AccueilAccueil  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Derniers sujets

    Clan
    Clan
    Sako Mange-Pléiade - le Jeu 29 Mar - 19:51
    http://kurkigal.forumactif.com/t110-sako-mange-pleiade http://kurkigal.forumactif.com/t121-sako-l-art-est-une-etoile
    avatar
    Mange-Pléiade du clan du vent
    « Je ne suis capable de fantaisie que dans l'ordre. »

    Bien le bonjour, je m'appelle SAKO mais on me surnomme MANGE-PLÉIADE. J'ai VINGT-SIX ans, je suis KIGALLU et je fais partie du CLAN DU VENT. Dans la vie, je suis CULTIVATEUR DE COTON ET ARTISTE, mais côté cœur et orientation sexuelle, sachez que je suis CÉLIBATAIRE et PANSEXUEL. Je suis également défini comme de genre SHAMSHU.


    Caractère


    Mange-Pléiade aime l'ordre. Il aime ce qui est droit, ce qui ne dépasse pas : le travail bâclé l'horripile, le manque de manières aussi. Pour lui, le chaos est un mal aux multiples facettes, qui ronge le cœur des hommes et les pousse hors du chemin. Même parmi le clan du vent, il est un homme à la vie bien réglée, dont les responsabilités prévalent tandis que les déboires sont radiées : orgies et somptueuses fêtes ne sont point à son goût, or c'est avec parcimonie qu'il s'y aventure. Ces rassemblements sont, pour lui, un moyen de rencontrer le beau-monde, de mettre à jour ses relations afin qu'elles ne s'estompent jamais dans l'oubli : et pourtant, il n'en retire aucun plaisir. Car Mange-Pléiade est un homme pragmatique. Dans le respect de son idéal d'ordre, seuls les résultats comptent, et c'est d'ailleurs avec une main de fer qu'il dirige ceux qui travaillent sous ses ordres. Point d'injustices ni de violences dans ses ordres, car la ponctualité et le sérieux font le quotidien des esclaves qui le servent : s'occuper d'une plantation n'est pas une mince affaire, elle nécessite une organisation méticuleuse qui n'accepte pas la perte. Ses hommes s'y prêtent, dans la mesure où si tenté qu'ils travaillent rigoureusement, leur maître et bon et les traite en conséquence.

    C'est aussi un Kigallu à l'esprit éveillé, assoiffé de connaissances et de nouvelles expériences. Souvent, il côtoie le clan du crânes pour échanger informations et anecdotes, ainsi que pour s'instruire : le savoir est pour lui l'arme la plus décisive, et bien qu'il ne soit pas particulièrement rompu au combat, il compense cette faiblesse en sachant tout sur ce qu'il l'entoure. Dans son désir d'ordre, il est frustré par les zones d'ombre, par ce qu'il ne comprend pas, et s'efforce donc d'autant plus d'étudier ce qui pourrait lui nuire. Au parlé, c'est un homme au ton placide, presque cérémonieux. Ses mots dansent comme les vers d'une chanson, mais jamais un seul ne dépasse l'autre : sa voix reste toujours assurée, comme si rien ne pouvait l'impressionner, et dénote amplement avec son visage au regard fermé. Il affectionne tout particulièrement les échanges musclés, les joutes verbales et les débats, car ceux qui savent mettre des mots sur leur ressenti sont pour lui une grande source d'inspiration. Il lui arrive parfois même de mener la conversation là où il sait qu'elle déviera, de manipuler les fils de son interlocuteur pour qu'il lui montre une facette authentique de sa personne, plus gratifiante. Par soucis de pratique, Mange-Pléiade s'est très tôt mis à l'étude des langues, et bien que sa maîtrise du kigal et de l'aklo ne fassent bien évidemment pas de doute, il est également capable de converser en tangut : sa prononciation n'est pas parfaite, mais du fait de son travail acharné, il peut sans mal comprendre et se faire comprendre par ceux qui parlent la langue. De plus, en accord avec certaines rumeurs vis-à-vis de ceux qui viennent de la mer, il s'est mis en relation avec savants pour financer et participer à l'étude du thuggon, d'un côté de par sa curiosité, mais également pour garantir sa propre sécurité.

    Qui plus est, il est un artiste de renom. Peu nombreux sont ceux qui maîtrisent le barbat comme il en est capable, or la plupart ne sont que des nomades ou des esclaves : lui a décidé de pousser sa maîtrise de l'instrument à un tout autre niveau, au point que ses invités lui réclament souvent un air avant de passer à table. Jouer est pour lui une façon de calmer son esprit et d'orienter ses pensées, et il n'est jamais aussi calme que quand il effleure les cordes de son instrument. Mange-Pléiade est très sensible à la beauté des choses, il n'existe pour sa personne pas de plus belle chose que l'art sous toutes ses formes, et c'est d'ailleurs pour en découvrir de nouvelles qu'il entreprend régulièrement des voyages dans les quatre coins du pays. Souvent, il prie Uddäy l'Éclairé et Sabaoth, le Dieu-Qui-Rêve pour que ses rencontres soient fructueuses ; et s'arrête dans les plus petites bourgades dans l'espoir de trouver ces perles rares qui font vibrer son âme. De nature aimable, il est doué pour se faire des amis, et encore plus pour les rendre redevables : c'est d'ailleurs au fil de ses nombreux vagabondages qu'il s'est constitué un carnet de relations bien feuillu, et d'autant plus lucratif pour sa plantation.

    En somme, Sako Mange-Pléiade est un homme éclairé, qui prône l'ordre et la connaissance.

    Physique


    Grand homme, élancé, sa prestance n'a d'égale que la sévérité dans son regard. Ses cheveux noirs de jais lui tombent sur le visage, ils masquent oreilles et front, dévorent sa nuque : parfois tressés, parfois relâchés, ils s'entortillent le long de ses pommettes, de sa peau presque pâle, semblable à celle d'un Tungusz. Ses yeux, eux, se nimbent d'un gris orageux mais sans lumière, d'un désabusement certain pour ce qu'est la vie, d'une expression qui n'inspire ni bien ni mal, si ce n'est sa clairvoyance. Mange-Pléiade est un parangon de rigueur, son intransigeance transpire hors de sa peau, elle s'exprime dans tout son être : ô grand jamais ses mouvements ne sont pas calculés, ô grand jamais il n'existe sans cette noblesse innée. A beau corps, bel attirail, or il ne se pare que des plus belles choses : ses vêtements sont de bonne facture, ils figurent parmi ce qu'on trouve de mieux sur le marché : grand chemisier, pantalon ample, bottes et ceinturon de cuir font ses atours, toujours apprêtés, toujours ajustés au millimètre près, pour que jamais il ne fasse mauvaise figure. Mieux encore, deux petites plumes d'épervier ornent une de ses tresses, non loin de l'oreille droite. Quant à lui, il est bien propre, bien rasé : il lui arrive même de négocier et de faire parvenir quelques senteurs de ses connaissances, c'est là une façon pour le Kigallu de correspondre à l'image qu'il se donne de l'ordre, de l'idéal d'un représentant du clan du vent, de ceux qui sont raffinés et qui vivent au-delà du sens commun.

    Mon Histoire


    « Mon frère est déjà mort. »


    Ô bel oiseau..

    Le garçon leva le menton, ses prunelles se mirent à vagabonder paresseusement. Parmi ceux qui se tuaient à la tâche, harassés par le soleil tapant et par la terre rocailleuse, aucun ne modérait ses efforts. Pas même un seul. Le regard captivé, Sako restait bouche-bée face à autant d’application : jamais ils ne se plaignaient, jamais ils ne rechignaient à cette tâche pourtant pénible. Dans leur acharnement, il y avait quelque chose de beau.

    Un des hommes le salua, et l’adolescent répondit. Son père, bien que propriétaire temporaire de ces dizaines de paires de bras, jouissait d’une loyauté qu’on pouvait qualifier d’honorable. Peu de maîtres pouvaient se vanter d’une telle relation, or c’était de par la confiance et la justice qu’il était parvenu à ce résultat. Lui, dans son jeune âge, admirait son don pour gagner les coeurs.

    « Allons, tu ne devrais pas étudier ? »

    Il tourna les yeux. Les rayons du soleil firent place à deux silhouettes, l’une plus grande que l’autre, et dans les reproches qui lui étaient adressées, il reconnut la voix de son paternel. Un léger sourire se dessina sur son visage : il se redressa sur ses jambes d’un bond, puis tapota son futal sali par la poussière.

    « J’étudie, père. Je vois ton oeuvre, et j’apprend beaucoup. Tu dis qu’il n’y a pas meilleur apprentissage que la vie, après tout. »

    « Des excuses ! Si c’était pour faire ça, tu aurais pu venir chasser avec nous. »

    Son jumeau fronça les sourcils. Voilà qu’il affichait une moue, déçu de ne pas avoir pu ridiculiser son rival au tir. Il tendit le bras, présentant la proie du jour.. et pas des moindres ! Un grand épervier, en chair et en os.

    « Toi, tu ne l’aurais pas touché à cinq mètres. On l’a surpris alors qu’il chassait un chat. C’est moi qui ai porté le coup fatal ! »

    « Je n’avais pas envie, et de toute manière, je ne sais pas me servir d’un arc. »

    Sako tourna légèrement le menton, vexé. Lui, pourtant, savait faire des myriades de choses, mais n’était pas reconnu.

    « Vous avez tous deux vos forces. Vos cœurs sont différents, mais c’est ce qui vous rend uniques. Plutôt que de penser à vous et à vous seuls, pensez à ce que vous pouvez accomplir en coopérant. »

    Les jumeaux échangèrent un regard de dégoût. L’idée paraissait saugrenue, mais ils savaient que leur père avait raison. Jamais, ô grand jamais, le moindre obstacle n’avait su leur résister.

    « Tu sais quoi ? Je vais t’offrir ces deux plumes. Je vais les préserver et les lisser, comme ça tu pourras les porter et te souvenir à quel point je suis doué. »

    « Voyons ! Fais ce que tu veux, je les porterai volontiers, mais pour montrer qu’il n’y a pas besoin d’un arc pour terrasser un épervier.. simplement d’un larbin. »

    Le père se mit à rire, suivit de ses deux jeunes rejetons.

    « On dirait qu’il y a encore du chemin. »
    Toi qui traverse la grande étendue..

    « J’ai beau prier l’Éclairé, son état s’aggrave. »

    « Ce n’est pas de prières dont il a besoin, c’est d’un bon guérisseur. »

    Le jeune homme glissa sa main contre celle de son paternel. Nero, à son chevet, fulminait. Il n’en pouvait plus de voir son père faiblir, jour après jour, comme si Notre-Mère-des-Profondeurs lui susurrait de belles promesses.

    « Ils sont tous venus, et aucun n’a été capable de le soulager. Ces charlatans ne sauraient guérir ma main d’une entaille, alors notre père ? Il se m.. »

    « Ne vous battez pas. »

    Le vieillard laissa échapper une quinte de toux. Ils étaient loins, ces beaux jours où il avait fondé sa richesse. Sa peau semblait se craqueler, et ses articulations ne répondaient plus : ce n’était pas la vieillesse qui l’emmenait, mais quelque chose de plus terrible encore.

    « Quelqu’un devra s’occuper des.. des plants. Bien ? Ca sera toi, Nero. Tu es courageux, tu es fort, tout comme ton frère, mais tu as quelque chose de plus.. »

    « Quoi donc ? A part un flagrant manque de responsabilité. Père, lui céder le domaine, ça serait le mener à sa perte ! »

    « Toi, Sako, tu manques de cran. Tu as besoin de temps. »

    Il se mordit la lèvre. Jamais il n’avait désiré le pouvoir, mais il connaissait le tempérament de son jumeau mieux que personne. Il savait qu’en faisant cela, son père mènerait leur héritage sur le chemin de la débauche et du chaos.

    « Je.. »

    « Garde tes paroles pour toi. Respecte la volonté de père. Je suis bien mieux placé pour m’occuper de tout ça. Tu n’as qu’à.. jouer au troubadour, avec ta musique. Ça te va bien. »

    Il dévisagea le visage provocateur de son frère, puis se leva d’un mouvement brusque pour quitter la cabane. D’un geste de la main, il congédia tous les esclaves qui s’étaient amassés autour d’eux. Il était là, le chaos : voilà des semaines que son père se mourait, et ils avaient déjà perdus leur sens du devoir.
    As-tu déjà regardé derrière toi ?

    Une main gantée poussa la lourde porte en bois.

    « C’est déjà trop tard, Nero. »

    Le pas lent, le Kigallu vint s’approcher du lit de feuilles mortes, il s’agenouilla et saisit la main de son défunt père. Il lança un regard plein de regret à son cadet, mais se ravisa rapidement en croisant ses yeux. Il avait raison, c’était trop tard.

    « Si tu dis le m-.. »

    Sako fronça les sourcils, la voix pleine de colère.

    « Il t’a réclamé, à la fin. Mais toi, tu étais trop occupé à jouer avec ces bandits et à prendre tes putes. Tu as laissé ton père mourir sans l’un de ses enfants, car depuis qu’il n’est plus assez fort pour te brider, tu n’as de cesse de te comporter comme un pauvre gueux. C’est d-.. »

    L’aîné se releva d’un geste brusque et hasardeux, il frappa son frère d’un puissant crochet du gauche en pleine pommette, lui laissant la joue rouge et sanguinolente. Sako tomba au sol sous le choc, il serra le poing et cracha au sol.

    « Non, pas maintenant, Mange-Pléiade. Pas maintenant. Aujourd’hui, notre père nous lègue tout ce qu’il a possédé jusqu’à maintenant. On ne doit pas salir sa mémoire. Nous sommes frères, c’est ensemble que nous portons le deuil. »

    L’autre se releva, silencieux. Il ne daigna pas enchérir, car en un moment comme celui-ci, les mots n’étaient que du vent.

    « Je pleure sa mort tout autant que toi. »

    « Très bien. C’était un homme bon et puissant. Il nous a bien élevés. »

    Nero hocha la tête, les yeux rivés sur la fraîche dépouille. Sa peau était pâle, si pâle, qu’elle était semblable au sable du désert.

    « Que comptes-tu faire, désormais ? »

    « Rien. Je ne changerai pas. Ce domaine est à moi, et il fonctionne. Les esclaves travaillent, nous gagnons de l’argent. Moi, je continuerai à jouer avec les bandits et à prendre mes putes, tandis que toi, tu resteras à ta place. »

    « Qu’il en soit ainsi.[/color] »
    Ton berceau a tant changé..

    « Mon frère ! » L’homme au crâne rasé écarta les bras. Il flanqua une tape amicale à son cadet, le sourire jusqu’aux oreilles. La jeune femme qui se trouvait à ses côtés, quant à elle, se contenta d’un hochement du menton. « Voilà des lustres que je n’ai pas vu cette mine renfrognée. Oh, tu ne sais pas à quel point je suis heureux de te revoir. J’ai ouïe dire que tu pérégrinais à l’est, qu’as-tu trouvé là-bas ? »

    « Un plaisir partagé. Mais n’attends rien de moi, car je n’ai que des vulgarisations savantes à t’offrir. Rien de bien passionnant pour quelqu’un de ta trempe, n’est-ce pas ? »

    « C’est vrai. Je suis un homme d’action. »

    La courtisane rit doucement, tandis que le Kigallu glissa sa main le long de sa robe échancrée. Mange-Pléiade, quant à lui, laissa son regard vagabonder sur la plantation de coton. Les champs étaient désertés, et seuls quelques esclaves travaillaient encore, tandis que certains, presque imperceptibles, flânaient à l’ombre.

    « Combien as-tu récolté, ce mois-ci ? »

    « Bien assez pour me payer les plus belles jambes du pays, mon frère. Comme tu le vois, le domaine tourne à merveille. »

    « En effet. Père serait fier de toi, Nero. »

    L’aîné fronça les sourcils, mais se ravisa rapidement. Il se leva et alla marcher jusqu’à l’extrémité de la bâtisse en pierre, le regard dirigé vers l’autre bout de la plantation. Il plaça sa main en casquette, et haussa la voix.

    « A quoi bon se fatiguer pour rien ? Tout est à portée de main, ici. Il suffit de saisir ce que tu souhaites, et tu l’auras. Moi, je n’ai ni le temps, ni l’envie de perpétrer le rêve de père. J’ai déjà bien assez de richesses comme ça ! Assez pour vivre ma vie comme je l’entend. »

    Sako dévisagea son frère, sans pour autant afficher la moindre expression.

    « J’ai l’impression que tu me fais des excuses. Pourtant, la plantation est à toi. Je n’ai rien à redire sur ta manière de la gérer. Ni sur la manière dont tu dépenses tes richesses, d’ailleurs. »

    « Alors pourquoi es-tu revenu ? »

    Le jeune homme glissa son index contre sa tresse, effleurant du doigt les deux plumes d’épervier, qui lui avaient été offertes il y a de ça des années. Il esquissa un léger sourire, imperceptible. Le nettoyeur du désert, comme certains le nomment, peut parfois suivre sa proie sur plusieurs jours avant que celle-ci ne s’étale au sol, morte d’épuisement.

    Lui aussi chassait une dépouille.

    « Car c’est notre destin, Nero. »
    Et plus personne n’attend ton retour.

    Il y eut un silence. L’ombre des nombreuses torches s’agitaient sur la terre rougeoyante, tandis que les quelques trombes de vents faisaient siffler les arbustes. L’assemblée, en arc de cercle autour de l’homme, ne parlait pas. Seul un homme s’avança, Mange-Pléiade de son nom, un coutelas à la main.

    De l’autre côté, au sol, une victime : son aîné. Les tendons sectionnés, il perdait du sang et se sentait partir. Il n’avait aucune échappatoire, car tout autour de lui, des hommes le scrutaient, le dévisageaient, comme une bête sauvage acculée pour mourir. Deux mercenaires, à droite et à gauche respectivement, le menaçaient du bout de leur fauchon.

    Nero brisa le calme d’une plainte douloureuse. Sa voix était tremblante, ses blessures aux jambes le lancinaient atrocement.

    « S-.. Mange-Pléiade ! Tu te rend compte de ce que tu fais, hein ?! Et d’où est-ce qu’ils sortent, tous ceux-là ? Je n’en connais pas la moitié ! »

    Le cadet s’avança. Doucement, il s’accroupit pour être à hauteur d’yeux.

    « Par égard pour toi, je vais te dire. J’ai rencontré la plupart de ces hommes sur la route, mais certains venaient aussi de notre plantation. Tu as laissé mourir le domaine de notre père. Tu as vécu une vie de débauche, en usant notre richesse dans le sexe et les jeux. Je le déplore. Aujourd’hui, il ne reste plus grand-chose de l’héritage de notre père. »

    Pendant un instant, il se laissa absorber par les flammes dansantes dans le reflet de son couteau.

    « Les autres, ce sont ces esclaves dont tu ne t’occupais plus, ceux qui autrefois travaillaient ardemment pour notre père. » Il planta son regard dans celui de son aîné. « Je ne ressens pas la moindre haine pour toi, Nero. Plus maintenant. J’ai de la pitié pour ce que tu es devenu. Pour ce que tu as toujours été. J’ai donc décidé de te relever de tes fonctions. »

    « Vraiment ? Tu oserais assassiner ton frère, ton jumeau, de sang-froid ? Sur les terres de notre famille ? »

    « Mon frère est déjà mort. »

    Il lança le coutelas à l’un des mercenaires, puis s’éloigna de quelques pas.

    « Saignez-le et enterrez-le derrière la plantation. Demain, nous reprendrons le travail. »

    Il n’en demeurait pas moins avec du pain sur la planche. Ignorant les cris d’agonie de son frère, de son sang, il alla se réfugier dans la bâtisse en pierre où son père avait rendu l’âme, des années plus tôt.

    En sa mémoire, il ferait de son héritage un rêve éveillé.
    Et Vous ?
    Ren, vingt-et-un ans

    Personnage sur l'avatar : Xanxus de Hitman Reborn.
    Comment avez-vous découvert le forum ? Par les top-sites !
    Un petit mot doux ? Le forum est très joli et surtout très complet, très bon boulot :>


    Dernière édition par Sako Mange-Pléiade le Lun 2 Avr - 0:03, édité 8 fois
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t110-sako-mange-pleiade http://kurkigal.forumactif.com/t121-sako-l-art-est-une-etoile
    avatar
    Date d'inscription : 29/03/2018
    Messages : 10
    Age du perso : Vingt-six ans
    Métier : Cultivateur, artiste
    Thème : L. Philosophorum ♫



    Prêtre
    Prêtre
    Éa Chaste-du-cœur - le Jeu 29 Mar - 20:08
    http://kurkigal.forumactif.com/t30-chaste-du-coeur-et-l-esprit-alors http://kurkigal.forumactif.com/t41-ea-chaste-du-coeur-_-_-on-se-connait#62
    Bienvenue par ici !
    Il me tarde de voir ce que ta fiche va donner. <3 Bon courage !


    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t30-chaste-du-coeur-et-l-esprit-alors http://kurkigal.forumactif.com/t41-ea-chaste-du-coeur-_-_-on-se-connait#62
    avatar
    Date d'inscription : 20/02/2018
    Messages : 122
    Age du perso : 26 ans
    Métier : Prêtresse supérieure
    Thème : The Realness ♫
    DC : Akkhi Hure-féroce, Celil



    Admin
    Admin
    Amra Murmure-à-l'Océan - le Jeu 29 Mar - 22:19
    http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65
    Ohhh, bienvenue parmi nous Sako ! Merci pour ton compliment à la fin de la fiche et n'hésite pas à poser des questions au besoin ou à rejoindre le Discord ! Dans tous les cas bienvenue et bonne rédaction de fiche ! Laughing




    a m r a — Pourquoi faire autant d'histoires pour des lendemains qui chantent faux ? Réduisons nos peines, achevons-nous pour le plaisir. Distillons nos haines et buvons à nos souvenirs, buvons pour ne plus mentir, achevons-nous pour le plaisir. ;; @Apocalyptica - En vie
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65
    avatar
    Date d'inscription : 06/02/2018
    Messages : 300
    Age du perso : 19 ans.
    Métier : Hte-Prêtresse de Derketo.
    Thème : Candyman II - Annie's
    DC : Shamhat Aime-les-Lois, Rahni Pense-le-Monde.



    Clan
    Clan
    Mahyar Langue-de-Miel - le Dim 1 Avr - 16:12
    http://kurkigal.forumactif.com/t31-mahyar-ceci-est-une-fiche-en-uc-maggle http://kurkigal.forumactif.com/t43-mahyar-carnet-de-bal#71
    Bienvenue Laughing Ta fiche promet ! Vu ton caractère il nous faudra un lien absolument Laughing


    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t31-mahyar-ceci-est-une-fiche-en-uc-maggle http://kurkigal.forumactif.com/t43-mahyar-carnet-de-bal#71
    avatar
    Date d'inscription : 20/02/2018
    Messages : 64
    Age du perso : 39 ans
    Métier : Embaumeur
    Thème : ♫ Song of Durin
    DC : Nue Défie-la-Mort



    Admin
    Admin
    Amra Murmure-à-l'Océan - le Dim 1 Avr - 20:57
    http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65
    avatar
    Félicitations !
    Te voilà validé(e) mon poussin !
    Maintenant que tu as passé la première étape du forum, je t'invite à venir recenser ton avatar sur ce topic histoire que personne ne te pique ta tronche, faire ton petit journal ici même en suivant le modèle et si tu cherches du rp, tu peux poster une demande par ici ! Ceci étant dit, amuse-toi bien sur le forum ! Laughing




    a m r a — Pourquoi faire autant d'histoires pour des lendemains qui chantent faux ? Réduisons nos peines, achevons-nous pour le plaisir. Distillons nos haines et buvons à nos souvenirs, buvons pour ne plus mentir, achevons-nous pour le plaisir. ;; @Apocalyptica - En vie
    Voir le profil de l'utilisateur http://kurkigal.forumactif.com/t29-a-m-r-a-triste-elle-est-prete-a-tout http://kurkigal.forumactif.com/t42-a-m-r-a-triste-elle-fait-la-grimace#65
    avatar
    Date d'inscription : 06/02/2018
    Messages : 300
    Age du perso : 19 ans.
    Métier : Hte-Prêtresse de Derketo.
    Thème : Candyman II - Annie's
    DC : Shamhat Aime-les-Lois, Rahni Pense-le-Monde.



    Contenu sponsorisé - 



    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum