AccueilAccueil  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  

  • Admin
    Admin
    Amra Murmure-à-l'Océan - le Dim 29 Avr - 22:51
    http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65





    Pritika & Amra


    La violence est silence, et le silence est désert. Sentinelles de sable tournées vers la mer, tirez sur tout ce qui bouge, même sur la poussière, tirez sur le soleil rouge qui meurt dans la mer ! - La frontière, Bernard Lavilliers.

    Le regard paresseux, Murmure-à-L'Océan profitait de la chaleur de l'eau des thermes en vidant son esprit de ses pensées superflues. C'était doux et agréable, une solitude limpide qui l'aidait à ne pas penser que tout était en train de s'évanouir. Elle avait cette sensation plaisante de flotter à l'envers d'elle-même sans avoir besoin de fumer de l'opium. Figée dans le silence, l'hundra goûtait à la solitude du plus petit des bacs du thermes ou elle avait l'habitude d'aller, au fond de l'établissement. Parfois, lorsqu'elle en avait assez d'être seule, elle restait sur les bords des eaux à regarder les autres joueurs aux dès ou discuter de tous et de rien sans oser les déranger. Des centaines de vies qui ne touchaient jamais la sienne. Des centaines d'histoires qu'elle ne connaîtrait jamais. Parfois encore, elle s'asseyait près d'eux sans jamais rien dire, illustre inconnue qu'on ne reconnaissait pas toujours comme étant la Haute-Prêtresse. Et comme elle aimait cet endroit, chaud et humide, où tout le monde était sur un pied d'égalité. Elle appréciait la nudité car elle était honnête et naturelle. Il n'y avait que le troussé qui était vulgaire, pas la nudité. Loin des murs froids et gris du temple de Derketo, loin des Éphores et des effluves d’encens froid et rance, elle se sentait revivre.

    Il était tôt et le matin nacré soufflait encore les embruns frais de la nuit. Les habituels vieillards étaient venus aux aurores pour apprécier comme elle le calme du silence, puis leur avaient succédé les mères accompagnées de leurs enfants turbulents, famille tantôt désordonnées, tantôt modèle. L'hundra les regardait avec un sourire tendre, celui même d'un homme qui ne pourrait enfanter une femme, d'une femme qui ne pourrait porter la vie, d'un être qui n'aurait pas de descendance. Ainsi était-elle faite qu'elle était non seulement stérile mais également condamnée au célibat sacerdotal, même si elle n'était pas obligée de faire abstinence. L'envie d'une famille, d'un cocon de protection demeurait niché secrètement dans son être, et la rendait parfois aussi malheureuse que ses sentiments à sens unique pour Hurrem. Elle enviait Altaïr d'avoir offert à sa sœur un fils ; cet enfant dont elle était la tante mais elle aurait voulu être le père. L'hundra soupira sans recours, retournant paresser dans l'eau un peu trop chaude qui asséchait un peu ses branchies bien cachées sous ses colliers d'or, seul bijou qu'elle refusait d'ôter en allant aux thermes. Elle avait croisé ses bras sur le rebord du bac et avait fermé les yeux pour rêver de ses dernières errances. L'hundra avait rêvé du désert : un soleil fané, tout blanc et tout rouillé. C'était si joli que la vision d'un blanc aveuglant lui revenait souvent, apaisant étrangement son cœur comme si c'était l'endroit où elle était née et qui lui offrait une douce nostalgie.

    Ses longs cheveux dansaient dans l'eau comme des algues blondes, l'air languide les yeux pourtant grands ouverts sur une silhouette qui ne lui était pas inconnue, mais pas familière non plus. L'hundra se massa les yeux, la vision troublée par la chaleur avant de reconnaître la Haute-Prêtresse de Sabaoth avec laquelle elle avait parfois échangé quelques politesses, rien de plus. On lui avait dit qu'elle était hundra, tout comme elle mais la blonde ne se sentait pas curieuse ; c'aurait été mal placé.

    "La paix soie sur toi, Fleur-des-Dieux", dit Murmure-à-L'Océan d'une toute petite voix, rendue paresseuse par la chaleur de l'eau, pourtant si apaisante.

    Elle releva le nez de l'eau pour regarder l'autre prêtresse, mais ne trouva rien d'autre de bien intelligent à lui dire. Elle lui offrit alors un sourire fatigué mais sincère, manquant cruellement de vivacité. L'hundra demeura à végéter dans l'eau, son grand corps filiforme nimbé de ses longs cheveux flottants.

    belle âme



    Old One wearing human skin
    The Whisperer in Darkness ☽ Along the shore the cloud waves break, the twin suns sink behind the lake. Strange is the night where black stars rise, and strange moons circle through the skies. Song of my soul, my voice is dead, die thou, unsung, as tears unshed, shall dry and die.
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65
    avatar
    Date d'inscription : 06/02/2018
    Messages : 829
    Age du perso : 19 ans.
    Métier : Hte-Prêtresse de Derketo.
    Thème : Thom Yorke - Suspirium
    DC : Shamhat Aime-les-Lois, Votava Rêve-en-Silence.



    Prêtre
    Prêtre
    Pritika Fleur-des-Dieux - le Dim 29 Avr - 23:22
    http://kurkigal.forumactif.com/t212-pritika-eclosion http://kurkigal.forumactif.com/t214-pritika-si-toi-aussi-t-aimes-les-chevals#1411


    Les thermes était calmes à présent, passé l'affluence du milieu de matinée. La prêtresse avait retiré ses bijoux et vêtements, dans un froufrou d'étoffes blanches, de tintements de chaînettes. Seule, enfin. Trop seule pourtant, jusqu'à l'ivresse. Les offices l'éloignaient de Kiral, son oasis dans cet endroit pourtant empli de chants et de rires. Bien aimé Kiral, cadeau de celui qui l'avait élevée à la Haute-Prêtrise. L'étalon lui rappelait des jours moins solitaires, des jours où elle pouvait se réfugier dans des bras, se soumettre à un souffle qui lui promettait que tout irait bien et que le monde ne se réduisait pas à une simple prison de marbre. Il ne lui restait que le doux soupir de son étalon, contre son cou, lorsqu'elle entourait l'encolure de ses bras pour pleurer à loisir et lui confier combien elle se sentait inutile, creuse et vaine.

    La jeune fille avait passé une mauvaise nuit, faite de trop de cauchemars. Poisseuse de transpiration, l'odeur d'encens et d'opium accrochant sa peau, Pritika se montra maussade tout au long de l'office du matin, avant de décider de se rendre aux thermes. Elle n'aimait guère y aller, parce que cela ne dévoilait que trop son corps d'Hundra qui la narguait, lui rappelant qu'elle n'était pas tout à fait une femme. Cependant, elle se sentait encore glacée de ses songes et ne souhaitait que s'échapper un peu du temple pour se donner l'illusion de la liberté.

    Ses pieds nus frôlaient les mosaïques, avec peut-être plus de grâce que ce qu'elle soupçonnait. La Haute-Prêtresse se coula dans l'eau chaude, s'y immergeant le plus possible, jusqu'à n'être plus que deux yeux surmontés de cheveux carmins ondoyant sur l'onde bleue. Toute à ses pensées, elle n'avait pas fait attention qu'elle n'était guère seule dans ce bassin éloigné des autres. Un bruit d'eau, une voix, la firent sursauter violemment et la jeune femme manqua de boire la tasse, se tassant sur elle-même par réflexe.
    Ses yeux acajou se posèrent sur une figure connue de son temple... "La...La paix sois sur toi aussi, Murmure-à-l'Océan..." bredouilla la rousse, dans un filet de voix fluette qui couina comme une souris craintive.

    Le coeur de la demoiselle battait la chamade tandis qu'elle reculait, mettant de la distance entre elle et cet autre hundra qui lui inspirait tant de crainte que de curiosité. Sa déesse n'avait rien de tendre ou de miséricordieuse et Derketo avait de quoi effrayer l'esprit délicat de Pritika. Quant à la curiosité, elle ne datait pas d'hier. A vrai dire, si elle devait être tout à fait honnête, la prêtresse de Sabaoth se demandait parfois ce que venait oublier Murmure-à-l'Océan dans les vapeurs d'opium de son temple. La même chose qu'elle cherchait à fuir dans le galop de son cheval ?
    L'eau claire dévoilait les courbes du dos d'Amra et Pritika y risqua un œil furtif, avant de rougir de plus belle en détournant les yeux de manière trop vive pour être honnête.
    "Tu... Je ne t'avais pas vu... Je... Je devrais te laisser. Tu... Tu... heu... serais plus tranquille."
    En vérité, Pritika aurait aimé prendre la fuite mais cela sous entendait de repasser nue devant l'autre Haute-Prêtresse et c'était au dessus de ses forces. L'eau chaude lui donnait des vertiges et elle inspira un peu de vapeur qui collait sa frange à son front, se faisant tousser. Finalement, comme elle ne trouvait pas de solution, la jeune Hundra acheva de se coller dans le coin le plus éloigné, ramenant ses genoux contre les volumes de sa poitrine affleurant de l'onde brûlante, s'entourant de ses bras. Elle aurait tant aimé disparaître...


    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t212-pritika-eclosion http://kurkigal.forumactif.com/t214-pritika-si-toi-aussi-t-aimes-les-chevals#1411
    avatar
    Date d'inscription : 29/04/2018
    Messages : 164
    Age du perso : 18 ans
    Métier : Haute-Prêtresse de Sabaoth
    Thème : ♫ You win or you die
    DC : Mahyar & Nue & Terqal



    Admin
    Admin
    Amra Murmure-à-l'Océan - le Lun 30 Avr - 0:05
    http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65





    Pritika & Amra


    Chante un adieu pour moi. Ce doux son des jours passés toujours me rappellera à toi. La vie de l'amour, chérie dans mon cœur. Oh joie, toi mon âme chante doucement. Prend ta lyre et chante l'hymne de la mort. Le ciel s'ouvre à nous, et vole jusqu'aux rayons du soleil. - Canta per me, Kajiura Yuki.

    Murmure-à-L'Océan était d'une nature placide, contemplative et paresseuse quand elle n'était pas prise dans la toile de la tristesse, réagissant aux choses et aux gens avec ces quelques secondes de retards nécessaires à la rendre étrange ou hautaine dans le regards des autres. Cette fois ne fit pas exception : bien qu'elle avait perçut les agitements de l'autre hundra dans l'eau du bac, la Haute-Prêtresse de Derketo n'esquissa pas le poindre geste, se contentant de demeurer accoudée au bord de l'eau la silhouette affaissée, de dos. Ne pouvant voir Fleur-des-Dieux, son regard se fixa sur un oint au loin, point imaginaire qui n'existait que dans son esprit ; elle regardait comme par transparence au travers des badauds qui déambulaient au loin, déconnectée de ce monde qui était pourtant le sien. Elle ne donna comme réponse aux dires de l'autre prêtresse que le fait de se masser une épaule et contempler un instant ses ongles pour les vérifier ; elle n'avait pas grand chose à dire et n'avait pas vraiment envie de le prouver par quelques creuses paroles sans saveur. Mais n'était-ce pas tout ce qu’elles échangeaient avec cet autre hundra, à la volée le temps de quelques secondes polies ?

    "Je ne t'avais pas vue non plus, pas tout de suite...", admit-elle d'une voix traînante et nasillarde, "... ne crains rien, ce n'est pas grave."

    Amra ferma les yeux et ne dit plus rien, poussant un long soupir d'aise. L'eau était son élément et plus que ça, elle devenait sa constante, sa vie-même car sans elle, elle se sentait mourir. Il lui arrivait de faire de terrible malaise où perdant son souffle, seule l'immersion dans l'eau lui redonnait conscience, respirant par ses branchies. Elle tira un instant sur ses colliers qui commençaient à la gêner à cause de la chaleur et pris la décision de les retirer lentement, les déposant sur le bord du bac dans un bruit de métal précieux et délaissé, un tintinnabulement riche et sombre. L'hundra se massa le cou un long moment, un peu engourdie avant de s'immerger jusqu'au menton, demeurant toujours de dos par rapport à Pritika.

    "Tu ne me gênes pas", lui dit-elle sincèrement en faisant quelque bulles dans l'eau avec sa bouche, comme le feraient les enfants, "le bac est assez grand pour deux et c'est plus agréable de le partager avec toi qu'avec ces hommes-là-bas."

    Amra désigna du menton une troupe des gladiateurs cherchant un bac où se détendre, priant les dieux qu'ils ne viennent pas dans le leur. Elle les fixa longuement du regard sans rien dire, disparaissant à moitié dans l'eau avec une attitude entre la timidité et la faroucherie. Quand ils furent partis, la blonde poussa un long soupir avant de pivoter et de regarder Pritika, collée dans le coin le plus éloigné. Elle demeurait le cou immergé pour dissimuler ses branchies, ces dernières savourant le plaisir de pouvoir respirer dans l'eau. Murmureà-L'Océan, ne trouvant pas quoi dire à son homologue de Sabaoth, resta un peu bête face à elle, silencieuse et languide, la bouche légèrement entrouverte par réflexe de double respiration.

    "C'est un drôle d'endroit pour se rencontrer", observa l'aînée des deux hundra, glissant finalement totalement dans l'eau, les cheveux flottant à la surface.

    Elle demeura ainsi un temps qui lui sembla à la fois infini et trop court, vidant ses poumons humains de tout l'air qu'elle avait respirer ; un torrent de bulles remonta à la surface, et elle demeura immergée un temps bien trop long pour un être humain : plus de cinq minutes, en réalité. L'hundra remonta finalement lentement à la surface, le visage cramoisie par l'eau chaude, la mine défaite et assommée. Ça faisait un bien fou... ah si seulement elle n'avait jamais eu besoin de remonter...

    belle âme



    Old One wearing human skin
    The Whisperer in Darkness ☽ Along the shore the cloud waves break, the twin suns sink behind the lake. Strange is the night where black stars rise, and strange moons circle through the skies. Song of my soul, my voice is dead, die thou, unsung, as tears unshed, shall dry and die.
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65
    avatar
    Date d'inscription : 06/02/2018
    Messages : 829
    Age du perso : 19 ans.
    Métier : Hte-Prêtresse de Derketo.
    Thème : Thom Yorke - Suspirium
    DC : Shamhat Aime-les-Lois, Votava Rêve-en-Silence.



    Prêtre
    Prêtre
    Pritika Fleur-des-Dieux - le Lun 30 Avr - 22:17
    http://kurkigal.forumactif.com/t212-pritika-eclosion http://kurkigal.forumactif.com/t214-pritika-si-toi-aussi-t-aimes-les-chevals#1411


    Assise dans l'eau, les joues rougies autant de la chaleur que de la gêne, Pritika demeura aussi silencieuse que l'autre Haute-Prêtresse, se retrouvant bête comme bien trop souvent de ne pas savoir engager une conversation ou même l'entretenir. Entre l'ennui et l'embarras, la jeune hundra essora un peu ses cheveux mi-longs, grimaçant. Elle aurai dû les attacher. Ils collaient à sa nuque et son front comme les algues sur la peau. A la dérobée, son regard se portait sur l'objet de sa curiosité. Amra et elle-même étaient toujours entourées d'une nuée de gens qui faisait qu'elles n'avait jamais parlé plus loin que quelques maladroites banalités de convenance.

    A la mention qu'il était plus agréable qu'elle soit dans ce bain plutôt qu'un groupe de gladiateurs parlant fort, Pritika s'enfonça de plus belle dans l'eau, cramoisie. "Ils vont venir tu crois ?" Piaula la jeune femme dans un moment de stress immature. Les voir passer non loin en bavardant et riant haut la fit aussi retenir son souffle, à l'instar d'Amra. Finalement, ils ne firent que passer et Pritika respira de nouveau, la tête un peu engourdie de trop de chaleur. "M... Merci. C'est gentil." Balbutia de nouveau l'hundra en demeurant repliée sur elle-même, détournant le regard dès que celui d'Amra se posa sur elle. Le tintement des colliers attira son attention et elle admira de loin le lustre de l'or qui brillait sur le rebord, appréciant la beauté simple du métal.

    Dans l'eau, la prêtresse de Derketo se mouvait avec aisance et grâce. Pritika admira à la dérobée les gestes sûrs et précis, la manière dont les longs cheveux ondoyaient délicatement, nimbant le corps comme d'étranges tentacules d'or fin. Lorsque Pritika vit son homologue disparaître sous la surface fumante, elle retint un peu son souffle. Amra resta longtemps... Si longtemps qu'une peur stupide prit la rouquine : et si elle avait fait un malaise et s'était noyée ?! Pritika se mordit fort la lèvre inférieure pendant que son estomac se serrait d'angoisse. Se dépliant maladroitement, elle fit quelques pas en direction du corps flottant entre deux eaux, ne sachant pas quoi faire. Ce fut le moment que choisit Murmure-à-l'Océan pour remonter lentement à la surface, faisant violemment sursauter Fleur-des-Dieux, qui poussa un glapissement avec un mouvement de recul.

    Cette hundra était vraiment trop forte en apnée et la prêtresse de Sabaoth demeura roide, les yeux grands comme des soucoupes. "Woa, t'es trop forte ! Tu es restée si longtemps... J'ai cru que... Que tu t'étais noyée." Elle en rougit en disant cela, se tripotant le bout des cheveux, heureuse que l'eau atteigne la ligne de ses épaules et cache ce qu'il fallait. Elles étaient seulement séparée d'un pas, l'une en face de l'autre et, prenant conscience de leur proximité, Pritika eut un nouveau haut-le-corps. "Désolée." Dit-elle sans aucune raison apparente, fuyant du regard l'autre hundra.


    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t212-pritika-eclosion http://kurkigal.forumactif.com/t214-pritika-si-toi-aussi-t-aimes-les-chevals#1411
    avatar
    Date d'inscription : 29/04/2018
    Messages : 164
    Age du perso : 18 ans
    Métier : Haute-Prêtresse de Sabaoth
    Thème : ♫ You win or you die
    DC : Mahyar & Nue & Terqal



    Admin
    Admin
    Amra Murmure-à-l'Océan - le Mer 2 Mai - 17:22
    http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65





    Pritika & Amra


    Chante un adieu pour moi. Ce doux son des jours passés toujours me rappellera à toi. La vie de l'amour, chérie dans mon cœur. Oh joie, toi mon âme chante doucement. Prend ta lyre et chante l'hymne de la mort. Le ciel s'ouvre à nous, et vole jusqu'aux rayons du soleil. - Canta per me, Kajiura Yuki.

    Murmure-à-L'Océan regarda d'un air placide le groupe de gladiateurs en goguette s'approcher de leur bac. Elle ne réagit pas vraiment et ses dires ne collaient pas avec son absence d'actes ; elle préférait se baigner avec des femmes, ou des personnes à l'allure féminine plutôt qu'avec des hommes, c'était un fait. Sans parler du côté bruyant des gladiateurs, l'hundra n'appréciait guère les corps tout en muscles et préférait tout prosaïquement s'entourer de ce qui lui plaisait, ayant des goûts plutôt stéréotypés : elle aimait les Inanna féminines, aux longs cheveux noirs et à la poitrine généreuse comme images de remplacement à sa sœur aînée. De cette idée de féminité hégémonique reposant sur moitié du vent, moitié sur ses délires incestueux, Amra en concevait une fuite en avant quand les hommes l'approchaient de trop près : ils n'entraient pas dans son monde.

    Elle entendit la question de Fleur-des-Dieux sans l'écouter vraiment et ne répondit pas, se contentant de regarder les hommes passer depuis son rebord, l'air assommée par la chaleur - ou peut-être autre chose - et peu désireuse de communiquer. L'autre hundra piaula mais la blonde se contenta d'ouvrir et de fermer la bouche de manière sonore, comme le ferait les poissons hors de l'eau, avant se lentement se retourner pour regarder son interlocutrice d'un air vague et un peu... stupide.

    "Merci de quoi ?", demanda Amra d'une voix lente et paresseuse.

    Elle observa la Haute-Prêtresse de Sabaoth détourner le regard en plongeant un peu plus dans l'eau jusqu'à avoir le nez immergé ; ses branchies filtraient librement l'oxygène, détendant son corps par une action réflexe mais ô combien nécessaire. Son regard se fit un peu plus distant, comme si elle s'endormait petit à petit mais l'hundra demeura simplement là, à regarder Fleur-des-Dieux. Jolie petite tourterelle au regard perdu. Que disaient ses gens d'elle, déjà ? Amra avait oublié. Elle plongea pour disparaître sous la surface, emportant avec elle ses réflexions avortées. Durant plusieurs minutes, l'élue de Derketo goûta au silence relatif de l'eau qui ramenait les bruits de très loin, déformés et étouffés. L'eau chaude ne valait pas la froide, salée et sombre des côtes accidentées de l'océan mais c'était mieux que rien. Elle se contenait de cette eau douce qu'elle pouvait avoir quand elle le voulait. Fermant les yeux, elle se recroquevilla sur elle-même en se perdant dans son monde intérieur, expulsant tout l'air contenu dans ses poumons pour ne plus respirer que par ses branchies ; cela fait, un apaisement total la prit et elle sentit qu'elle pouvait remonter en toute sérénité.

    Murmure-à-L'Océan émergea lentement de l'eau, ses longs cheveux blonds collés à son visage, son dos et ses épaules lui donnant l'air d'une méduse humaine, dépliant paresseusement sa silhouette longue et mince, proche du filiforme. Elle était grande et maigre, dépassant le mètre quatre-vingt, l'allure plus androgyne qu'on aurait pu le croire. L'eau lui arrivait en ventre, faisant placidement face à l'autre prêtresse en se montrant silencieuse et voûtée en avant. Aux yeux surpris de Pritika s'opposa un regard neutre aux yeux morts, sans énergie.

    "Hm, noyée ?", l'idée lui sembla tellement absurde qu'un vague sourire naquit sur ses lèvres fines, et elle lui désigna ses branchies, "je ne peux pas me noyer."

    Elles n'étaient séparées que d'un pas et Amra ne connaissait pas la notion d'intimité quand elle était dans cet état-là, endormie par la chaleur et encore sous l’influence de l'herbe qu'elle avait fumé une heure plus tôt et qui ralentissait ses pensées sans vraiment les désordonner car elle était sur la descente, lente et douce. L'hundra observa longuement son homologue sans rien dire : ses cheveux roux, son drôle de petit nez, ses yeux clairs à la couleur sur laquelle elle avait un mal fou à mettre un nom. Elle était jolie à sa manière, jolie comme une femme. Elle avait l'air douce et encore innocence. Était-ce le cas, elle qui était la Haute-Prêtresse d'un dieu tel que Sabaoth ? L'entendant s'excuser et reculer, Amra eut un long soupir avant de lui dire calmement, dans un murmure délicat :

    "N'ai pas peur de moi, ce n'est pas contagieux."

    Voyant qu'à l'évidence elle malmenait les nerfs de ce cher ange, la prêtresse se retourna lentement pour se pencher vers un des rebords du bac, bordé d'arbustes et de massifs car à moitié en extérieur. Elle pinça délicatement la tige d'une petite fleur blanche printanière aux pétales étroits, ressemblant à une étoile, pour retourner auprès de l'autre hundra et de la lui tendre sans rien dire, la tête penchée sur le côté. Lorsque cette dernière osa enfin la prendre, elle lui demanda avec insouciance :

    "Est-ce qu'elle est jolie ?", ses yeux rubicond étaient posés sur les petits pétales, "c'est une Etoile d'Irkalla, ma sœur les adore. On les appelle les Dames de Onze Heure...", elle rajouta, bêtement, parlant soudain du nez, "... parce qu'elles s'ouvrent en plein soleil et se referment au soir... quelque chose comme ça", un peu dépassée par ses propres dires, l'hundra tenta de mimer quelques choses avec ses mains mais n'exprima rien de compréhensible, "... c'est la forme, elle est jolie. Une petite étoile blanche, toute pure, ça ressemble à une petite ombrelle. C'est très mignon", elle ajouta, après un long silence, "... ça me fait penser à toi. Comment t’appelles-tu déjà ? Pritika ? La Bien-Aimée ?"

    Murmure-à-L'Océan eut un sourire tendre mais un peu lointaine entre ses lourdes mèches blondes qui collaient sur son visage diaphane que la chaleur ne pouvait faire rougir, la tête penchée sur le côté tout en joliesse.

    belle âme



    Old One wearing human skin
    The Whisperer in Darkness ☽ Along the shore the cloud waves break, the twin suns sink behind the lake. Strange is the night where black stars rise, and strange moons circle through the skies. Song of my soul, my voice is dead, die thou, unsung, as tears unshed, shall dry and die.
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65
    avatar
    Date d'inscription : 06/02/2018
    Messages : 829
    Age du perso : 19 ans.
    Métier : Hte-Prêtresse de Derketo.
    Thème : Thom Yorke - Suspirium
    DC : Shamhat Aime-les-Lois, Votava Rêve-en-Silence.



    Prêtre
    Prêtre
    Pritika Fleur-des-Dieux - le Mer 2 Mai - 21:09
    http://kurkigal.forumactif.com/t212-pritika-eclosion http://kurkigal.forumactif.com/t214-pritika-si-toi-aussi-t-aimes-les-chevals#1411

    Le long corps se déplia sous son nez, entre la femme et l'homme, beaucoup plus androgyne qu'elle ne le serait jamais. Pritika détourna les yeux, effarouchée de cette proximité subite, se sentant minuscule et bien bête en vérité d'avoir cru la prêtresse de Derketo capable de se noyer. Cette dernière lui désigna d'étranges entailles dans son cou et l'hundra avala un salive aigre. C'était si bizarre... Cela ressemblait aux branchies des poissons. Effrayée tout autant que repoussée par ces anomalies, Pritika fit un nouveau pas en arrière, le rouge aux joues, manquant un peu d'air à cause de la chaleur du bain.

    Lorsque Amra lui conseilla de ne pas avoir peur, Pritika se mordit la lèvre inférieure. C'était vrai que ce n'était pas très gentil de se montrer aussi ouvertement effrayée et elle secoua la tête en balbutiant encore un : "Je... Je suis désolée..." Elle inspira, la gorge soudain serrée. "Je ne voulais pas te manquer de respect." La voix de Pritika s'étranglait un peu, un peu trop aiguë pour être mélodieuse. Du rouge à ses joues, jusqu'à la racine de cheveux carmins, elle était semblable à une petite tomate un peu idiote.

    Voyant l'autre hundra se détourner en silence, Pritika en profita pour essayer de rassembler ses esprits, s'enfonçant de nouveau un peu plus dans l'eau, jusqu'à la bouche, faisant quelques bulles à la manière d'une enfant. Elle devait se reprendre avant de froisser une autre Haute-Prêtresse. Ce n'était pas le moment de mécontenter une généreuse donatrice à son temple. Les prêtres lui en voudraient pour l'éternité si elle faisait un incident diplomatique. Voilà qu'elle avait mal au ventre rien qu'à cette idée... Lorsque Amra revint, Pritika se redressa un peu trop vite, la tête lui tournant un peu et elle vit un instant danser des papillons noirs dans son champ de vision. Lorsque la blonde lui tendit une petite fleur banale, l'hundra rousse cilla plusieurs fois, demeurant la bouche un peu ouverte, l'air niaise. Puis, rougissant de plus belle, elle prit la fragile tige entre ses doigts, faisant tournoyer la corolle avec l'impression que c'était une petite danseuse.

    La blonde s'emmêlait dans ses explications mais Pritika n'écoutait plus vraiment, ses oreilles bourdonnant légèrement. Lui faire penser à elle ? La rousse se renferma de manière très étrange aux propos de son homologue Le visage mobile, où chaque émotion était un livre ouvert, s'assombrit brutalement.
    "Chérie. Ca veut dire : chérie." Trancha la voix de Pritika, soudain glacée et elle se détourna, l’œil noir de souvenirs qui vinrent un instant la harceler. Chérie... Quelle vaste blague... Un goût amer tapissait sa gorge et elle fit quelques pas dans le bassin, jusqu'à atteindre une zone moins profonde, l'eau ne lui arrivant bientôt plus qu'au creux des reins comme une censure complice de ce corps qu'elle ne supportait pas. Comme toujours lorsqu'elle était ébranlée, Pritika éprouva le besoin physiquement douloureux de fuir. Elle ne savait pas affronter ses problèmes, préférant les oublier dans le confort d'une encolure amie. Chérie, oui, aussi ironique que ce soit pour une enfant qui n'avait jamais vraiment été aimée. Sa mère avait-elle seulement éprouvé quoi que ce soit en tenant la toute petite hundra dans ses bras ? Pritika l'ignorait et c'était avec cette douleur qu'elle se débattait. Dans sa main, la fleur anodine. Elle la monta à hauteur de ses yeux, la détaillant un instant.
    "Il n'y a pas grand chose qui fasse penser à moi dans cette jolie fleur." Dit l'hundra en reniflant légèrement, soudain amer. "Mais c'est gentil."
    C'était vrai, l'intention l'avait touchée malgré la maladresse de la prêtresse de Derketo. Après tout, elle ne pouvait pas savoir. Se tournant un instant, oubliant qu'elle était seins nus, le corps dévoilé jusqu'à ses hanches larges et féminines, Pritika se força à inspirer profondément, regardant cet autre hundra si différent d'elle. Leurs corps ne se ressemblaient pas vraiment et, si la blonde avait une poitrine menue, son torse et ses hanches étaient bien plus clairement masculins que les siens.

    Lorsque Pritika réalisa qu'elle fixait sans vergogne le torse en question d'un air revêche, elle eut un sursaut et détourna un nouvelle fois la tête si violemment qu'elle se causa un vertige, titubant un peu pour finalement tomber mollement assise près du rebord. Se sentant un peu pathétique, la jeune femme n'osa finalement plus bouger ni parler, de peur d'aggraver son cas, préférant fixer un point au loin, faisant machinalement tournoyer la fleur mouillée du bout des doigts. Pourquoi fallait-il qu'elle se ridiculise en face d'une autre Haute-Prêtresse..?


    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t212-pritika-eclosion http://kurkigal.forumactif.com/t214-pritika-si-toi-aussi-t-aimes-les-chevals#1411
    avatar
    Date d'inscription : 29/04/2018
    Messages : 164
    Age du perso : 18 ans
    Métier : Haute-Prêtresse de Sabaoth
    Thème : ♫ You win or you die
    DC : Mahyar & Nue & Terqal



    Admin
    Admin
    Amra Murmure-à-l'Océan - le Ven 11 Mai - 22:30
    http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65





    Pritika & Amra


    La violence est silence, et le silence est désert. Sentinelles de sable tournées vers la mer, tirez sur tout ce qui bouge, même sur la poussière, tirez sur le soleil rouge qui meurt dans la mer ! - La frontière, Bernard Lavilliers.

    La crainte était la compagne d'Amra depuis un long moment, à partir de cet instant où elle avait commencé à changer physiquement. Son statut d'hundra lui donnait une image sacrée face aux gens du peuple, une image qu'elle détestait car elle la mettait au dessus des autres tout en l'empêchant de faire des choses anodines. C'était une caste comme une prison, une cage d'or et de pierreries, tapissée de soie sauvage. Ainsi, les bras ballants le long de son corps maigre et le regard un peu éteint, la Haute-Prêtresse de Derketo n'eut pas de réaction face au recul de l'autre hundra, sachant combien ses difformités surnaturelles repoussaient les gens. Elle aurait dû rester dans son rêve d'opium et de solitude, c'était peut-être mieux.Ses yeux se voilèrent une note de tristesse résignée, la tête basse. Elle ne souriait jamais ; la vie l'avait déçue. On la disait Élue de Notre-Mère-des-Profondeurs,  oracle de l'océan, Intouchable. Elle n'était qu'un petit bonhomme aux oreilles décollées qui ne souriait plus, se sentant homme là on la désignait femme, mais n'était finalement aucun des deux comme les deux à la fois. La blonde ferma les yeux, et détourna le regard de Fleur-des-Dieux, se sentant soudain étrangère à tout. Elle n'était qu’un monstre dans le regard des autres.

    "Ce n'est rien, ne t'excuse pas", dit-elle gentiment mais tristement, "je comprend."

    Au fond, Murmure-à-L'Océan s'en fichait un peu. Elle avait reculé, et puis après ? Ce n'était pas nouveau pour elle d'être confrontée à ce genre de réaction. Mais quelque chose en elle se sentait blessé à chaque fois ; à chaque fois un peu plus. A chaque fois un peu plus fort jusqu'à ce jour qu'elle attendait avec impatiente et qui marquerait sa rupture. Les épaules basses, Amra se sentait comme une poterie cassée face à Pritika, comme une amphore vide. Elle la laissa jouer avec la petite fleur qu'elle venait de lui offrir de manière désintéressée, songeant à quitter le bac pour se carapater ailleurs. Tournant le dos à l'autre hundra, elle ne put voir son expression et ne s'en souciait pas vraiment à vrai dire. Elle ne désirait pas à regarder ; à quoi cela pourrait-il lui servir ? A souffrir, à faire souffrir ? L'effet de l'herbe qu'elle avait fumé commençait à se dissiper, laissant une impression fade et triste, un creux dans son crâne et dans son cœur, loin de l'euphorie qu'elle trouvait si poétique et qui la rendait incohérente certes, mais tellement plus sociable. Son long corps sembla s'affaisser soudain, à bout du force, et sa tête penchait sur le côté, vaincue.

    Chérie. C'était dit avec douleur, et même Amra l'indolente pouvait le sentir. Elle flairait la souffrance, sa tendre amie, partout où elle naissait. L'hundra ne trouva rien à dire, gardant le silence en regardant au loin un point imaginaire, pour ne pas avoir à se confronter à Pritika maintenant qu'elle redevenait lucide. Elle se retourna cependant, avec lenteur, tapotant une de ses tempes d'un index maigre.

    "Chérie", répéta-t-elle machinalement, "tu ressembles à une petite fleur fragile. On ne peut pas te mettre entre toutes les mains, n'est-ce pas ?"

    Elle eut un vague sourire triste, regardant Pritika renifler cette fleur anodine. Elle semblait si pure. Lorsqu'on respire une fleur, on respire le sexe d'un végétal. S'en doutait-elle seulement ? Les gens font parfois inconsciemment des choses qu'Amra trouvait aguicheuses, mais elle n'était pas dupe : la Haute-Prêtresse de Sabaoth tait une oie blanche et ce constat gonfla curieusement son cœur d'un sentiment connu de loin, et qui prenait le nom de tendresse. Qu'elle avait l'air douce et semblait belle, d'une beauté à fleur de peau, en demande d'éclore. Murmure-à-L'Océan eut un long soupir : sa laideur à elle allait jusqu'à l'os. Elle se sentait mal de trop ressentir, tout d'un coup. Sa tête tournait et elle eut les larmes aux yeux sans savoir pourquoi.

    "Ce n'était pas gentil", murmura-t-elle en secouant la tête aux dires de l'autre hundra, "... c'était...", elle buta un peu sur le mot, "... sincère."

    Elle sentit le regard de la rousse sur son corps, ne sachant si elle regardait son physique ou ses difformités. Entre les mains de Fleur-des-Dieux, la petite Etoile était toute abîmée. Pauvre petite fleur. Pauvre petit cœur de tourterelle. Supportant sans mal qu'on regarde son corps, l'hundra se contenta de prendre délicatement la fleur des mains de Pritika et de la coincer derrière l'oreille de l'hundra, dans ses cheveux roux qu'elle fixa pour ne rien regarder d'autre, profitant du vertige de Fleur-des-Dieux.

    "Tu es tellement jolie", dit-elle bille en tête, "je pourrais te voler cent millions de baisers."

    Amra ne dit rien de plus, évitant le regard de l'hundra pour tourner les talons et poser ses longues mains arachnéennes sur le rebord du bac pour prendre appui et sortir péniblement de l'eau. Il était à présent bine temps de partir car la triste réalité se rappelait à elle, faisant perdre ses jolies couleurs psychédéliques à son monde d'illusions et de bien-être. Son cœur battait la chamade, mais c'était sûrement du à l'herbe. Elle se sentait affreusement mal, lente et lourde, affreusement seule tout d'un coup tandis que quelque chose prenait de la place dans ses viscères. Une sensation connue, mais discrète, qui refusait de dire son nom. Et elle se sentait si seule à présent, préférant quitter l'eau en se saisissant d'une serviette pour louvoyer entre quelques badauds non loin et rejoindre un petit vestibule pour se sécher à l'abri des regards, la démarche clairement imprécise et difficile.

    Pourquoi la réalité lui était-elle si froide et terne ?

    belle âme



    Old One wearing human skin
    The Whisperer in Darkness ☽ Along the shore the cloud waves break, the twin suns sink behind the lake. Strange is the night where black stars rise, and strange moons circle through the skies. Song of my soul, my voice is dead, die thou, unsung, as tears unshed, shall dry and die.
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65
    avatar
    Date d'inscription : 06/02/2018
    Messages : 829
    Age du perso : 19 ans.
    Métier : Hte-Prêtresse de Derketo.
    Thème : Thom Yorke - Suspirium
    DC : Shamhat Aime-les-Lois, Votava Rêve-en-Silence.



    Contenu sponsorisé - 



    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum