de Nue. Cela lui changeait les idées, après le sang de son sommeil. Et si au début, elle ne trouvait rien de bien transcendant au fait d'agiter une épée, elle surprenait désormais son cœur à battre plus vite quand le bretteuse affrontait des ennemis invisibles.

    Mais demeurait cette incertitude, que tôt ou tard, elle irait trop loin de la zone de confort de son amie, qu'elle lui déplairait.

    C'était l'une de ses craintes tenaces, de déplaire aux autres. De ne jamais trouver sa place, ou d'être abandonnée. Mais c'était aussi une peur rarement éprouvée, puisque Cattleya n'ouvrait pas son cœur aisément. Il n'était pas impossible qu'elle s'aventure dans ceux des autres, mais le voyage était à sens unique.

    Alors cette amitié était nouvelle, et elle ne savait trop comment agir. Il était dur de prétendre tout cela sans importance, alors qu'elle regardait Nue et son cadeau, les lèvres plissés par l'appréhension. Puis enfin, elle porta le peigne à ses cheveux, et le cœur de Cattleya s’affola de voir l'épreuve surmontée. Une épreuve bien piètre, mais quand on avait vécu si seul, toute action était un défi, et toute réaction, une récompense.

    Le regard affectueux, les yeux baignées de gratitude, elle quitta le rebord pour s'aventurer plus loin dans l'eau, et face à Nue, applaudit doucement. Un geste qui se voulait compliment : L'ornement lui allait bien.

    Et alors Nue ouvrit la bouche, et au fil de ses mots, les mains de Cattleya perdirent en allure, comme un train que l'on freine. En l’occurrence, ici, le train de ses pensées. Elle resta interdite pendant un instant, et ses doigts s'entrelacèrent tandis qu'elle baissait les yeux, peu habituée à ce qu'on soit heureuse de sa présence.

    Ou même qu'on la remarque.

    Ses jambes se plièrent doucement, et elle plongea son visage dans l'eau, de sorte à ce qu'on n'en voit que ses yeux. De la timidité. Puis, son attention à nouveau sur Nue, elle hocha lentement la tête, en signe d'approbation, et de réciprocité. Elle pouvait sentir les mots fleurir sur ses lèvres : « moi aussi », et « tes mots me font plaisir ». Mais malgré toute son affection, malgré toute sa confiance, demeurait son silence impérial.

    Mais ce n'est pas ça qui l'empêcherait de faire la conversation, papier, ou pas papier !

    Ainsi, elle se redressa avec une détermination nouvelle, et désigna les thermes d'un geste de main. Puis après une courte hésitation sur comment se faire comprendre, elle fit un cœur avec ses doigts, et pencha la tête, les yeux plissés. Une question. La comprendrait-elle ?  

    ☽ castel ☾

    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t283-les-gens-ruinent-les-belles-choses http://kurkigal.forumactif.com/t284-cattleya-il-est-des-sentiments-qui-justifient-qu-on-vole-en-eclats#2064
    avatar
    Date d'inscription : 22/05/2018
    Messages : 59
    Age du perso : 19 ans
    Métier : Esclave affiliée au temple de Derketo
    Thème : 「fallen down」
    DC : Castia Coeur-de-Glace



    Esclave
    Esclave
    Nue Défie-la-Mort - le Lun 4 Juin - 13:25
    http://kurkigal.forumactif.com/t124-nue-defie-la-mort-histoire-d-une-porte-poisse#537 http://kurkigal.forumactif.com/t126-nue-il-vaut-mieux-defier-le-destin-qu-y-succomber

    Des présents, Nue n'en avait que bien peu reçus. Des présents d'une amie : jamais encore. S'il n'était notoire que Défie-la-Mort vivait une vie solitaire, certains savaient qu'elle avait été prise par les Ephores après la mort de son maître -et époux. C'était les ragots, propagés par quelques esclaves qui l'avaient vu autrefois. C'était les rumeurs sur cette fille qui s'obstinait à survivre. Défie-la-Mort... Un honorifique amer. Elle était comme un rat, une créature anodine vaguement nuisible et paradoxalement increvable. Pourtant, Nue aurait préféré trouver la mort auprès de Finh et de cet enfant dont elle ne se savait même pas encore porteuse. Alors, auprès de Cattleya, dont le silence faisait un écho au sien, elle se surprenait à aimer ces échanges simples. Toutes ses choses qu'une esclave dressée pour le meurtre et les larcins ignoraient, Cattleya les connaissaient. L'inverse était vrai. Nue avait tué, plusieurs fois, pour assurer le statut d'un maître avide. Et ensuite pour Finh, qu'elle aimait tant... Elle savait se glisser dans l'obscurité et disparaître en silence. Cela ne lui servait paradoxalement plus à rien, parce que Nue n'avait à protéger qu'un imbécile capricieux.

    Le peigne dans les cheveux, les joues rosies de l'approbation de Cattleya, si expressive là où Nue n'exprimait pas grand chose, Nue profitait de l'eau chaude. C'était agréable, dans le fond, parce qu'elle n'avait jamais eu accès à ce genre de luxe. Parfois, elle se demandait quel genre d'histoire avait Cattleya. Elle était délicate, raffinée. Une fleur pâle aux yeux tristes. Leurs cheveux se faisaient un curieux écho. Nue se demandait si elle était née avec ces jolis cheveux blancs ou si, comme elle, ils étaient le résultat d'un choc épouvantable. Si elle était vraiment muette ou si, comme elle peu de temps auparavant, ne parvenait-elle plus à parler. Son amie était un mystère. Elle ne savait rien d'elle. Pourtant... Dans la poitrine de Nue, il y avait cette envie de la protéger de toute laideur, de tout effroi.

    L'embarras visible d'Aube-Fugace tira à Nue un sourire maladroit et elle-même demeura assise, ses bras entourant ses genoux, ne sachant trop comment est-ce qu'elle était censée réagir. La chaleur de la vapeur tournait un peu la tête mais c'était agréable. Elle se sentait propre pour la première fois depuis longtemps. C'était fou pourtant, comme la sensation du corps roide de son époux était encore présente dans ses paumes, comme l'odeur du sang pouvait la tenir éveillée. Elle ignorait pourtant que celle qui l'accompagnait vivait les mêmes tourments. Comment aurait-elle pu le savoir ? Elle respectait le silence de Cattleya. Si la jeune esclave voulait qu'elle sache son histoire, elle le lui dirait. C'était ainsi que Nue ne se frustrait de rien. A vrai dire, elle-même n'avait rien confié à quiconque ici...

    La question, muette mais éloquente, amusa un peu Nue. Un instant, cette dernière regarda autour d'elle, admirant les mosaïques colorées, les murs de chaux de couleurs vive. L'eau claire des bassins, les fleurs... Cela avait une certaine harmonie. Ce genre de luxe lui était étranger. Elle se sentait un peu resquilleuse dans ce paysage charmant. Nue pinça les lèvres. "Oui, c'est joli. Mais tu vas mieux dans le paysage que moi." Fit-elle, un peu bourrue de nature. Finalement, elle se déplia un peu pour avancer jusqu'à ne plus avoir pieds que sur le bout des orteils (ce n'était guère difficile car Nue était particulièrement petite). Elle ne savait nager que de manière sommaire, juste assez pour ne pas se noyer bêtement si on la jetait dans une rivière. Finalement, de l'eau jusque sous le nez, elle se tourna pour fixer Cattleya de ses yeux clairs avant de remonter un peu, libérant sa bouche et son menton. "C'est calme. Ce n'est pas désagréable. Tu viens souvent ?" Demanda-t-elle doucement, soucieuse de s'intéresser aussi aux envies de son amie. C'était maladroit. Elle était nulle pour faire la conversation. A cet exercice là, même la muette était plus éloquente.


    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t124-nue-defie-la-mort-histoire-d-une-porte-poisse#537 http://kurkigal.forumactif.com/t126-nue-il-vaut-mieux-defier-le-destin-qu-y-succomber
    avatar
    Date d'inscription : 02/04/2018
    Messages : 92
    Age du perso : 19 ans
    Métier : Esclave
    Thème : All For One
    DC : Mahyar / Pritika



    Esclave
    Esclave
    Cattleya Aube-Fugace - le Mer 6 Juin - 21:30
    http://kurkigal.forumactif.com/t283-les-gens-ruinent-les-belles-choses http://kurkigal.forumactif.com/t284-cattleya-il-est-des-sentiments-qui-justifient-qu-on-vole-en-eclats#2064


    There are two pairs of footprints

    in this place of white

    Elle resta figée dans le paysage des thermes, son regard insistant posé sur Nue. Avait-elle était assez claire ? Qu'il était dur de mettre en mots le silence. Cattleya voulait être de compagnie agréable à son amie, et n'était-ce pas pour cela qu'on l'avait formé ? Qu'on l'avait entraîné ? Elle s'en voudrait beaucoup que l'esclave ne retire rien de la matinée, sinon l'impression d'avoir perdu son temps.

    Ses épaules crispées s'affaissèrent lorsque la jeune femme regarda autour d'elle, et elle soupira sans s'en rendre compte lorsqu'elle entendit enfin son verdict. Ainsi, elle avait compris. Et leur sortie lui plaisait ! Elle se rappelait encore cette crainte qu'elle avait eu, le cœur abîmé par la mort de Rogi, qu'il était et serait à jamais le seul à la comprendre. Tout cela lui semblait si absurde désormais. Et si lointain.

    Elle secoua la tête en réponse à ses paroles, et avec son air tendre, montra Nue du doigt, avant de lever son pouce de cette même main. Elle avait sa place ici : la propreté ne connaissait pas de critères.

    La curiosité au fond des pupilles, elle regarda Nue nager en eaux plus profondes, des profondeurs où elle, pour sa part, coulerait sans l'ombre d'un doute. On lui disait fréquemment que sa petitesse rajoutait à son charme, mais elle pensait : certainement pas à mon autorité.

    À la question de son amie, elle répondit par l'affirmative, hochant la tête avec une telle motivation que même un aveugle devinerait la fierté de sa réponse. Autour des deux femmes, les bains n'étaient que le pâle reflet de leur effervescence habituelle, fruit de l'heure matinale. Seuls les prêtres et les esclaves se levaient si tôt.

    La tête dodelinante, ses cheveux bercés au gré de ses mouvements, elle tenta une nouvelle question. Le doigt tendu vers Nue, d'abord. Puis vers elle-même. Et ensuite, son index et son majeur imitant la marche. Elle tâcha d'ignorer au mieux les regards curieux que les quelques clients autour d'elles leur lançaient. Ensuite venaient les bains, qu'elle désigna encore, puis avec ses deux mains, elle imita un moulinet. Une roue qui tourne ?

    ☽ castel ☾

    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t283-les-gens-ruinent-les-belles-choses http://kurkigal.forumactif.com/t284-cattleya-il-est-des-sentiments-qui-justifient-qu-on-vole-en-eclats#2064
    avatar
    Date d'inscription : 22/05/2018
    Messages : 59
    Age du perso : 19 ans
    Métier : Esclave affiliée au temple de Derketo
    Thème : 「fallen down」
    DC : Castia Coeur-de-Glace



    Esclave
    Esclave
    Nue Défie-la-Mort - le Dim 10 Juin - 15:40
    http://kurkigal.forumactif.com/t124-nue-defie-la-mort-histoire-d-une-porte-poisse#537 http://kurkigal.forumactif.com/t126-nue-il-vaut-mieux-defier-le-destin-qu-y-succomber
    Theme

    Le bruit de l'eau se répercute en écho dans les thermes. Les matinaux profitent de ce calme avant l'affluence. Quant à Nue et Cattleya, elles devisent en silence. Nue parle bien un peu, pour montrer à son amie qu'elle se veut aussi agréable que cette dernière. Doit-elle lui dire qu'elle apprendra à lire avec celui qui n'est personne pour les autres et pourtant un fragment qui semble tiré de son passé ? Elle n'ose pas encore, pour ne pas lui donner de faux espoirs, parce que Nue se pense trop nulle pour apprendre efficacement.

    L'eau apaise les tensions du corps habitué à se cacher dans les hauteurs du temple. Le moelleux d'un lit n'est pas dans les habitudes de l'esclave, qui n'aime avoir de possessions sinon un confort tout spartiate. La chambre donnée par Amra est bien trop vaste et décadente pour une vulgaire esclave - en tout cas une esclave qui ne serve pas d'ornement. Nue préfère dormir dans ses cachettes. Elle est bien plus en sûreté et elle peut voir venir les ennuis de plus loin.

    Cattleya semble heureuse d'être là et cela fait plaisir à Nue, qui rougit et cela sur le compte de la chaleur. Elle a l'impression de faire quelque chose de bien, d'avoir une relation normale avec quelqu'un. C'est plus facile : avec une autre esclave elle est sur un pied d'égalité. La preuve, elle la maniaque du vouvoiement tutoie Cattleya avec aisance. Elle l'apprécie sincèrement, après tout.

    Observant les gestes de la jeune beauté, Nue fronce les sourcils, cherchant à déchiffrer les mots sans paroles de son ami. Elle s'embrouille un peu. Elles deux qui vont aux thermes ? Et pourquoi une roue ?
    Tête penchée comme un chat en pleine circonspection, l'assassin cherche la réponse à l'énigme qu'est Cattleya. Par amitié, parce qu'elle ne veut pas la froisser ou lui causer de la peine, Nue se creuse les méninges - elle n'en a guère trop, puisqu'elle est guerrière plus que cérébrale.
    "Nager ?" Tente-t-elle, en désespoir de cause. "Je suis désolée si je comprend mal." La jeune femme secoue la tête. Elle a l'impression que c'est de sa faute, de louper le coche. "Est-ce que c'est ce que tu voudrais ? Apprendre à nager ?"
    Finalement Nue soupire doucement et reprend, d'une voix capable de douceur qu'il n'y parait quand on ne la connait pas : "Tu sais... J'ai demandé à... Sourire Amer... de m'apprendre à lire... Comme ça... Toi et moi..." Elle rougit furieusement à présent, détourne le regard. "On pourra se comprendre facilement."
    Elle se cache à moitié dans l'eau, le regard fuyant. Elle voudrait dire "parce que tu es ma seule amie." Mais les mots restent bloqués dans sa poitrine. Et puis n'est-ce pas d'autant plus plaisant qu'il y a ce doux malaise en présence de celui qui sera son professeur ?


    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t124-nue-defie-la-mort-histoire-d-une-porte-poisse#537 http://kurkigal.forumactif.com/t126-nue-il-vaut-mieux-defier-le-destin-qu-y-succomber
    avatar
    Date d'inscription : 02/04/2018
    Messages : 92
    Age du perso : 19 ans
    Métier : Esclave
    Thème : All For One
    DC : Mahyar / Pritika



    Esclave
    Esclave
    Cattleya Aube-Fugace - le Dim 10 Juin - 20:27
    http://kurkigal.forumactif.com/t283-les-gens-ruinent-les-belles-choses http://kurkigal.forumactif.com/t284-cattleya-il-est-des-sentiments-qui-justifient-qu-on-vole-en-eclats#2064


    There are two pairs of footprints

    in this place of white

    S 'installa un nouveau silence, que seul venait troubler les systoles et dystoles de l'eau paisible. Les mains de Cattleya étaient suspendus dans l'air, tout comme son regard l'était sur les traits de Nue. Elle était statue concentrée et curieuse, détective avant l'heure. C'était là son domaine d'excellence, lire les autres. Peut-être était-ce par son mutisme, qui forçait son attention et son écoute. Mais ironiquement, la jeune esclave ne savait pas se lire elle-même, et cela lui avait apporté, et continuerait de lui apporter, son lot de problèmes.

    (même si elle s'améliorait doucement,
    ses lettres à Amra y étaient pour beaucoup)

    Alors c'est sans mal qu'elle devina l'évidence, avant que son amie ne la mette en mots. Mots maladroits, et hésitants, et faux, et elle se contenta juste de sourire, embarrassée. C'était sa faute, sans doute : elle aurait dû mieux s'exprimer. En compagnonne attentive, elle choisit de mentir, et d'acquiescer.

    C'est dans son dos que Nue lui annonça la nouvelle — Cattleya marchait en direction du rebord, pour s'appuyer contre lui. Un pas, puis l'autre, mais elle s'arrêta avant de l'atteindre, juste alors qu'elle comprenait le projet de son amie. Elle se retourna vivement, les yeux écarquillés, les mains liées les unes aux autres près de sa poitrine. Elle apprenait à lire ? Pour elle ?

    Et à son tour, elle se sentit rougir, mais pas d'embarras.

    De félicité.

    Elle imita sa collègue, et dissimula ses lèvres dans l'eau. Une interdiction, car elles tremblaient — les mots étaient là, juste derrière elles, au bord du précipice, hardis par la reconnaissance. Ça me touche et, merci. Voilà ce qu'elle aurait souhaité lui dire.

    Et l'eau gela bientôt sa peau, alors qu'elle pensait que tous ces efforts étaient vains, et cela par sa faute. Nue s'appliquait à apprendre à lire, une entreprise qu'elle même avait mené il y avait une éternité de cela — du moins c'était son impression. Mais dans un monde idéal, où Cattleya était capable et digne, elle n'en aurait pas eu la nécessité. Elle lui aurait souri, et ajouté : "Pas besoin, mon amie", et toutes les deux, de concert, auraient ri avec leurs deux voix claires et tangibles.

    Mais elle n'y parvint pas, et le bonheur laissa place à la culpabilité de ne pas mériter son amitié. Désormais dos contre le rebord, c'était à son tour de fuir son regard, le visage maladif.

    ☽ castel ☾

    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t283-les-gens-ruinent-les-belles-choses http://kurkigal.forumactif.com/t284-cattleya-il-est-des-sentiments-qui-justifient-qu-on-vole-en-eclats#2064
    avatar
    Date d'inscription : 22/05/2018
    Messages : 59
    Age du perso : 19 ans
    Métier : Esclave affiliée au temple de Derketo
    Thème : 「fallen down」
    DC : Castia Coeur-de-Glace



    Esclave
    Esclave
    Nue Défie-la-Mort - le Lun 11 Juin - 17:08
    http://kurkigal.forumactif.com/t124-nue-defie-la-mort-histoire-d-une-porte-poisse#537 http://kurkigal.forumactif.com/t126-nue-il-vaut-mieux-defier-le-destin-qu-y-succomber

    Apprendre à lire... Nue n'en avait jamais éprouvé le besoin. On lui demandait de tuer, de voler, d'espionner. D'intercepter quelque billet. Pas de savoir le déchiffrer. Surtout pas de savoir le déchiffrer en réalité. On l'avait dressé comme l'on dresse quelque chien docile. Les choses douces et délicates, les étoffes précieuses, les bains parfumés n'étaient pas pour elle. Nue ignorait l'existence qu'avait pu mener Cattleya mais le physique gracile et sans défaut était assez éloquent. Sûrement n'avait-elle jamais travaillé vraiment en dehors de tâches simples. Au contraire de son amie, Nue était couverte de cicatrices et de marques qui trahissaient tant de coups de dagues, de fouet... Ainsi n'avait-elle jamais eu la curiosité nécessaire pour la lecture et l'écriture, activité de gens lettrés qui ne lui seyait guère.

    Sous ses dehors froids, la jeune femme était faite pour le feu de l'action et l'adrénaline de la chasse. C'était sans doute l'une des innombrables raisons pour laquelle elle ne parvenait pas à se faire à sa nouvelle vie. La principale raison restait Murmure-à-l'Océan.
    Voyant l'autre esclave s'empourprer de plaisir, Nue s'empourpra tout autant en miroir, touchée d'être source de joie. Elle était si maladroite avec les autres, habituellement... Et voilà qu'elle parvenait à faire naître une expression de sourire sincère !

    Elle ne soupçonnait pas que son amie désirait tant lui parler mais à la voir tout à coup se décomposer, une inquiétude sincère heurta le coeur de l'assassin. Elle était soudain si pâle, comme effrayée... Le trouble palpable de la muette lui fit l'effet d'un coup en pleine poitrine et Nue oublia de réfléchir pour s'élancer à ses côtés près du bord. "Hey... Te prends pas la tête..." Un geste, plus délicat qu'on aurait pu l'imaginer de la part de Nue, qui releva le menton tremblant. "Je sais pas quelle merde te tourne en tête mais je le fais pas que ça pour toi. J'en aurais peut-être besoin un jour." Elle n'avait pas idée à quel point ses propos étaient prophétiques. "Tu sais... J'ai pas l'habitude de..." Elle regarda autour d'elle et dans un geste ample qui englobait tout et rien à la fois : "Tout ça... Mais je suis heureuse de le partager avec toi."

    C'était douloureux, de lire cette peine dans les beaux yeux de celle qui était son amie et Nue, oubliant un instant sa distance et sa réserve, posa une main tranquille sur la joue de Cattleya. "Ca m'est égal que tu parles ou non. On est amies, ça ne s'arrête pas à ça."
    Merde, elle l'avait dit... Nue recula d'un pas et ce fut son tour d'être gênée, croisant les bras sur sa poitrine dénudée, farouche et les yeux fuyants. "Bref, ce que je veux dire c'est que je fais ça pour moi. C'est super égoïste. T'emballes pas." Vraiment ?


    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t124-nue-defie-la-mort-histoire-d-une-porte-poisse#537 http://kurkigal.forumactif.com/t126-nue-il-vaut-mieux-defier-le-destin-qu-y-succomber
    avatar
    Date d'inscription : 02/04/2018
    Messages : 92
    Age du perso : 19 ans
    Métier : Esclave
    Thème : All For One
    DC : Mahyar / Pritika



    Esclave
    Esclave
    Cattleya Aube-Fugace - le Lun 11 Juin - 20:38
    http://kurkigal.forumactif.com/t283-les-gens-ruinent-les-belles-choses http://kurkigal.forumactif.com/t284-cattleya-il-est-des-sentiments-qui-justifient-qu-on-vole-en-eclats#2064


    There are two pairs of footprints

    in this place of white

    Parfois
    elle se demandait
    pourquoi.



    Pourquoi lui, d'abord.
    Mais ça, c'était du passé.

    Et maintenant, pourquoi elle. Ce n'était pas une question qu'elle adressait aux dieux, au destin, ni même aux étoiles. Et quand elle regardait la mer, dans sa vaste infinité, détentrice de toutes les réponses, elle taisait là aussi ses pensées. Cette question, elle ne la destinait qu'à Nue.

    Pourquoi elle, alors qu'elle méritait tant, et mieux. Pourquoi elle, la fausse muette, dont rien n'expliquait le silence, sinon la lâcheté ? Pourquoi elle, amie d'une femme si courageuse et combative ? Pourquoi elle ?

    Pourquoi elle ?

    Un fait.
    L'amitié ne demande pas de raisons.
    Il ne lui existe nul prérequis, et c'est là toute sa beauté.
    Cattleya ne le comprenait pas encore.

    Alors elle baissait les yeux, ces yeux aveugles à la perfection de tout moment, et regardait l'eau glisser contre sa poitrine en vague tranquille. Comme les poumons des thermes — inspiration, expiration. Partageaient-elles son angoisse ? Elles étaient soudain muées en grands soubresauts, comme pris dans un vent de panique.

    (Nue s'agitait.)

    Elle releva le menton, mais ce ne fut pas son choix. En face d'elle, le visage concerné de son amie, et elle entendait sa voix, à travers le bourdonnement de ses oreilles. Dans le chaos de ses pensées, de ses maux, de sa culpabilité, elle, pourtant, demeurait, en phare, en rocher agréable, en repère.

    Le chaos, et elle, pourtant, qui demeurait claire.

    Sa main sur sa joue, et Cattleya s'y laissa glisser comme de la cire. Tout était familier, et tout était diffèrent. Sur ses mains, l'eau avait remplacé le sang. Et puis. Ça m'est égal que tu parles ou non. On est amies, ça ne s'arrête pas à ça. Et alors, tout était seulement diffèrent.

    Elle ouvrit la bouche, puis la ferma, le regard comme figé dans le temps. Devant elle, Nue se rendait compte de ce qu'elle venait de laisser échapper, et feignait l'égoïsme. Mais cela lui allait très mal — et Cattleya n'y croyait pas un seul instant. Trouble, ses yeux roulèrent sur les traits de la belle, jusqu'à terminer dans l'eau, et on aurait presque pu croire qu'elle n'avait rien entendu. Mais tout était là, pourtant. Au fond de ses yeux, et sur la courbe de ses lèvres.

    Elle acquiesa, longuement, comme pour prendre le temps de tout réaliser. Autour d'elles, les autres baigneurs matinaux étaient passés à autre chose. Ainsi ils ne l'entendirent pas lorsqu'elle murmura, à demie-voix : Moi aussi, je suis heureuse. Le silence. Et pourtant, elle le bannit encore. Revenons ici encore une fois. Elle leva les yeux. C'était cela, que je voulais te dire.

    ☽ castel ☾

    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t283-les-gens-ruinent-les-belles-choses http://kurkigal.forumactif.com/t284-cattleya-il-est-des-sentiments-qui-justifient-qu-on-vole-en-eclats#2064
    avatar
    Date d'inscription : 22/05/2018
    Messages : 59
    Age du perso : 19 ans
    Métier : Esclave affiliée au temple de Derketo
    Thème : 「fallen down」
    DC : Castia Coeur-de-Glace



    Esclave
    Esclave
    Nue Défie-la-Mort - le Lun 11 Juin - 21:51
    http://kurkigal.forumactif.com/t124-nue-defie-la-mort-histoire-d-une-porte-poisse#537 http://kurkigal.forumactif.com/t126-nue-il-vaut-mieux-defier-le-destin-qu-y-succomber

    Il existe toutes sortes de mots. De ceux qui détruisent, construisent. De ceux qui blessent, de ceux qui caressent. Il est des mots que l'on souffle sans même y penser et qui brisent finalement les barrières entre soi et l'autre.
    Nue connaissait le sang et le silence. La sensation épouvantable de se noyer dans l'obscurité poisseuse. Elle ne s'en plaignait jamais à voix haute. Son coeur, un soir, s'était éteint. Près de lui, au milieu de ce sang qu'elle avait versé sans jamais réfléchir qu'il maculerait ses doigts de celui de son amant. Elle ignorait à quel point Cattleya offrait un si saisissant miroir à son histoire.

    Un souffle suspendu, entre silence et culpabilité.
    Puis une petite voix, fragile. A peine audible, à peine croyable aussi. Nue sentit sa poitrine se serrer. Elle ne ressentit pas de colère, contrairement à ce qu'elle aurait pu penser. Ce ne fut pas non plus de la déception d'avoir été dupée. Elle recueilli ces fragiles paroles, preuve intangible d'une confiance dont elle ne se sentait pas digne.
    Elle parlait donc. Et cette voix qu'elle avait tut si longtemps était un présent infiniment plus précieux que tout ce qu'elle avait jamais reçu. Nue sentit quelque chose éclore en elle, une fleur silencieuse, qui taisait son nom par pudeur. L'envie de la protéger de ce monde effroyable la prit aux tripes. A la place, elle répondit avec un sourire maladroit mais sincère : "Revenons-y lorsque que nous pourront."

    La voix fut tendre, la voix se fit caresse. Nue ne s'exclama nul "tu parles !" ou ne lui reprocha rien. Elle se contenta de s'asseoir sur le rebord, laissant un moment ses pieds aller et venir dans l'eau chaude. Son corps était définitivement jalonné de trop de cicatrices comme une carte de son histoire, que l'on pouvait lire en relief sur sa peau. Puis, à voix basse, Nue avoue finalement : "A la mort de mon mari et après ma... fausse couche..." Le mot lui fit si mal, comme du sel sur une plaie. "J'ai été incapable de parler pendant près d'un an." Elle poussa un long soupir, serrant les poings sur la pierre lisse. Pourtant, étrangement, le formuler à voix haute était aussi effrayant que réconfortant. Le deuil prenait du temps. L'écoute qu'elle n'avait jamais demandé, ces mots jamais formulés, elle les offrit à Cattleya. "Il a été assassiné. Je n'existe... Plus vraiment. Mais... toi et Sourire-Amer... Vous me traitez comme si je n'étais pas déjà morte ce jour-là... Alors... Merci."
    Elle serra les dents et, pour la première fois de sa vie, laissa couler les larmes.


    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t124-nue-defie-la-mort-histoire-d-une-porte-poisse#537 http://kurkigal.forumactif.com/t126-nue-il-vaut-mieux-defier-le-destin-qu-y-succomber
    avatar
    Date d'inscription : 02/04/2018
    Messages : 92
    Age du perso : 19 ans
    Métier : Esclave
    Thème : All For One
    DC : Mahyar / Pritika



    Esclave
    Esclave
    Cattleya Aube-Fugace - le Mar 12 Juin - 0:44
    http://kurkigal.forumactif.com/t283-les-gens-ruinent-les-belles-choses http://kurkigal.forumactif.com/t284-cattleya-il-est-des-sentiments-qui-justifient-qu-on-vole-en-eclats#2064


    There are two pairs of footprints

    in this place of white

    Pourquoi elle ?
    On lui répondit vite.



    Parlons de Cattleya.
    Parlons de sa jeunesse.
    Lorsqu'elle perdit sa voix, beaucoup s'étonnèrent. D'autres furent mécontents. Mais tous trouvèrent en son silence une tare, et tous cherchaient à l'en tirer. Par la douceur. Par la force. Par des mots gentils, mais clairs : allez, dis quelque chose, jeune fille. Et par des mots amers, et des insultes. Il serait mal avisé pour votre humble serviteur que de les écrire ici ; ainsi, je ne le ferais pas.

    Sachez seulement que toutes les méthodes, toutes les variables, toutes les circonstances, amenèrent à un résultat unique : un échec cuisant et douloureux, aussi bien pour les prétendus bienfaiteurs, que pour le sujet de leur remède.

    Elle-même ne connaissait pas la cause de son mutisme. Elle parlait, autrefois. À force, elle ne chercha même plus à se soigner, parce que c'était impossible.

    Elle pensait sa pathologie incurable.
    Il n'y avait en fait pas de mal à guérir.

    Il lui fallait seulement du temps. Beaucoup de temps. De la tranquillité, et cela, cela, un certain Rogi lui en donnerait en quantité, et lui reprendrait tout, avec de lourds intérêts. Alors il lui faudrait des centaines de crépuscules, et des aubes fugaces, tout aussi nombreuses, dont elle hériterait le nom.

    Et avec tout ceci, le clou du spectacle — rideau !
    Il lui faudrait un indiffèrent. Indiffèrent comme le monde, qui tournait avec elle, et sans elle. Indiffèrent comme le soleil, qui se couchait, qu'elle le veuille ou non. Indiffèrent à la voix, et indiffèrent au silence. Celui là porterait le nom de Nue Défie-la-Mort, et serait un elle.

    Et lorsqu'enfin Cattleya prononcera des mots,
    l'indiffèrent restera digne de son titre, et pensera tout en silence.

    Cattleya, pour sa part, était étonnée de voir une chose, eh bien, se passer.
    Tranquille.
    Présente, et puis passée.
    Le monde tournait encore, les étoiles demeuraient tissées dans leurs galaxies. Rien n'avait changé, et tout était diffèrent. Nue lui répondit, et elle acquiesça, gentiment, avec cette lueur, cette lueur indicible dans les yeux. La curiosité ? La surprise ? La paix ? L'espoir, peut être ? Tout, et rien à la fois.

    Elle imita Nue, qui tenait sa parole. Ça m'est égal, que tu parles ou non. Sur le rebord, ses jambes, plus courtes que celle de son amie (elle pouvait la désigner ainsi sans honte, désormais) balançaient doucement dans l'eau.
    Plic.
    Ploc.
    Puis Nue lui avoua sa fausse couche, et il n'y eut plus un son.
    Une pause.
    Un silence.
    Et puis plic.
    Ploc.
    Elle écoutait, tandis que ses yeux suivait les mouvements de ses pieds. De loin, personne n'aurait pu deviner ce qu'il se disait entre ses deux filles. Personne n'aurait pu deviner la gravité, et la souffrance. Doucement, Cattleya joint sa main à celle de Nue. Un encouragement. Elle pouvait tout lui dire.

    Et dans ce tout, elle trouva une peine commune.
    Vous me traitez comme si je n'étais pas déjà morte ce jour-là.
    Il me traitait en être humain.

    Et, de la même façon qu'elles partageaient une douleur,
    elles partagèrent aussi des larmes.
    Cattleya, elle, ne serra pas les dents. Depuis son échange avec la haute-prêtresse, les larmes, elle s'y était habituée. Elles surgissaient sans prévenir, comme la mort et le malheur — force accablante, et pourtant libératrice. Elle ne leur résistait plus.

    Elle n'était pas une source tarie.
    Elle ne l'avait jamais été.
    Tout était question de temps, et de sanglots en retard.
    Maintenant, le temps était long, et suffisant.
    Maintenant, elle était disposée à pleurer.

    Elle sécha, larmes après larmes, le visage de Nue. De son autre main, c'était son propre chagrin qu'elle essuyait. Et bientôt, elle rit, de sa voix, pas de ce rire silencieux — quelle spectacle ! Les deux esclaves qui larmoyaient d'un passé commun, et diffèrent. La tranquillité des thermes, que venaient troubler des pleurs. Essuyant une dernière fois les sillons salées qui lui coulaient sur les joues, elle finit par plonger dans le bassin, pour mélanger sanglots et eau paisible. Tout se confondait sur ses traits, mais on n'y lisait plus de tristesse.

    Rentrons.

    Parlons de Cattleya.
    Parlons de son silence.
    Il perdurerait encore.
    Pas avec Nue, cependant.
    Mais elle restait une jeune fille réservée, et mal habituée à ce qu'on l'entende.
    Alors elle dirait les choses doucement, petit à petit.
    Des mots brefs, parfois brusques.
    Des mots siens.

    ☽ castel ☾



    Dernière édition par Cattleya Aube-Fugace le Jeu 14 Juin - 0:10, édité 1 fois
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t283-les-gens-ruinent-les-belles-choses http://kurkigal.forumactif.com/t284-cattleya-il-est-des-sentiments-qui-justifient-qu-on-vole-en-eclats#2064
    avatar
    Date d'inscription : 22/05/2018
    Messages : 59
    Age du perso : 19 ans
    Métier : Esclave affiliée au temple de Derketo
    Thème : 「fallen down」
    DC : Castia Coeur-de-Glace



    Esclave
    Esclave
    Nue Défie-la-Mort - le Mer 13 Juin - 18:40
    http://kurkigal.forumactif.com/t124-nue-defie-la-mort-histoire-d-une-porte-poisse#537 http://kurkigal.forumactif.com/t126-nue-il-vaut-mieux-defier-le-destin-qu-y-succomber

    Nue avait apprivoisé le silence. La fleur charmante qui taisait ses souffles avait dévoilé son secret de n'être point muette. Peut-être n'avait-elle simplement rien à dire au monde et en cela, Nue la comprenait mieux que quiconque. Qu'y avait-il à dire ? Les mots étaient tricheurs et menteurs. Les mots faisaient souvent de faux rebonds, sources continuelles de conflits, de colère ou de désaccord.
    Pendant l'année précédente, elle-même avait été incapable de parler, la gorge coupée par une horreur qui ne pouvait ainsi dire son nom. C'était revenu lentement, petit à petit. A présent, elle parlait bien moins qu'avant. Elle préférait écouter et ce silence qui ne la trahirait pas.

    Cattleya pleura avec elle. Nue se demandait si son amie, sa seule véritable sincère et précieuse amie, souffrait du même genre de manque qu'elle et l'idée lui brisa le coeur : que n'aurait-elle donné pour pouvoir effacer tout ce chagrin comme elle aimerait effacer le sien. Ou tout du moins passer outre sa dépression, cette douleur qui vrillait sa poitrine en continu sur une note sourde. Pas dit qu'elle y parvienne en vivant dans le temple de la déesse des maladies, de la mort et des enfants morts-nés...

    Cependant, Cattleya était douce et ses doigts sur ses propres joues pleines de larmes lui firent du bien. En miroir, elle passa sa main sur la joue de son amie, le coeur réconforté de l'entendre rire. Elle-même n'y parvenait pas encore. Pourtant, elle s'autorisa un sourire étrangement tendre, maladroit mais sincère. Tandis que Cattleya plongeait pour chasser l'eau des larmes par celles des thermes, Nue s'aspergea un peu la figure.

    Finalement, à l'invitation à rentrer, Nue hocha la tête en se relevant. La main dans celle qui était son amie, elle était prête à commencer doucement à remonter de ces terribles abysses et, si possible, d'y guider Cattleya...

    [Clos donc, merci petit loukoum.]


    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t124-nue-defie-la-mort-histoire-d-une-porte-poisse#537 http://kurkigal.forumactif.com/t126-nue-il-vaut-mieux-defier-le-destin-qu-y-succomber
    avatar
    Date d'inscription : 02/04/2018
    Messages : 92
    Age du perso : 19 ans
    Métier : Esclave
    Thème : All For One
    DC : Mahyar / Pritika



    Contenu sponsorisé - 



    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum