AccueilAccueil  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Derniers sujets

    Nomade
    Nomade
    Leire Fangeux-chantre - le Lun 2 Avr - 21:09
    http://kurkigal.forumactif.com/t127-leire-fangeux-chantre-bien-a-vous http://kurkigal.forumactif.com/t162-leire-a-l-ombre-du-pouvoir
    avatar
    Leire Fangeux-chantre du clan du crâne
    Open your mouth wide, taste the red.
    Bien le bonjour, je m'appelle Leire mais on me surnomme Fangeux-chantre. J'ai 48 ans, je suis Kigallu et je fais partie des nomades. Dans la vie, je suis prêcheur itinérant et copiste et côté cœur et orientation sexuelle, sachez que je suis veuf et homosexuel. Je suis également défini comme de genre shamshu.



    Caractère


    Leire a cette aura qui peut faire penser aux aristocrates et autres seigneurs. L’impression même qu’il est né d’un livre, tassé entre ses pages encore fraîches et légèrement craquantes. Il inspire cette noblesse incroyable à quiconque l’écoute parler ne serait-ce qu’un instant. Il est cultivé, peut-être quelques lubies avec ses folles légendes qui n’ont guère de prises sur la réalité, mais il se plaît et se complaît dans l’étude de ces récits sans auteurs et sans histoires. Il est un shamshu bon, généreux, mais il n’est pas dupe. La vie à Kur-Kigal et ses voyages sont d’assez bonnes expériences pour l’avoir rendu fin face à toutes ces paroles de miel et d’or. De ces observations il a beaucoup appris et est à présent fasciné par le pouvoir que cela apporte. Il a développé cette admiration du culte de l’image. Bien paraître c’est déjà bien parler et pour quelqu’un qui se veut archiviste, percepteur, politicien ou religieux il n’y aucune entorse à cette règle. C’est un fanatique de la verve et même s’il est parfois d’humeur lascive au détour d’une choppe, il sait toujours charmer comme seuls les plus élitistes Narcisses savent le faire. Il se tient droit, se sait bon, fort et il cache ses faiblesses parce qu’être abusé par plus faible ou plus fort que soi est une sensation qu’il ne supporte pas. Il reste très bon perdant, il apprend de ses erreurs et rencontrer un bon adversaire qu’il soit physique ou mental, l’émule sans gonfler son orgueil. Il ne s’imagine pas meilleur que les autres, il sait que c’est vrai pour beaucoup vivant sur ces terres, mais ceux qui échappent à cette vérité sont toujours les bienvenus dans son entourage.
    C’est un vicieux renard au bon cœur qui n’hésite pas, malgré tout, à s’arrêter pour aider la veuve et l’orphelin aussi facile cela soit-il, il n’y a pas de petits gestes quand on peut faire le bien. Mais ce trait de bonté n’est pas toujours signe d’honnêteté, non pas que ses gestes soient tous intéressés même loin de là, mais parfois il sait qu’un pas dans la bonne direction pour tout porter bien au-delà de ses espérances. Comme il a appris que laisser l’individu disparaître au profit de la communauté pour parfois protéger ou vous faire avancer sans commune mesure. Sa détermination n’est pas sans faille si bien qu’il peut être dévié de sa voie par des évènements hors de son contrôle ou simplement un obstacle mettant à mal ses idées. Tout est possiblement bon pour parvenir à ses fins, même retourner sa veste, mais si le but de ses manigances est à portée de mains il n’hésitera pas à recourir aux pires stratagèmes ni à se sacrifier pour y arriver.
    Il n’est pas plus religieux que ça, simple scribe de profession il s’est retrouvé alpagué par tellement d’histoires et d’aventures extraordinaires au détour du port de Koroba ou perdu dans les confins des montagnes aux Terres Balafrées.
    Déchiré entre les querelles des Dieux, les souffrances de l’Homme et les ramifications mystiques d’évènements passés, présents et futurs, le shamshu admet n’être qu’un grain de poussière dans cette folle aventure et parfois il rêve d’être plus. De pouvoir admirer le commencement de quelque chose de bien plus grand que lui, de bien plus grand que Kur-Kigal même. Cette idéalisation il l’a héritée à force de découvrir ruine après ruine, hameaux après hameaux, des légendes et des mythes qui datent d’Ekur, le pays des deux fleuves, des récits poétiques des premiers Fils d’Aral, de l’arrivée des Langues-Rouges. Toutes ces connaissances enracinées dans son être et qui le poussent à demander plus, à savoir plus.
    Leire est un homme excessivement patient, incapable de se battre pour de multiples raisons, mais surtout parce qu’il n’est tout simplement pas bon à ça. Il préfère encore être insulté ou humilié publiquement que d’avoir à défendre son honneur par le combat. La patience est un atout précieux quand on en vient à celui qui lèvera la main le premier. Il est d’ailleurs tout à fait capable de mettre son ego de côté après tout il ne considère pas l’habitant lambda comme lui étant égal. Non pas d’un point de vue hiérarchique ou social, mais plus intellectuel. Quelqu’un avec qui il ne peut partager pleinement ses connaissances n’est pas nécessairement une mauvaise personne, mais pas non plus quelqu’un qui mérite une attention prolongée à moins bien sûr qu’il n’éprouve quelque chose pour cette personne. Il n’est qu’un être humain qui est très compatissant aux conditions des autres êtres et si lui parvient à vivre dans la crasse et le froid, il sait que ce ne sont pas des conditions acceptables pour le peuple. D’une certaine manière cet aspect "bon samaritain" empathique attire les brebis égarées vers lui sans qu’il comprenne réellement pourquoi. Il n’est pas prêtre, n’apporte pas de solutions, ni n’en cherche d’ailleurs, mais étonnamment il fait avec. Ce ne sont pas réellement ses enfants ou ses disciples, mais plutôt une espèce de troupeau d’êtres perdus, et par Dingir, ils doivent être sacrément égarés pour le suivre. Mais après tout, si lui aime parler et que ces âmes aiment l’écouter, il y a peut-être quelque chose à en conclure ?
    Ses fins personnelles sont souvent plus importantes que celles d’autrui, mais il n’y aura pas plus grande complicité qu’entre lui et quiconque partagera ses motivations.
    Ne doutez jamais de lui s’il a confiance en vous, car cela serait bien la pire erreur que vous pourriez commettre à son égard.

    Physique

    Leire a maintenant atteint cet âge où même les plus vaillants de ce monde accusent le poids des années. Peau cernée de marques allant de la ride à la cicatrice d’une crevasse née de l’acné au début d’une légère décoloration virant parfois à un blanc légèrement bleuit ou verdâtre sous les rougeurs de ses joues encore tendues par ses nombreux sourires. Il n’en reste pas moins charismatique, ses postures inspirées de la noblesse Kigallu lui valent plus d’un regard curieux. Qui est cet homme proche du velléitaire grabataire qui se tient comme si Shurug était sienne ?
    Il n’inspire ni crainte ni dégoût, mais une certaine curiosité, comment quelqu’un comme lui à l’aspect si négligé et fatigué peut avoir un semblant de pouvoir. Beaucoup pensent qu’il le doit à sa verve inépuisable et à la douceur grave de sa voix, autoritaire quand il le faut et suave pour apaiser les âmes les plus revêches interlocuteurs, mais surtout a sa capacité à trouver réponse à tout et à s’imposer. De taille respectable pour un Kigallu il ne dépasse pas des foules, mais ses larges épaules et son visage aux pommettes saillantes et joues émaciées rendent assez atypique n’importe laquelle de ses expressions. Sa boîte crânienne marquée permet à ses yeux de paraître sombres, malfaisants s’il penche son visage en avant. D’un marron foncé à la sclère injectée de sang, nuits blanches à la seule lueur d’une flamme vacillante, ses yeux dessinent naturellement une expression de fatigue constante ou parfois de désapprobation pour peu que la personne en face l’épuise réellement.
    Sa carrure est loin d’être athlétique, les années à parcourir les sols d’Ooth Nargai à dos de cheval, les excursions au sein des ruines de la Cité Verte, les nuits à dormir à même le sol de Shurug, toutes ces expériences n’ont jamais contribué à faire de lui un être musclé capable de se battre. À même de se défendre dans la mesure du possible il ne ferait aucunement le poids face à une personne entraînée ou même déterminée à le tuer. Adepte de la marche et des positions studieuses il passe le plus clair de son temps dans des tenues faites de tissus épais et colorés d’un rouge grenat sublime brodé d’or et de sigil tel une ode à sa curiosité sans fin. Sa condition de voyageur le rend sale, peu hygiénique et à l’apparence douteuse. Couvert de boue, de fluides divers et probablement de sa propre urine, il dégage cette image d’un sale mendiant crève la faim que l’on trouve sur les chemins de campagne menant aux villes. Souvent bardé en voyage, sacs, baluchons, bandoulières et autres rangements le couvrent régulièrement de telle manière qu’il ressemble souvent aux souillés qui l’accompagnent ou qui sont de passage.
    Dans une vie plus citadine, il porte souvent des robes cérémonieuses, sobres, mais de très bons goûts alliant écharpes et foulards à ses tenues de manière à étoffer son physique faiblard.
    Rarement rasé, cheveux gris ternes et sales, cernes nombreuses et violettes sous ses yeux, un sourire aux lèvres fines et gercées, une dentition amovible probablement récupérée sur des cadavres abandonnés de-ci de-là avec quelques dents en or massif pour ponctuer cette image malaisante d’un shamshu bien étrange au singulier, mais invisible dans la foule.

    Mon Histoire

    Leire est né du clan du crâne de parents pieux et eux-mêmes élévés dans la peur des Dieux et le respect de la mort. Sa mère était une jeune prêtresse sans envergure qui officiait à Shurug. Sans conviction aucune face à ce culte elle se contenta de vivre une vie de servitude auprès d'un prêtre d'Uddaÿ. Elle était pieuse et dévouée à sa cause ne voulant pas troubler l'ordre et maintenir une vie dévote de tentations, loin de la turpitude de la mort si chère à son clan. L'enfant n'a que peu de souvenirs de son père. Bien trop jeune pour se souvenir d'un shamshu absent qui ne laissa aucune trace de son existence le jour où il passa le pas de la porte. Leire et sa mère vivaient près du grand bazar et profitaient du climat des plus clément de la ville. Proche de la religion et du savoir, sa mère officiait en tant qu'assistante lors des cérémonies annuelles mais se contentait d'être une bonne le reste de l'année. Cependant ce privilège de la proximité avec Uddaÿ permis à la jeune innana de laisser son fils aux bons soins des prêtres qui appréciaient la curiosité sans fin du jeune Leire. L'emmenant pour la première fois dans la maison de sagesse l'enfant se retrouvait dans un monde de secrets inavoués et infinis. Il rencontra son destin en la personne d'un jeune scribe voûté au dessus de son bureau à recopier les oeuvres de l'ancien Prêtre-Roi de Shurug. Fasciné Leire revenait souvent avec la permission de sa mère et la bénédiction des prêtres et moines scribes qui profitaient de cette source de vie dans un monde stérile. Il développa un goût prononcé pour la lecture qu'il acquit assez rapidement sans éducation digne de ce nom.
    L’enfant eut cette chance de n’avoir jamais peur ou faim étant protégé par l’étreinte chaleureuse de la nuit et des autres membres qui veillaient à ce que rien n’arrive à leur progéniture. Apte à écrire et lire couramment l’aklo et, grâce aux nombreux nomades présents sur la capitale, à parler tangut il devint un interprête auprès des voyageurs perdus dans le dédale de la maison de sagesse. Il y était à son aise et avait lu les parchemins les plus consultés, parfois se cachait pour avaler avec sauvagerie les lignes de manuscrits plus anciens et convoités. Il ne comprenait pas toujours mais à son âge il était difficile de concevoir la vie au delà des murs de la cité qui l'avait abrité jusque là. Il imaginait l'étendue du monde avec une ferveur presque religieuse, prêt à tout pour le voir se dérouler sous ses yeux tel un rouleau.
    Mais sa fierté vint quelques années plus tard quand un archiviste emmena le jeune homme dans la bibliothèque du temple d'Uddaÿ où étaient entassés plusieurs rouleaux sur les cultures extérieures. Il n'avait que 12 ans mais se retrouvait aux portes de la connaissance pure. Des centaines d'écrits laissés là à l'abandon, aux soins de la poussière et de l'humidité, qui attendaient que quelqu'un ne les emmène. Leire resta muet comme une carpe tant il était choqué de voir que Shurug tournait le dos à toutes ces connaissances. Il tenta de lire un maximum de ces ouvrages relatant l'histoire d'Ur, les légendes des Thumm'ha, ce peuple inhumain, exterminé par l'armée des Hommes d'Urug. La chute de l'empire d'Ur, une mort lente et naturelle qui donna naissance à des civilisations voisines et encore présentes aujourd'hui. Le passé avait tellement de ramifications avec le présent qu'il semblait incroyable pour le jeune shamshu d'ignorer ce savoir. Encore jeune il entra dans les ordres d'Uddaÿ en tant que copiste. Autour de lui se trouvaient des dizaines d'autres scribes qui recopiaient des ouvrages issus du monde entier pour permettre aux générations futures de pouvoir conserver une trace. Riche de ses lectures variées le jeune homme développa son sens de la rhétorique et compris que beaucoup de choses étaient relatives. Le bien, le mal, la vérité, le mensonge et qu'avec les bons mots un mensonge pouvait devenir une verité plus douce encore que l'honnête simplicité de la vérité. Un apprentissage en appelant un autre, il restait des semaines entières dans les mêmes pièces entourés de gens de toutes couches sociales et de toutes éducations et à sa plus grand stupeur très peu savaient réellement lire ou même comprendre ce qu'ils recopiaient. Se contentant tout juste de recopier lettre par lettre sans passion ni joie rendant la copie morte, sans la moindre âme, sans trace d'intérêts. Leire comprit alors que peu de gens étaient comme lui, intellectuel et dévoré par cette passion pour la connaissance, et se conforta dans l'idée qu'il pourrait être l'unique pourcent d'une élite déjà supérieure à la population. Fort de cette naïveté adolescente il continua son apprentissage n'ayant aucunement peur de montrer aux autres qu'ils avaient tort et argumentait en quoi il fallait changer les choses. Un petit monstre en devenir convaincu d'être au-dessus de bien des gens.

    Scribe de profession il passait ses journées à rédiger missives, plaintes et autres joyeusetés administratives à quiconque venait demander ses services. Mais c’était le soir que se révélait la nature du jeune homme. Quand bien même ne comprenait-il que quelques bribes de tout ce qu'il lisait en langue d'Ur et autres lettres mortes, il s’évertuait à lire tous les textes disponibles dans la langue commune de manière à contextualiser ses connaissances déjà acquises. En quoi connaître le nom d'un potier malhonnête d'un temps jadis l'aiderait ? Il l'ignorait encore mais un jour ces fenêtres ouvertes sur le passé seraient le plus beau guide pour accomplir sa destiné. Beaucoup d’érudits allaient et venaient dans les allées de la bibliothèque, notant et rédigeant des traités et des conclusions sur des études et découvertes faites. Leire les corrigeait, les annotait et nul de remettait en question ses idées ou son savoir puisque tous découvraient avec stupeur l’étendue de leur ignorance du monde d'antan. Pierre par pierre, ils construisaient les bases les plus simples qui ne révélaient rien d’intéressant à quiconque les lisait, mais seraient essentiels quant à la compréhension d'un ensemble encore insoupçonné.
    Sa curiosité prit doucement le dessus, suivant d’autres érudits dans leurs quêtes de connaissances il s’ouvra au monde autour de lui drainant chaque source d’inspirations qui se trouvait à sa portée. Rencontrant beaucoup de profils différents au fil de ses pérégrinations il débattait de la véracité de l’histoire telle qu’ils la connaissaient, lisaient les odyssées improbables d'Hommes qui voyageaient par-delà les océans et même le temps, mais toutes ces légendes et affabulations fascinaient grandement le jeune homme devenu assez grand pour prendre le voile et devenir adulte. Il venait tout juste d'avoir l'âge pour passer sa nuit voilée et il sortit de sa tente, droit et avec une foi inébranlable. Il pouvait partir hors les murs et voir ce monde encore inconnu de ses sens.

    Plus les années passèrent et plus sa fascination tournait à l’obsession et ce qu’il ne comprenait pas il l’inventait, spéculait, comblant les trous laissés par les textes et les incohérences. La folie commençait doucement à la ronger et, assit silencieusement à son pupitre, il laissait son âme se consumer d’ennui à rester sagement enchaîné par la vie urbaine. Il n’était pas assez courageux pour partir à la conquête du monde extérieur seul, mais toujours autant en demande de découvertes.
    Au final jusqu'à tard dans sa vie, jamais le scribe ne quitta réellement Kur-Kigal, jamais il n'était allé au delà de Kalekka ou d'Irsmun. Le monde tant rêvé était hors de portée pour un homme qui n'était pas apte à se battre. Il était établit dans la ville et sa compagnie de scribes et de moins copistes tenait le choc. Ils se connaissaient depuis plusieurs décénnies et ne voyait aucune raison à changer cela mais ils savaient tous que Leire n'était pas serein et cela n'allait pas s'arranger avec l'âge. Les premiers cas d'être Souillés commençaient à apparaître en ville. Personne ne savait comment ni pourquoi mais beaucoup regardaient ce corps gisant inerte sur la plage. Cette chose sans nom qui ouvrit la porte au culte de Derketo. Lui-même ne comprit comment s'était monté ce sanctuaire et cette hiérarchie religieuse. Comme tous il se contenta de baisser les yeux devant les enfants de Derketo et de prier la Mère des Profondeurs qu'elle ne teinte pas son corps. Parfois il entendait parler des Ephores, ces êtres irréels et tacites que personne ne voyait. Ces têtes de l'hydréenne manipulaient la vie de ses leurs disciples et faisaient vivre le culte de l'océan avec une fougue inégalée jusqu'alors. Rien par le passé ne semblait expliquer leur présence ou même la création de leur déesse et ce trou piqua la curiosité du scribe à vif.
    Bien trop faible seul il monta une expédition, s'entourant de pélerins déformés par la Souillure. Ils étaient monstrueux, amorphes, étranges et parfois parlaient un dialect torturé, incompréhensible. Sa vie commença le jour où il prit le départ pour les ruines de la Cité Verte et du Temple Perdu. Des êtres difformes et souvent aux affres de la mort qui partaient pour ne jamais revenir de ce lieu maudit. Certains chuchottaient que le massacre des Thumm'ha d'antan avait déclenchée la colère de la divinité et qu'aujourd'hui Shurug en payait le prix. Ces monstres apparaissaient et nul ne savait d'où ils venaient et Leire se laissa happer dans leur quête. Ils avaient des pulsions étranges de vie qui les menaient à l'océan ou dans les ruines perdues sans que personne ne sache pourquoi, pas mêmes ces êtres mutants. Plusieurs mois de marche impitoyable où beaucoup de souillés ne parvinrent jamais à dépasser l’océan de sable. Recroquevillés sur eux-mêmes, brûlés, gémissants, ils avançaient inlassablement abandonnant leurs paires à mourir au soleil. Ils devaient rejoindre la Cité Verte.
    Parce que Leire encore vaillant et n’hésitait pas à dépouiller les carcasses il parvint à rejoindre l’ombre grasse et fraîche de la jungle où se cachaient des ruines. À son arrivée il était émerveillé par toutes ces choses qui venaient s’assembler avec une clarté évidente et à cet instant il ne su quoi faire. Patiemment il resta à méditer sur ce savoir et mémorisa tout ce qu’il pouvait, remplissait des carnets et des rouleaux de tout ce qu’il avait observé. Il était tellement loin de tout ce qu’il s’était imaginé et s’était inventé pour combler ces blancs. Mais cette connaissance le brisa. Quelque chose n’était pas sain, mais il ne comprenait pas pourquoi.
    Le doute l’envahissait maintenant et il ne pouvait rester seul à déduire encore et encore quelque chose qu’il pourrait peut-être amener à ceux qui sauraient, comprendraient. À son départ le culte de Derketo avait déjà des enfants infiniment plus sages que lui et il s’en remit à leur savoir.
    Retournant à Shurug, la ville s’était transformée et avait vu un temple au nom de Notre-Dame des Profondeurs, c’était là qu’il trouverait la réponse à sa question. Ce jour-là, la Haute-Prêtresse était dans la rue acclamée par la foule et tel un lépreux cherchant la bénédiction il s’approcha timidement d’elle sans la toucher ni même la regarder et n’attira pas son attention. Elle était encore fragile, incomplète, mais il tenta malgré tout sa chance. Peut-être en savait-elle, ou quelqu’un d’autre dans son entourage, quelque chose qui pourrait le guider sur le chemin de la vérité. Il eu la chance de pouvoir lui parler brièvement et de lui demander "pourquoi" et la réponse encore troublée de la prêtresse le brisa et fit naître en lui une résolution des plus sordides.
    Poussé par la foi accordée par la religieuse, il reprit la route vers la Cité Verte et resta là-bas pendant plusieurs années. À mesure de ses voyages autour des ruines, au travers du monde, il rencontrait des gens perdus. Souillés ou non. Parce qu’il était éloquent et posait des questions insolites beaucoup pensaient que Leire était touchée par la grâce d’un Dieu. Pensaient peut-être qu’ils seraient sauvés s’ils comprenaient. Beaucoup de souillés, une fois arrivés au bout de leur pèlerinage, restaient avec le scribe et l’aidaient à décrypter leurs visions, la langue sordide qu’ils parlaient dans leurs hallucinations fiévreuses. Si eux étaient condamnés, ils pouvaient peut-être aider ceux qui avaient encore un espoir de survie. Une petite confrérie se formait autour du shamshu qui ne comprenait pas, mais l’acceptait puisqu’il se savait vulnérable seul, mais entouré de gens dévoués il était puissant, protégé. Comme si les visions de la Haute-Prêtresse accompagnaient le scribe dans son périple.
    Beaucoup à Shurug avaient eu vent de son passage à la capitale et de son audience avec Murmure-à-l’Océan et certains spéculèrent quant aux intentions réelles du copiste. Parce qu’il était opportuniste d’être, parti entouré de gens qu’il pouvait sacrifier et n’avait pas peur de marcher parmi des souillés d’anciens collègues et prêtres firent circuler le bruit de sa démence. Qu’il n’était point judicieux de s’approcher de lui sous peine de mourir lors d’un pèlerinage insensé qui ne servait que les intentions de Leire. Qu’il espérait un jour devenir plus grand que les Éphores et être admiré comme un Dieu pour être aussi supérieur aux hommes. Jalousie ou fond de vérité ? Seul le concerné le sait pendant que Shurug tourne le dos à un enfant du savoir. Beaucoup supposaient qu'il était attiré par l’appât du gain et la facilité. Peut-être était-ce également vrai, mais il continua son itinérance et n’en décrocha pas puisqu’il se savait soutenu par quelque chose qui les dépassait tous, lui comprit, mais le jeu en valait la chandelle et il était prêt à tout pour la satisfaire.
    Aujourd'hui il essaye d’ouvrir à la vérité quiconque l’écoute et ils étaient nombreux à l’avoir suivi parce qu’il disait "vrai" et parlait aux gens, utilisant leurs peurs, leurs espoirs et la lueur que tout ceci n’était peut-être pas en vain.

    Et Vous ?
    Nheni, pour les intimes et 27 ans pour la forme

    Personnage sur l'avatar : Samson Raleigh
    Comment avez-vous découvert le forum ? Mah.
    Un petit mot doux ? Burger King


    Dernière édition par Leire Fangeux-chantre le Sam 21 Avr - 14:11, édité 7 fois (Raison : J'ai enfin une histoire un peu plus cool)


    Even if my own life will end

    "Can I submerge myself in Her for eternity, everlasting"
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t127-leire-fangeux-chantre-bien-a-vous http://kurkigal.forumactif.com/t162-leire-a-l-ombre-du-pouvoir
    avatar
    Date d'inscription : 02/04/2018
    Messages : 24
    Age du perso : 48 ans
    Métier : Prêcheur itinérant
    Thème : Salto - Krasota
    DC : Sone Blanche-Exuvie



    Admin
    Admin
    Amra Murmure-à-l'Océan - le Lun 2 Avr - 22:10
    http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65
    Mon crado à moi, re-bienvenue ici et bonne rédaction de fifiche ! J'ai vraiment hâte d'en savoir plus sur ce terrible mystique errant ! **




    a m r a — Pourquoi faire autant d'histoires pour des lendemains qui chantent faux ? Réduisons nos peines, achevons-nous pour le plaisir. Distillons nos haines et buvons à nos souvenirs, buvons pour ne plus mentir, achevons-nous pour le plaisir. ;; @Apocalyptica - En vie
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65
    avatar
    Date d'inscription : 06/02/2018
    Messages : 300
    Age du perso : 19 ans.
    Métier : Hte-Prêtresse de Derketo.
    Thème : Candyman II - Annie's
    DC : Shamhat Aime-les-Lois, Rahni Pense-le-Monde.



    Clan
    Clan
    Asma Aimée-du-Sang - le Mar 3 Avr - 2:27
    http://kurkigal.forumactif.com/t68-asma-aimee-du-sang http://kurkigal.forumactif.com/t132-asma-aimee-du-sang
    Han, ça promet ! Bon courage Smile


    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t68-asma-aimee-du-sang http://kurkigal.forumactif.com/t132-asma-aimee-du-sang
    avatar
    Date d'inscription : 16/03/2018
    Messages : 62
    Age du perso : 20 ans
    Métier : Guerrière
    Thème : Le Chant de Roma
    DC : /



    Admin
    Admin
    Amra Murmure-à-l'Océan - le Sam 7 Avr - 20:26
    http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65
    avatar
    Bientôt !
    Encore quelques efforts mon chaton !
    Hey toi, passons aux petites choses de ta fiche ! Rien à redire sur le caractère et le physique mais quelques petits points sur le background :

    "Sa mère hundra était une jeune prêtresse sans envergure qui fut débauchée pour représenter Derketo à l’avènement de son culte par le clan du crâne."
    - Les Hundra sont stériles, la mère de Leire n'a donc pas pu en être une.
    - Le culte de Derketo n'a qu'environ sept-huit ans et sa toute première représentante a été Amra, justement.

    "... mais sa fierté vint quelques années plus tard quand un archiviste emmena le jeune homme dans la bibliothèque du temple où étaient entassés plusieurs rouleaux Thumm'ha."
    - La culture Thumm'ha est totalement inconnue des Hommes. De plus les Thumm'ha n'ont jamais eu de système d'écriture, ou alors on ne leur en connait pas (ou alors ils écrivaient autrement...)

    Hormis ces quelques détails facilement modifiables, tout sera bon !


    Dernière édition par Amra Murmure-à-l'Océan le Mar 10 Avr - 13:38, édité 1 fois




    a m r a — Pourquoi faire autant d'histoires pour des lendemains qui chantent faux ? Réduisons nos peines, achevons-nous pour le plaisir. Distillons nos haines et buvons à nos souvenirs, buvons pour ne plus mentir, achevons-nous pour le plaisir. ;; @Apocalyptica - En vie
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65
    avatar
    Date d'inscription : 06/02/2018
    Messages : 300
    Age du perso : 19 ans.
    Métier : Hte-Prêtresse de Derketo.
    Thème : Candyman II - Annie's
    DC : Shamhat Aime-les-Lois, Rahni Pense-le-Monde.



    Nomade
    Nomade
    Leire Fangeux-chantre - le Dim 8 Avr - 1:18
    http://kurkigal.forumactif.com/t127-leire-fangeux-chantre-bien-a-vous http://kurkigal.forumactif.com/t162-leire-a-l-ombre-du-pouvoir
    Ahahahahaha *part mourir de honte* promis je ferai attention de pas bâcler mes fiches ;_;


    Even if my own life will end

    "Can I submerge myself in Her for eternity, everlasting"
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t127-leire-fangeux-chantre-bien-a-vous http://kurkigal.forumactif.com/t162-leire-a-l-ombre-du-pouvoir
    avatar
    Date d'inscription : 02/04/2018
    Messages : 24
    Age du perso : 48 ans
    Métier : Prêcheur itinérant
    Thème : Salto - Krasota
    DC : Sone Blanche-Exuvie



    Esclave
    Esclave
    Shamhat Aime-les-Lois - le Dim 8 Avr - 1:24
    http://kurkigal.forumactif.com/t61-shamhat-crois-tu-quon-vive-eternellement#167 http://kurkigal.forumactif.com/t70-shamhat-quand-on-aime-on-ne-compte-pas-et-vous-ne-comptez-pas-pour-moi#208
    Mah t'en fais pas y'a que ces deux-trois trucs, c'est vraiment pas grand'chose ! ^^


    Force et Honneur
    « Adieu mon amour ». Il ne le dit pas. Il n'y a pas de place pour la douceur... pas dans l'arène. Il n'y a pas de place pour la faiblesse. Seuls les hommes durs et forts peuvent se dire gladiateurs. Seuls les hommes durs... Seuls les hommes forts.
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t61-shamhat-crois-tu-quon-vive-eternellement#167 http://kurkigal.forumactif.com/t70-shamhat-quand-on-aime-on-ne-compte-pas-et-vous-ne-comptez-pas-pour-moi#208
    avatar
    Date d'inscription : 15/03/2018
    Messages : 101
    Age du perso : 23 ans.
    Métier : Gladiateur.
    Thème : Berserk - Forces
    DC : Amra Murmure-à-L'Océan, Rahni Pense-le-Monde.



    Nomade
    Nomade
    Leire Fangeux-chantre - le Dim 8 Avr - 1:52
    http://kurkigal.forumactif.com/t127-leire-fangeux-chantre-bien-a-vous http://kurkigal.forumactif.com/t162-leire-a-l-ombre-du-pouvoir
    C'est p't'être des petits détails mais depuis le temps que la fiche est en WIP ç'aurait été judicieux que je sois cohérente avec ce que je dis deux paragraphes plus bas ce qui n'était même pas le cas. Donc bon entre un oubli dur lore et faire nawak, j'suis pas très très fière ;o;

    Brayf j'ai corrigé avec des généralités d'une magnificence incroyable, t'façons les parents c'est surfait et y'a pas que les Thumm'ha dans le monde donc bon. On cite personne mais y'a bien des autres pays viteuf dans un coin et au milieu y'a un peu de curiosité pour "d'où c'est que ça vient les souillés" d'où le début de son pèlerinage à perpète les ouailles.

    Merci encore de ta patience pour ce bouzin stay fabulush


    Even if my own life will end

    "Can I submerge myself in Her for eternity, everlasting"
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t127-leire-fangeux-chantre-bien-a-vous http://kurkigal.forumactif.com/t162-leire-a-l-ombre-du-pouvoir
    avatar
    Date d'inscription : 02/04/2018
    Messages : 24
    Age du perso : 48 ans
    Métier : Prêcheur itinérant
    Thème : Salto - Krasota
    DC : Sone Blanche-Exuvie



    Admin
    Admin
    Amra Murmure-à-l'Océan - le Dim 8 Avr - 13:20
    http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65
    avatar
    Félicitations !
    Te voilà validé(e) mon poussin !
    Maintenant que tu as passé la première étape du forum, je t'invite à venir recenser ton avatar sur ce topic histoire que personne ne te pique ta tronche, faire ton petit journal ici même en suivant le modèle et si tu cherches du rp, tu peux poster une demande par ici ! Ceci étant dit, amuse-toi bien sur le forum ! Laughing


    Ps : y'avait pas de patience à avoir je te rassure, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ta fiche qui exploite un aspect différent du lore (et c'est assez culotté, me gusta). Et ta fiche était tout à fait cohérente ! Donc ne t'inquiète pas ! Maintenant amuse-toi bien, et j'ai hâte de commencer ces rps épistolaires et moins épistolaire en compagnie de mon moine fou à moi ! Laughing




    a m r a — Pourquoi faire autant d'histoires pour des lendemains qui chantent faux ? Réduisons nos peines, achevons-nous pour le plaisir. Distillons nos haines et buvons à nos souvenirs, buvons pour ne plus mentir, achevons-nous pour le plaisir. ;; @Apocalyptica - En vie
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65
    avatar
    Date d'inscription : 06/02/2018
    Messages : 300
    Age du perso : 19 ans.
    Métier : Hte-Prêtresse de Derketo.
    Thème : Candyman II - Annie's
    DC : Shamhat Aime-les-Lois, Rahni Pense-le-Monde.



    Nomade
    Nomade
    Leire Fangeux-chantre - Hier à 14:25
    http://kurkigal.forumactif.com/t127-leire-fangeux-chantre-bien-a-vous http://kurkigal.forumactif.com/t162-leire-a-l-ombre-du-pouvoir
    Pour ceux que ça intéresse, j'ai updaté l'histoire de Leire parce que c'était pas la gloire


    Even if my own life will end

    "Can I submerge myself in Her for eternity, everlasting"
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t127-leire-fangeux-chantre-bien-a-vous http://kurkigal.forumactif.com/t162-leire-a-l-ombre-du-pouvoir
    avatar
    Date d'inscription : 02/04/2018
    Messages : 24
    Age du perso : 48 ans
    Métier : Prêcheur itinérant
    Thème : Salto - Krasota
    DC : Sone Blanche-Exuvie



    Contenu sponsorisé - 



    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum